Argousiers, Oyats et Roseaux : trois villas naturelles

Samedi midi, boulevard des Oyats, les trois villas les Argousiers, les Oyats et les Roseaux ont été inaugurées. L’ensemble est un projet expérimental de logements locatifs et sociaux conçu pour le compte du bailleur social Partenord Habitat par l’architecte dunkerquois Dominique Bail.
Les trois villas comptent trente appartements, quinze garages fermés ou en box répartis en trois secteurs, 23 places de stationnement dont trois réservées aux personnes handicapées.

Caractéristique du programme : il est très écologique. L’eau de pluie est récupérée afin d’alimenter les chasses d’eau des WC de chaque logement, ainsi que l’arrosage des espaces extérieurs. La production d’eau chaude sanitaire s’effectue en priorité par l’énergie solaire, grâce à des capteurs solaires thermiques intégrés à la couverture de tuiles sur le versant sud de chaque villa.

De l’électricité est produite par la mise en oeuvre d’une membrane photovoltaïque intégrée à la toiture terrasse de chaque villa. Le courant ainsi généré est injecté au réseau public.

Si Partenord Habitat finance le plus largement l’investissement, à hauteur d’un peu plus de 4 millions d’euros, le bailleur social a bénéficié de quelques aides publiques (conseil général, conseil régional/ADEME,État, 210 000 E, communauté urbaine de Dunkerque, « 1 %logement »).

Quelques soucis à régler

Les trois villas, terminée pour la dernière en mars, ont déjà fait le plein d’habitants. La majorité (un tiers) est jeune : entre 25 et 35 ans. Parmi les loctaires, cinquante enfants, ce qui permet de maintenir les effectifs des écoles maternelle et primaire ainsi que du collège.

Restent encore quelques problèmes à régler. La production d’eau chaude et le chauffage manquent de pression. La direction de Partenord Habitat a promis une situation normale d’ici à cinq semaines. Les villas sont dotées d’équipements de pointe qui seront testés grandeur nature et en temps réel afin de mesurer et de visualiser les économies et le confort générés.

Si les places de parking sont en nombre réglementaire, elles ne sont pas encore privées par arrêté. Les personnes qui travaillent à l’extérieur et rentrent tard ont des difficultés à trouver un emplacement et sont parfois obligées de se garer sur le futur trottoir. Elles sont inquiètes pour les jours de grosse affluence.

L’immeuble en cours de construction à l’angle des rues Roger-Salengro et de l’Abbé-Catry devrait accueillir ses premiers résidents en septembre. Un autre projet est à l’étude rue des Marins.

Voix du Nord
mardi 29 mai 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *