Archives pour la catégorie A la une

Assemblée Générale des collaborateurs de LMH : continuons à travailler dans la proximité et réactivité au service de nos clients locataires !

J’ai participé mardi après-midi au Colisée de Roubaix à l’Assemblée Générale annuelle des collaborateurs de Lille Métropole Habitat.

A cette occasion, j’ai pu rappeler les faits marquants de l’année 2016 : 

  • la nouvelle géographie des agences afin d’être plus réactif et efficace au service de nos clients locataires,
  • la revalorisation des loyers à la relocation en fonction de l’attractivité des résidences dans l’objectif de continuer d’améliorer l’entretien de notre patrimoine,
  • la signature de la Convention Intercommunale d’Equilibre Territorial avec la Métropole Européenne de Lille dans le but d’améliorer la mixité.

Mais j’ai surtout tenu à remercier le travail de terrain de nos 10 agences et l’ensemble de leurs collaborateurs car ce travail n’est pas facile et demande beaucoup de proximité et de réactivité.

Nous sommes dans une société de plus en plus exigeante et individualiste. Une société fragile aussi économiquement et socialement.

C’est tout le sens de nos missions. Il ne faut jamais oublier pour qui et pour quoi nous travaillons ensemble : loger des habitants de la métropole au meilleur coût, en leur assurant confort et tranquillité.

 

Une belle rénovation du collège Molière !

C’est avec un plaisir particulier que j’ai participé à l’inauguration de la réhabilitation du collège Molière. Ce chantier était devenu nécessaire au regard de la longévité du bâtiment dont la construction a été décidé à la fin des années 1970.

Alors Président du Conseil général, j’avais naturellement fait du lancement de ce chantier de près de 5,5 millions d’euros une priorité.

Aujourd’hui il voit le jour et permet aux équipes éducatives et aux collégiens d’accéder à de meilleurs conditions d’enseignement. Les habitants du quartier Sart/Babylone ne sont pas en reste puisque ce chantier aura aussi permis de redéfinir l’identité visuelle du collège et de participer à la valorisation de tout un quartier.

Concrètement, les travaux se sont articulés autour de plusieurs interventions :

    • la réalisation de travaux d’isolation par l’extérieur permettant à la fois d’éviter les déperditions d’énergie et de renouveler l’image du collège en l’embellissant. Une réfection de l’ensemble des façades et des toitures est en cours de réalisation (selon le diagnostic thermique établi), le remplacement de l’ensemble des menuiseries extérieures ainsi que la pose de protections solaires sur les locaux identifiés,
    • la mise en place d’une ventilation double flux,
    • la requalification des espaces extérieurs : aménagement paysager, mise en valeur de l’entrée principale du collège…
    • la redéfinition de certains espaces intérieurs permettant par exemple de créer une nouvelle salle polyvalente ou de rénover entièrement la bibliothèque.

Dans ce cadre, nous avons également souhaité que des clauses d’insertion soient intégrées à cette opération. Les entreprises chargées de la réalisation du chantier ont ainsi employées des demandeurs d’emplois locaux intégrés dans un parcours d’insertion pour un total de 2360 heures.

A l’occasion de l’inauguration de la réhabilitation, la chorale du collège  nous a fait le plaisir d’interpréter la Marche des esclaves de Nabucco et l’Hymne à la joie de Beethoven. Un beau spectacle. Bravo à eux !

 

Au Conseil départemental du Nord, des dossiers importants et clivants !

Depuis plusieurs mois, les élections présidentielles et législatives saturent les canaux d’information, monopolisent les temps d’antenne et les couvertures de presse. En marge de l’actualité nationale, la vie politique régionale, départementale et locale poursuit son cours. Au Conseil départemental du Nord, la Séance Plénière du 22 mai dernier n’était pas une réunion anodine. Des dossiers clivants aux conséquences importantes ont été présentés par la majorité départementale de droite.

Il s’agit de la politique jeunesse et en particulier du soutien aux Clubs de Prévention. La droite ne perçoit pas tout l’intérêt des structures présentes dans les quartiers défavorisés de nos communes afin d’accompagner les jeunes les plus fragiles qui ont décroché et se retrouvent livrés à eux-mêmes. Les Clubs de Prévention ont subi des coupes budgétaires à répétition. Ils devront fusionner pour survivre.

Il s’agit également des dossiers sociaux concernant l’accompagnement des personnes âgées. La droite transforme les Comités Locaux d’Information et d’Orientation mis en place par la gauche en relais autonomie avec des disparités de financement importantes entre les territoires et des moyens budgétaires qui ne leur permettront pas de répondre à leurs nouvelles missions. En outre, la droite vient d’instaurer une tarification unique pour les services d’aide à domicile bien inférieure aux coûts réels des prestations avec, pour conséquence, une fragilisation économique du secteur et des emplois de l’aide à domicile.

Droite et gauche n’ont pas le même projet, ni la même gestion, ni les mêmes valeurs sur le plan de la justice sociale, de l’équité territoriale et du service public. Le débat en Séance Plénière sur le Compte Administratif 2016 (document-bilan de l’année budgétaire écoulée) est particulièrement révélateur.

La gauche avait stabilisé les effectifs de fonctionnaire au sein des services départementaux. La droite a supprimé 168 postes permanents sur le seul exercice 2016. La qualité du service public départemental et du climat social au sein de la collectivité souffrent déjà.

La gauche avait sanctuarisé le budget de la culture. En 2016, la droite a baissé de 400 000 euros ses crédits. Les associations de proximité, les festivals et les grandes scènes sont les premières touchées.

La gauche avait déployé des moyens pédagogiques supplémentaires dans les collèges. La droite a baissé de 4,9 millions d’euros le budget en faveur de l’éducation. Exit le transport gratuit des élèves en zone urbaine, le Projet Educatif Global du Collégien, les bourses départementales…

Enfin, la gauche n’avait pas augmenté la fiscalité depuis 2009. Malgré ses promesses lors de la campagne électorale, la droite a augmenté de 25,7% le taux de taxe foncière. Le Nord s’est classé au rang de la quatrième plus forte augmentation de France. En 2017, comme en 2016, il s’agit d’un prélèvement supplémentaire de plus de 100 millions d’euros sur les ménages et les entreprises nordistes.

LMH : inauguration de la résidence des Résistants à Houplines

Ce lundi, Didier Manier participait à l’inauguration de la résidence des Résistants bâtie par European Homes à Houplines en présence du maire, Monsieur Jean-François Legrand, du représentant du promoteur, Monsieur Stéphane Fasciaux et du directeur général du bailleur Logi FIM, Monsieur Philippe Dehouve.

Depuis plusieurs années, la commune d’Houplines présente un déficit de logements sociaux ; obligation de la loi de Solidarité pour le Renouvellement Urbain (dite SRU). Au mois de mars dernier, le Ministre de la Ville Patrick Kanner est venu signer un contrat de mixité sociale afin de prévoir la construction de plus de la moitié des logements sociaux manquants.

Afin d’accompagner cette volonté de la commune et de proposer une offre locative attractive aux ménages en attente d’un logement abordable, LMH s’est lancé dans l’acquisition en VEFA de 20 logements sociaux (seize type 3 et quatre type 4 avec jardin déjà tous occupés) au sein de la résidence ; située sur une ancienne friche et parfaitement intégrée dans le quartier. Une voie nouvelle a été tracée afin de desservir le nouveau bâtiment qui atteint des performances, sur le plan des économies d’énergies, supérieures aux normes des Bâtiments Basse Consommation (BBC).

Les 20 nouveaux logements de la résidence des Résistants intègrent ainsi le patrimoine LMH de l’antenne des Bords de Lys. Celle-ci gère actuellement 1 200 logements répartis dans les communes d’Armentières, de La Chapelle, Houplines, Pérenchies, Wervicq, Bondues, Halluin, Saint-André-lez-Lille, Marquette-lez-Lille et Wambrechies. En 2017 et 2018, 106 logements supplémentaires y seront livrés !

Renouvellement urbain : réunion publique sur le projet LMH Concorde à Lille !

Devant les habitants de la résidence Concorde en présence des adjoints au Maire de Lille Estelle Rodes et Walid Hanna.

Le quartier lillois Concorde a vu le jour à la fin des années 50, dans une période où il fallait produire beaucoup de logements dans des délais très courts et suivant les critères de construction de l’époque.

Soixante ans plus tard, LMH a décidé d’intervenir sur ces résidences, soit en les démolissant, soit en les réhabilitant, pour répondre aux normes de confort actuelles.

Ce renouvellement urbain est très attendu. Le quartier Concorde fait ainsi partie de ceux qui sont considérés comme prioritaires, ce qui permet à la Ville de Lille et à LMH d’unir leurs efforts pour mener une grande opération de rénovation afin d’améliorer le cadre de vie des habitants.

En visite dans le quartier jeudi 4 mai, j’ai exposé aux locataires les modalités de relogement avant la démolition de la résidence. LMH propose un accompagnement social individualisé. Les souhaits des locataires en matière de localisation, de budget, et de taille du logement sont pris en compte pour trouver un nouveau logement adapté. LMH prend en charge tous les frais liés au déménagement (frais d’ouverture de compteurs, transfert de téléphone, d’internet…), assuré par un déménageur professionnel.

Le démarrage des travaux de déconstruction de la résidence Concorde est prévu pour le premier trimestre 2020 !

La Roseraie, des logements propices à la mixité !

J’ai inauguré ce lundi 24 avril la première opération de Lille Métropole Habitat sur le quartier d’Ascq.

Cette résidence neuve de la Roseraie accueille 46 logements et se décompose en trois ensembles :
– 23 logements individuels en accession (9 type 3 – 14 type 4)
– 8 logements en béguinage
– 15 logements collectifs

Le maître mot de cette opération est la mixité. Avec la création d’une place au coeur de l’opération, l’objectif est de favoriser les échanges et rencontres.

Un soin particulier a été apporté au choix des matériaux en privilégiant des matériaux pérennes et robustes. Les façades sont en briques blanches, avec enduit de tons pierres et bardage bois peint en gris foncé de la même teinte que les couvertures en tuiles de type flamande. Les menuiseries sont en PVC.

LES 23 LOGEMENTS EN ACCESSION

Ces maisons individuelles disposent d’un garage pour les types 4 ou d’un parking aérien pour les type 3. Elles ont été uniquement commercialisées en PSLA avec une phase locative de 6 mois. Les premières levées d’option sont possibles à partir de juillet 2017.

Le prix de vente des 9 types 3 (64,7 m²) se situe entre 154 000 et 163 000 euros, celui des 14 type 4 (81,1 m²) entre 194 000 et 199 000 euros.

LES 8 LOGEMENTS INDIVIDUELS EN BEGUINAGE

Ces 8 logements bénéficient d’aménagements adaptés aux personnes âgées vieillissantes (douche à l’italienne avec siège rabattable et barre d’appui, lavabo adapté aux Personnes à mobilité réduite, surface des toilettes permettant la circulation en fauteuil roulant, WC réhaussé, volets roulants motorisés) grâce au partenariat avec le groupe de protection sociale Humanis qui les finance (8 000 euros par logement) en échange d’une réservation de 10 ans de ces logements.

Nous sommes à la phase d’études concernant la conciergerie numérique avec le bureau Médialis afin de définir l’éventuel cahier des charges de cette nouvelle offre qui pourrait être proposée aux seniors de la résidence.

Sachant qu’une conciergerie numérique est une plateforme pouvant proposer des services facilitant le quotidien, une mise en relation rapide avec le bailleur, des intervenants de santé…

LES 15 LOGEMENTS COLLECTIFS

La mise en location est programmée pour le 1er juin 2017. Le loyer moyen s’élève à 292 euros (+ 91 euros de charges ) pour un type 2, à 417 euros (+ 121 euros de charges) pour un type 3 et à 429 euros (+119 euros de charges) pour un type 3 Duplex. La surface moyenne d’un type 2 est de 51 m², et de 67 m² pour un type 3.

LE CHANTIER-ECOLE

LMH collabore depuis plusieurs années à des actions mises en oeuvre par le Ministère de la Justice et ses différentes entités, en particulier le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP), pour l’organisation de chantiers-école ouverts à des jeunes majeurs placés sous-main de justice connaissant des problèmes d’insertion et de qualification professionnelle.

Parmi les axes de développement désormais privilégiés par LMH et le SPIP figure l’organisation de chantiers-école confiés à des structures d’insertion par l’activité économique bénéficiant d’un agrément du juge de l’application des peines intégrant à parts égales de jeunes majeurs en insertion professionnelle classique et d’autres effectuant un Travail d’Intérêt Général en tant que peine alternative à l’incarcération.

A ce titre, une première expérience satisfaisante a été menée en janvier 2016 sur le chantier de la Châtellenie à Roubaix (travaux de mise en sécurité d’un bâtiment devant être réhabilité). Les personnes placées sous-main de justice ont bénéficié d’une meilleure prise en charge socio-éducative et d’un accompagnement renforcé en ce qui concerne d’éventuels projets d’orientation professionnelle. L’un des jeunes a d’ailleurs pu bénéficier d’une formation à l’issue de l’exécution de son TIG. Les services ont donc proposé de renouveler l’expérience en organisant un second chantier-école de même nature dans le cadre de l’opération de construction de 46 logements de la résidence la Roseraie, en partenariat avec FCP (Prévention Culture Formation) et le club de prévention AVANCE.

Quatre personnes ont participé au chantier d’insertion professionnelle classique sous la responsabilité d’un encadrant technique (3 salariés en insertion et 1 personne exécutant une peine substitutive à l’incarcération dans le cadre d’un Travail d’Intérêt Général). Le TIGiste avait des problématiques de formation et d’accès à l’emploi, il a donc pu bénéficier du dispositif d’accompagnement socio-professionnel mis en place par FCP.
De plus, trois jeunes villeneuvois ont effectué le chantier éducatif, ils ont été ciblés par AVANCE et embauchés par FCP dans le cadre d’un CDD de 2 semaines. En amont de cet accord passé entre FCP et AVANCE, les jeunes villeneuvois ont été sélectionnés dans le cadre d’un véritable entretien d’embauche et, pour la plupart, il s’agissait de leur premier CDD.

Retrouvez ici l’article paru dans La Voix du Nord le 26 avril 2017 « La Roseraie, une nouvelle résidence LMH propice à la mixité ».

Après le 1er tour de l’élection présidentielle…

Les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle sont tombés.

La colère exprimée devra être entendu. Viendra aussi très vite le temps d’en tirer tous les enseignements…

Pour l’heure, il faut se concentrer sur le 2nd tour. Contrairement à ce que pourrait laisser croire le comportement de certains, je suis convaincu qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

La peur, le rejet, la xénophobie et le repli ne sont pas des solutions d’avenir.

Sur le plan économique, social et sociétal, l’application du programme du Front National serait, j’en suis certain, une catastrophe pour la France.

L’heure est donc à la mobilisation pour défendre nos droits et nos valeurs réunies sous le beau triptyque Liberté, Egalité, Fraternité auxquels j’ajouterai Laïcité.

Comme pour le 21 avril 2002, j’apporterai ma voix le 7 mai prochain à Emmanuel Macron pour faire barrage à la candidature de Marine Le Pen.

Sans remettre en cause mes convictions et au-delà de la déception et de la tristesse que j’éprouve au regard des résultats du 1er tour, c’est sans hésiter que je refuse d’accepter la banalisation du Front National.

Républicain et Démocrate, je ne m’y résoudrai jamais !

Un seul vote utile, le vote de conviction !

Mesdames, Messieurs,

J’ai toujours été dubitatif sur le processus des Primaires citoyennes. Les Primaires dévaluent le militantisme et consacrent la démocratie d’opinion. Elles renforcent la présidentialisation de la Vème République qui semble pourtant à bout de souffle. Les Primaires sont davantage un produit marketing calé sur le temps médiatique qu’un outil de rassemblement.

Toutefois, au nom d’une certaine vision de la « rénovation », le Parti Socialiste s’est engagé dans le processus. Les Primaires ont été inscrites au cœur de notre mode de désignation ; dont acte.

Le 29 janvier dernier, plus de 2 millions d’électeurs ont participé au 2nd tour des Primaires de la gauche et des écologistes. Benoît Hamon a été désigné, à une large majorité, candidat à l’élection présidentielle. Comme élu et citoyen de gauche, j’ai participé aux Primaires. Comme tout un chacun… j’en ai accepté les règles, et les respecte !

Ces cinq dernières années, j’ai soutenu et je continue de soutenir les avancées du quinquennat de François Hollande : la retraite à 60 ans pour 650 000 bénéficiaires, le compte pénibilité, la généralisation du tiers-payant, l’augmentation des effectifs d’enseignants dans l’Education nationale, la revalorisation des minima sociaux, le mariage pour tous, la loi Alur sur le logement, les résultats de la COP 21 pour le climat…

Je ne me suis pas reconnu dans la démarche et les coups d’éclat de ceux qui ont été surnommés les « frondeurs » au sein du Groupe Socialiste à l’Assemblée nationale.

Cependant, il faut être lucide. Notre bilan contient des réussites mais également des zones d’ombre. Sinon nous n’en serions pas arrivés là.

Je ne souscris pas entièrement à l’ensemble des propositions de Benoît Hamon. Pour autant, c’est un projet politique audacieux et d’avenir. La gauche doit se réinventer pour faire face aux injustices et aux désordres d’un monde nouveau et instable. Il apporte des réponses innovantes en matière de politique européenne, de transition écologique, de rapport au travail, de transformation des services publics et de défense du modèle social républicain.

Au 1er tour de l’élection présidentielle, il n’y a qu’un seul vote utile : le vote de conviction !

Quel autre candidat que Benoît Hamon défend l’héritage et l’avenir de notre mouvement ? A mes yeux, aucun.

J’ai débuté mon engagement politique dans le cycle d’Epinay qui est en train de s’effondrer. Cela produit beaucoup d’interrogations. Cependant, notre destin demeure collectif. J’en garde la certitude. Il l’a toujours été. L’histoire le prouve, dans les victoires comme dans les défaites. Il n’y a pas de sauvetage individuel ou si peu…

Je ne donne aucune leçon à quiconque. Mais il me paraissait important, dans les circonstances actuelles, d’exprimer ma position. Je suis de gauche. Je suis socialiste. Je continue de m’inscrire dans le Parti de Jaurès, Blum et Mitterrand, « convaincus, jusqu’au fond de nous-mêmes, que, pendant que vous irez courir l’aventure, il faut que quelqu’un reste garder la vieille maison ».

Pour ces raisons, le 23 avril prochain, je voterai pour le candidat de la Primaire de gauche et des écologistes. Je voterai Benoît Hamon.

Didier MANIER