Archives de catégorie : Conseil départemental

Au Conseil départemental, toujours la même rengaine !

Il y a un an, la Chambre régionale des comptes rendait sont rapport sur la gestion du Département pour les années 2010 à 2015. Un exercice utile et nécessaire lorsqu’il permet de prendre du recul, de dessiner des axes de progrès ou de préconiser des ajustements techniques au regard de l’évolution de certaines normes.

La dernière séance plénière du Conseil départemental a été l’occasion d’examiner le suivi des observations de la Chambre. Une obligation légale qui a été de nouveau l’occasion pour  la droite départementale de réécrire l’histoire à sa manière dans une mauvaise foi caractérisée.

Depuis 2015, c’est toujours la même rengaine ; la droite départementale nous explique que confrontée à une situation budgétaire difficile liée à une mauvaise gestion, elle aurait su prendre les mesures adéquates pour redresser la barre. Sauf que les causes de cette situation budgétaire ne relèvent pas d’une quelconque mauvaise gestion. Les chiffres parlent d’eux mêmes. Rien que pour le budget2015, le coût total du RSA était de 606 millions d’euros alors que la participation de l’État n’atteignait que 372 millions d’euros. Le reste à charge, c’est à dire la dette de l ’État au Département, s’élevait ainsi pour 2015 à 269 millions d’euros. Nous sommes bien loin de la compensation à l’euro près. Si l’État avait respecté sa parole, le Département aurait retrouvé mécaniquement de sérieuses marges de manoeuvre.

Ainsi, la situation du Nord est à replacer dans le contexte général d’une dégradation rapide de la situation financière sous l’effet de causes externes. La Chambre ne dit pas autre chose : « l’utilisation du levier fiscal en 2016 ne suffira pas à assurer un redressement structurel et durable des finances départementales, compte tenu de la persistance de facteurs de risques, tels que la baisse des subventions et dotations reçues et la hausse des dépenses de solidarité ».

Le débat n’est donc pas de savoir qui serait un bon ou un mauvais gestionnaire. Tout cela ne constitue qu’une technique d’enfumage pour ne pas assumer les choix politiques faits depuis 2015 et qui se traduisent par une dégradation des services publics et des politiques de solidarité, un investissement en manque de transparence et de vision stratégique saupoudrée d’une hausse spectaculaire des impôts de 100millions d’euros par an.

CONSULTEZ ICI LE JOURNAL N°15 OCTOBRE 2017 DES ÉLUS DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL & CITOYEN AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU NORD

Les promesses électoralistes n’engagent que ceux qui y croient !

Lors de la campagne des élections départementales de janvier 2015, le candidat Jean-René LECERF s’était engagé devant la presse à ne pas augmenter les impôts des contribuables nordistes…

Dès la première année de mandat, Jean-René LECERF, devenu Président du Conseil départemental, a annoncé une augmentation de 25,7% de la taxe sur le foncier bâti pour 2016. La recette se chiffre en année pleine à plus de 100 millions d’euros ponctionnés sur les ménages et les entreprises nordistes. Pour 1 000 euros de taxe foncière, les contribuables nordistes doivent acquitter chaque année 77 euros d’impôts supplémentaires… Force est de constater que la promesse n’a pas été tenue !

Parallèlement, la droite départementale a rogné les budgets des aides aux collégiens, supprimé la gratuité du transport scolaire, diminué le financement du Service Départemental d’Incendie et de Secours, baissé les crédits accordés aux associations et réduit les financements des établissements pour les personnes âgées, handicapées et l’aide sociale à l’enfance… Au total, le budget départemental a été amputé de 55 millions d’euros en 2015 et de 100 millions d’euros en 2016. Conclusion : les citoyens nordistes ont payé plus d’impôts pour moins de solidarité et de services publics !

Dans La Voix du Nord du 19 septembre, le Président LECERF, redevenu candidat (aux élections sénatoriales du mois de septembre), vient d’annoncer précipitamment une baisse de la

fiscalité en 2018, faisant d’une augmentation moins importante une baisse.
En clair, la droite continuera de ponctionner chaque année 50 millions d’euros supplémentaires sur les contribuables nordistes au lieu des 100 millions d’euros par an prélevés depuis 2016…

La déclaration de Jean-René LECERF tombe à propos… La promesse sera-t-elle tenue cette fois-ci ?

Pour l’instant en effet, elle n’engage que ceux qui y croient…

Communiqué de Didier Manier, Président du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen au Conseil départemental du Nord 

Une belle rénovation du collège Molière !

C’est avec un plaisir particulier que j’ai participé à l’inauguration de la réhabilitation du collège Molière. Ce chantier était devenu nécessaire au regard de la longévité du bâtiment dont la construction a été décidé à la fin des années 1970.

Alors Président du Conseil général, j’avais naturellement fait du lancement de ce chantier de près de 5,5 millions d’euros une priorité.

Aujourd’hui il voit le jour et permet aux équipes éducatives et aux collégiens d’accéder à de meilleurs conditions d’enseignement. Les habitants du quartier Sart/Babylone ne sont pas en reste puisque ce chantier aura aussi permis de redéfinir l’identité visuelle du collège et de participer à la valorisation de tout un quartier.

Concrètement, les travaux se sont articulés autour de plusieurs interventions :

    • la réalisation de travaux d’isolation par l’extérieur permettant à la fois d’éviter les déperditions d’énergie et de renouveler l’image du collège en l’embellissant. Une réfection de l’ensemble des façades et des toitures est en cours de réalisation (selon le diagnostic thermique établi), le remplacement de l’ensemble des menuiseries extérieures ainsi que la pose de protections solaires sur les locaux identifiés,
    • la mise en place d’une ventilation double flux,
    • la requalification des espaces extérieurs : aménagement paysager, mise en valeur de l’entrée principale du collège…
    • la redéfinition de certains espaces intérieurs permettant par exemple de créer une nouvelle salle polyvalente ou de rénover entièrement la bibliothèque.

Dans ce cadre, nous avons également souhaité que des clauses d’insertion soient intégrées à cette opération. Les entreprises chargées de la réalisation du chantier ont ainsi employées des demandeurs d’emplois locaux intégrés dans un parcours d’insertion pour un total de 2360 heures.

A l’occasion de l’inauguration de la réhabilitation, la chorale du collège  nous a fait le plaisir d’interpréter la Marche des esclaves de Nabucco et l’Hymne à la joie de Beethoven. Un beau spectacle. Bravo à eux !

 

Au Conseil départemental du Nord, des dossiers importants et clivants !

Depuis plusieurs mois, les élections présidentielles et législatives saturent les canaux d’information, monopolisent les temps d’antenne et les couvertures de presse. En marge de l’actualité nationale, la vie politique régionale, départementale et locale poursuit son cours. Au Conseil départemental du Nord, la Séance Plénière du 22 mai dernier n’était pas une réunion anodine. Des dossiers clivants aux conséquences importantes ont été présentés par la majorité départementale de droite.

Il s’agit de la politique jeunesse et en particulier du soutien aux Clubs de Prévention. La droite ne perçoit pas tout l’intérêt des structures présentes dans les quartiers défavorisés de nos communes afin d’accompagner les jeunes les plus fragiles qui ont décroché et se retrouvent livrés à eux-mêmes. Les Clubs de Prévention ont subi des coupes budgétaires à répétition. Ils devront fusionner pour survivre.

Il s’agit également des dossiers sociaux concernant l’accompagnement des personnes âgées. La droite transforme les Comités Locaux d’Information et d’Orientation mis en place par la gauche en relais autonomie avec des disparités de financement importantes entre les territoires et des moyens budgétaires qui ne leur permettront pas de répondre à leurs nouvelles missions. En outre, la droite vient d’instaurer une tarification unique pour les services d’aide à domicile bien inférieure aux coûts réels des prestations avec, pour conséquence, une fragilisation économique du secteur et des emplois de l’aide à domicile.

Droite et gauche n’ont pas le même projet, ni la même gestion, ni les mêmes valeurs sur le plan de la justice sociale, de l’équité territoriale et du service public. Le débat en Séance Plénière sur le Compte Administratif 2016 (document-bilan de l’année budgétaire écoulée) est particulièrement révélateur.

La gauche avait stabilisé les effectifs de fonctionnaire au sein des services départementaux. La droite a supprimé 168 postes permanents sur le seul exercice 2016. La qualité du service public départemental et du climat social au sein de la collectivité souffrent déjà.

La gauche avait sanctuarisé le budget de la culture. En 2016, la droite a baissé de 400 000 euros ses crédits. Les associations de proximité, les festivals et les grandes scènes sont les premières touchées.

La gauche avait déployé des moyens pédagogiques supplémentaires dans les collèges. La droite a baissé de 4,9 millions d’euros le budget en faveur de l’éducation. Exit le transport gratuit des élèves en zone urbaine, le Projet Educatif Global du Collégien, les bourses départementales…

Enfin, la gauche n’avait pas augmenté la fiscalité depuis 2009. Malgré ses promesses lors de la campagne électorale, la droite a augmenté de 25,7% le taux de taxe foncière. Le Nord s’est classé au rang de la quatrième plus forte augmentation de France. En 2017, comme en 2016, il s’agit d’un prélèvement supplémentaire de plus de 100 millions d’euros sur les ménages et les entreprises nordistes.

Département du Nord : un budget 2017 de continuité dans l’austérité !

A l’occasion du vote du budget 2017 du Département du Nord, je suis intervenu au nom du Groupe Socialiste, Radical et Citoyen pour dénoncer un budget de continuité dans l’austérité.

En 2017 comme en 2016, les Nordistes sont confrontés à la double peine : plus d’impôts pour moins de solidarités et de services publics !

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de mon intervention en séance plénière.

Aide aux associations caritatives : Didier Manier s’insurge !

Lors de la Commission Permanente du 21 novembre 2016, le Département du Nord a adopté une nouvelle série de baisses de subventions dans les domaines de l’accès aux droits, de la lutte contre les violences faites aux femmes ou de l’accompagnement des personnes sans domicile fixe.

Des coupes sombres massives en direction des associations qui remplissent des missions d’urgence humanitaire. Des mesures insupportables à l’heure où ce même Département a décidé de prélever plus de 100 millions d’euros d’impôts supplémentaires sur les Nordistes en 2016.

Retrouvez ici l’article paru dans l’Observateur « Aide aux associations caritatives: Didier Manier s’insurge ! »

Dimanche en politique sur France 3 en Replay – Le Conseil départemental du Nord s’attaque-t-il trop au porte-monnaie des Nordistes ?

Le 2 octobre, Dimanche en politique sur France 3 Nord Pas-de-Calais réunissait Didier Manier (PS), Charles Beauchamp (PC) et Jean-René Lecerf (droite) pour évoquer les décisions de la majorité de droite au Conseil départemental du Nord qui font polémique : la hausse de 25,7% du taux de la taxe sur le foncier bâti ainsi que les désengagements en matière de transport scolaire, d’éducation, d’aides aux personnes âgées et handicapées…

Jean-René Lecerf : Docteur Jekyll à Lille ou Mister Hyde au Département ?

La Voix du Nord du 23 septembre dernier se fait l’écho de la conférence de presse de rentrée de l’opposition lilloise emmenée par le Président du Conseil départemental, Jean-René Lecerf.

Dans cet entretien, nous sommes surpris de trouver Jean-René Lecerf en pourfendeur d’une démocratie participative qui « n’existe plus à Lille ».

Pourtant, c’est bien ce même Jean-René Lecerf qui a renoncé à toute ambition de participation au Département du Nord en supprimant à la fois les Ateliers citoyens, les Conseils cantonaux de concertation et les Comités d’usagers du réseau Arc en Ciel.

Des Comités d’usagers qui auraient pu, par exemple, être consulté à l’occasion de la suppression de 550 courses sur le réseau Arc en Ciel, de la suppression de la gratuité des transports pour les collégiens en zone urbaine ou encore pour l’augmentation du prix de certains titres de transports.

Mais cette différence d’appréciation procède certainement d’un simple oubli pour celui qui décerne dans les colonnes de la presse quotidienne régionale les bons points de l’ « éthique » en politique.

Vous savez, cette même éthique qui veut qu’on augmente la Taxe foncière de 25,7% une fois élu Président du Conseil départemental après avoir fait campagne sur l’absence d’augmentation des impôts.

En la matière, les Nordistes qui reçoivent en ce moment leur avis de Taxe foncière peuvent juger sur pièce.

Alors qui devons nous croire aujourd’hui de Jean-René Lecerf ? Docteur Jekyll à Lille ou Mister Hyde au Département ? Docteur Jekyll le candidat ou Mister Hyde le Président du Conseil départemental ?

nord-fort-solidaire.fr