Dans La Voix du Nord : « Transports-Quand les maires s’en vont défendre leur bout de route au Département »

photo-2Il est beau mon goudron, il est beau ! Le vice-président du conseil général en charge des transports, Didier Manier, rencontrait hier les maires de la métropole lilloise pour un point sur les travaux du réseau routier départemental. L’occasion pour les élus de défendre leur bout de route… voire leur piste cyclable.

« J’ai un nid-de-poule devant ma mairie ! » Ce cri du coeur est celui d’Éric Durand. Le maire de Mouvaux est installé, au côté de nombre de ses pairs métropolitains, sous les lustres de l’hôtel du conseil général. Face à eux, Didier Manier, un vice-président du conseil général en pleine tournée des popotes des maires nordistes (on dit des «commissions d’arrondissement»).

Hier, il faisait étape dans l’arrondissement de Lille, soit grosso modo la communauté urbaine. Et les échanges avaient tout d’une discussion de marchands de tapis. De tapis d’enrobé, évidemment.

photo« Il faudrait un petit muret pour éviter les accidents », plaide tel édile. Tel autre réclame un enrobé neuf, « parce que ça ne sert à rien d’avoir de beaux trottoirs si la route reste en l’état ». Les uns après les autres, les maires tentent de se faufiler dans le plan routier départemental 2011-2015, qui fixe les travaux de voirie financés par le conseil général mais est sujet à des « actualisations » annuelles. En 2013, le contournement sud de la Chapelle-d’Armentières et les protections phoniques de l’échangeur de Babylone, à Villeneuve- d’Ascq, se sont ainsi glissés parmi les convives. Un effort de 12,3 millions d’euros de la part du conseil général, dont le plan 2011-2015 consacrait d’ores et déjà 176,3 millions d’investissements à l’arrondissement de Lille. Un budget dans lequel le chantier d’accessibilité au Grand Stade a pesé lourd, 24 millions d’euros. Mais pas au point de « dévitaliser nos capacités d’investissement », se défend Didier Manier, qui rappelle que le contournement de Valenciennes coûtera quatre fois plus cher.

Alors, les élus tentent leur chance. Michel Courouble, le premier magistrat d’Ennetières-en- Weppes, prend le micro pour plaider la création d’une « liaison douce (adaptée aux piétons et aux cyclistes) pour les enfants entre Ennetières et Englos ». « Bon, on l’inscrit en études et on démarre », tope Didier Manier. Le socialiste insiste: il est le vice-président aux transports, non à la seule voiture. « Il y a eu un changement psychologique, assure-t-il. On travaille sur des alternatives pour que les huit millions de déplacements quotidiens dans le Nord ne se résument pas à des gens seuls dans leur voiture. » Des « alternatives » comme le bus (pas dans la métropole, chasse gardée de Transpole), le covoiturage (via l’aménagement d’aires dédiées) ou le vélo. « Les trois quarts de nos interventions intègrent des aménagements cyclables, se félicite Didier Manier. Notre plan cyclable prévoit de multiplier par deux en dix ans les aménagements dans l’arrondissement de Lille. »

Hier, Didier Manier n’a pas fait que des heureux. Prenez Éric Durand. L’élu UMP pointe le piteux état des latérales du Grand Boulevard, « axe majeur et grand absent du plan routier ». Le Mouvallien ironise sur les «tours de passepasse» consistant à botter en touche vers une autre collectivité. Bingo : Didier Manier renvoie vers Lille Métropole Communauté urbaine, « qui a conduit une étude sur un réaménagement sans donner de suite ». Et tant pis si LMCU n’est théoriquement pas compétente sur des voies départementales. Joies du millefeuille administratif français… et dépit d’Éric Durand et de son nid-de-poule.

PAR SÉBASTIEN BERGÈS

Source : La Voix du Nord-édition métropole lilloise 22.10.2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *