De nouvelles vies se bâtissent

Muzeyyen Fidan, locataire des nouvelles maisons de la rue de la Brasserie Gourdin, accueille Didier Manier, président de Partenord Habitat, et Bertrand Ringot, maire.

La municipalité poursuit son objectif affiché en 2001 : 1000 logements en dix ans. À la clé, la satisfaction de locataires qui trouvent souvent un logement plus adapté à la composition de leur famille ou prenant en compte leur vieillissement. Deux exemples aux Huttes.

Muzeyyen Fidan s’est s’est installée dans sa maison de la rue de la Brasserie Gourdin en avril 2011. « C’est du neuf. Il n’y avait qu’à poser mes meubles. C’était le top du top dans ma situation.» Sans hésiter, elle loue le « type 4 aux belles dimensions » concédé par Partenord Habitat auprès du président de cet organisme, Didier Manier, et de Bertrand Rmgot, maire de Gravelines. Elle occupait un « faux T4 » chez Partenord, aux Écrivains. « II manquait une chambre. J’avais donc supprimé la salle à manger pour en faire une troisième. » Duant douze ans, elle occupa ce logement.

D’un appart à une maison. Hervé Souloumiac, directeur de territoires de Partenord, souligne « toutes les demandes de ce type, nombreuses, non honorées, car on manque de logements individuels adaptés en T2, T3 et T4. C’est un parcours résidentiel réussi. » La demande avait été déposée en 2002. « J’ai refusé quelques offres, car il fallait entreprendre quelques travaux et je m’en sentais incapable », confie Muzeyyen Fidan. Sa fille est lycéenne au Noordover à Grande-Synthe. Son fils fréquente le collège Pierre et Marie-Curie à Gravelines. Pas de souci de transport puisque deux arrêts de bus se trouvent à portée de main, constate la mère de famille. Elle se plaît dans ce quartier, qu’elle décrit calme et paisible. Vivant aussi. « Nous sommes bien situés. Il y a juste une ruelle à traverser pour trouver tout ce don ton aurait besoin : des commerçants avec boulangerie, fleuriste, pharmacie, un presse PMU, un centre de beauté, un coiffeur, et un resto, Le Miam. Côté école, les mamans disposent d’une école élémentaire et d’une crèche. »

A l’autre bout de la ville, on trouve Albertine Kydts. Elle n’aura qu’à traverser la rue pour emménager dans sa nouvelle location de Partenord. Elle habitait l’immeuble Voltaire, durant onze ans et demi, qui est en cours de démolition. Des pièces plus grandes, un petit cellier, un jardin pour sensiblement le même loyer… et la même voisine.  » Je connais Régine depuis 50 ans et nous continuons donc à prendre le café ensemble. »

Le phare dunkerquois – 25/05/2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *