Le bailleur Partenord fête ses 90 ans : « Ce qui pèse aujourd’hui, ce sont les charges »

En 1921, la France compte 40 millions d’habitants, on publie le premier Code de la route et l’ancêtre de Partenord Habitat – l’Office d’habitations à bon marché, comme on disait à l’époque – est créé (*). 90 ans plus tard, le bailleur public du Nord compte 40 000 logements sociaux, dont un tiers dans la métropole. Retour sur le passé et projections dans l’avenir avec Didier Manier, son président.

 

> Quelle est l’histoire de Partenord Habitat ?
« L’office a été créé en 1921 et, à l’époque, cela s’appelait Les Habitations à bon marché (HBM). Fin XIXe siècle, l’État encourage la création d’organismes d’habitations à bon marché afin de lutter, en cette période d’industrialisation, contre l’insalubrité. L’idée : permettre aux ménages aux faibles revenus de se loger dignement. Dès 1912, les collectivités locales sont autorisées à créer des offices HBM. C’est dans ce contexte qu’est né, en 1920-21, sous l’impulsion du conseil général du Nord, ce qui est aujourd’hui Partenord Habitat. Jusqu’en 1939, ce fut le temps des pionniers ; après la guerre, de 1945 aux années 1980, ça a été le temps des bâtisseurs (il fallait reconstruire) ; de 1980 à 1999-2000, a suivi l’époque des gestionnaires, où il fallait économiquement s’équilibrer. Depuis 2000, c’est le temps des partenariats. »

> En dix ans de présidence, quelles évolutions avez-vous pu constater dans le secteur du logement social ?
« La première des évolutions, c’est la préoccupation quant à la nature des bâtiments par rapport aux charges. Progressivement, ce souci d’alléger la facture des clients locataires a grandi. Quand on réhabilite, on le fait pour économiser de l’énergie. Quand on construit, on construit « économe » en termes de charges pour nos locataires. Aujourd’hui, ce qui pèse très lourd dans la facture, au-delà du loyer qui peut être couvert par l’APL, ce sont les fluides.

Comme le gaz, qui a augmenté de 20 % en un an, de 60 % en six ans. Aujourd’hui, le développement durable est inhérent à chacune de nos démarches. »

> Quelles sont vos stratégies pour les années à venir ?
« En terme de prospective, nous avons deux préoccupations. La première est de loger tous les demandeurs. Et, aujourd’hui comme hier, on a plus de demandes que d’offres. Il nous faut construire, notamment pour les jeunes ménages. Notre deuxième coeur de cible, qu’il nous faut dès à présent anticiper, c’est le vieillissement de la population. Dans quinze-vingt ans, les seniors seront plus nombreux, mais ils seront aussi moins riches. On peut penser qu’ils seront amenés à s’orienter vers les logements dits sociaux. » •

(*) Pour ses 90 ans, Partenord a lancé un concours auprès de ses locataires. Remise des prix ce lundi, à 17 h 30, à l’agence Partenord Habitat de Villeneuve-d’Ascq, 5, place de Venise.

Voix du Nord du Lundi 6 juin 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *