Le contournement passe haut la main l’épreuve des ex-contestataires strazeelois

Le contournement de Borre-Pradelles est un chantier du Conseil général du Nord (crédit photo Voix du Nord).
Le contournement de Borre-Pradelles est un chantier du Conseil général du Nord (crédit photo Voix du Nord).

| ON EN PARLE |

Février 2011, décembre 2012. Plus de vingt-deux mois se sont écoulés, et la tension est retombée à Strazeele. Devant cent trente personnes, mardi, élus et techniciens du conseil général ont présenté la progression du chantier du contournement. Ils n’ont pas eu à gérer d’autres doléances qu’une butte anti-bruit à l’entrée du village le temps du chantier.

Par Marc Le Tellier

 

 

Mine de rien, et bien qu’ils n’aient rien laissé paraître au cours de la réunion, Françoise Polnecq et ses homologues du conseil général, mardi, devaient attendre les questions avec une certaine appréhension. L’élue d’Hazebrouck-sud était aux premières loges, en février 2011, quand un vent de fronde balayait le lotissement Versant ouest, à l’entrée de Strazeele. Une pétition avait circulé parmi les habitants des quarante-sept maisons neuves.

Les Néo-Strazeelois critiquaient pêle-mêle le conseil général, la commune et le promoteur pour « défaut d’information ». La plupart disaient n’avoir rien su du tracé, au pied de leur maison, au moment de l’achat.

Symbole de la révolte : Thomas Souchiet. Le trentenaire, Armentiérois venu chercher la campagne à Strazeele, se désolait du « sacrifice de quarante-sept maisons ». Mardi, il se disait « résigné ». Daniel Calvos, chef de projet au conseil général, n’a pas apporté la réponse qu’il attendait : « On nous avait promis en 2011 qu’une butte provisoire serait érigée pour éviter les nuisances le temps du chantier. Ce ne sera a priori pas le cas. Je suis complètement déçu par ça. » Pour le reste, les ardeurs se sont refroidies. Les contestataires se sont faits discrets. « Des relevés auditifs ont été effectués chez moi par le conseil général, déclare Steve Réant, propriétaire de la maison la plus exposée. La nuisance est déjà forte. Ça ne pourra pas être pire. On compte beaucoup sur les buttes anti-bruit. » Ces buttes seront érigées de part et d’autre du contournement, construit à quatre mètres vingt en dessous du niveau des maisons. Les habitants du lotissement sont plutôt optimistes : « L’isolation est bonne. À l’intérieur, on n’entend rien du tout, avance Vincent Ére, arrivé en janvier 2010. On est limite plus embêté par le bruit du TGV. Ma seule crainte provient du fait que les voitures réaccéléreront à la sortie du rond-point vers la quatre voies. » Un mal pour un bien, selon Steve Réant : « Les gens craignaient la perte de valeur des maisons. Je suis persuadé du contraire : la quatre voies apportera une plus-value. » 

Source : Voix du Nord

Edition du 13 décembre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *