L’inspection académique inflige une cure d’austérité au fonds social cantine du collège Léon-Blum et fait bondir les tarifs

Nouveau coup dur au collège Léon-Blum : après les suppressions de postes imposées depuis des années, voici maintenant la hausse des tarifs à la cantine.

Depuis le 20 mai, les familles les plus en difficulté doivent payer jusqu’à 0,90 E supplémentaires par repas. La raison ? Une réduction drastique de l’aide accordée par l’inspection académique du Nord, au titre du fonds social cantine. Concrètement, en lieu et place des quelque 9 000 E perçus en 2010, l’établissement scolaire du Pont-de-Bois devra se « contenter » en 2011 de moins de… 3 000 E. Conséquences ? Tous les tarifs viennent d’être revus à la hausse, en fonction de la nouvelle donne. Là où les plus défavorisés, c’est-à-dire une trentaine de bénéficiaires, payaient 0,32 E par repas, il leur faut maintenant s’acquitter de 1,22 E. Une centaine de familles subit elle une augmentation de 0,82 E à 1,22 E tandis qu’une trentaine voit la note passer de 1,42 E à 1,62 E. D’ores et déjà, une quinzaine d’élèves ont renoncé à la demi-pension, alors que les courriers aux familles viennent seulement de partir. Mais beaucoup d’entre elles ont payé les repas à l’avance. Qu’en sera-t-il lorsque la mesure sera appliquée à tous les bénéficiaires de cette aide (174 élèves sur les 280 inscrits à la cantine) ? La question taraude les esprits au collège, où un nouveau vent de fronde vient de se lever.

Initiée par des enseignants, une pétition commence à circuler pour protester contre une telle cure d’austérité. « Nous allons encourager les familles à la signer », appuie ainsi Stéphanie Manias, la présidente de la section FCPE du collège Blum. Les parents d’élèves, qui se sont abstenus de voter les tarifs de la cantine, vont par ailleurs demander une audience à la rectrice, Marie-Jeanne Philippe, avant de profiter des conseils de classe pour diffuser largement une information jugée « alarmante ».

« Cette décision est scandaleuse », s’emporte de son côté Didier Manier, ulcéré par cette baisse de 30 % des crédits du fonds social cantine, dans un établissement dont 66 % des élèves sont boursiers. Le conseiller général de Villeneuve-d’Ascq Nord a découvert l’information jeudi soir, lors du conseil d’administration. Une décision qui, aux yeux du président du groupe socialiste de l’assemblée départementale, « met à mal la gratuité de l’enseignement et l’égalité de tous au collège ». L’élu peste d’autant plus que « depuis 1998, le Département accorde une aide à la demi-pension aux familles des collégiens, qui a permis de passer d’une fréquentation de 38 % en 1997 à 61 % en 2011. » Pour le collège Léon-Blum, la manne départementale s’élève à 30 000 E et touche environ 200 bénéficiaires.

Au bout du compte, seulement une petite centaine d’élèves s’acquittent du prix normal, soit 2,95 E. Mais derrière, l’étau se resserre.

LAURENT WATIEZ

Voix du Nord du 31 mai 2011

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *