Martine Aubry est en tête

Selon un sondage BVA, Martine Aubry est la candidate préférée des sympathisants de Gauche. 35 % d’entre eux souhaitent qu’elle défende les couleurs du Parti Socialiste à la prochaine élection présidentielle. Elle serait également en tête au 1er tour avec 27 % des voix contre 24 % pour Nicolas Sarkozy et gagnerait largement au 2nd tour avec 58 % des voix.

 

 

Quelles sont les leçons majeures d’un sondage réalisé par BVA pour 60 titres de la presse régionale et leurs partenaires en ce début du mois de juillet ? …

– Martine Aubry a rattrapé François Hollande. Encore distancée il y a peu par son rival dans les sondages sur la primaire (3 points selon l’IFOP en juin), Martine Aubry l’a rattrapé et même dépassé d’un point chez les sympathisants de gauche. À 35 % contre 34 % ils souhaitent en effet qu’elle soit la candidate du PS. En revanche, si l’on interroge l’ensemble des Français, elle obtient 27 % contre 31 %. De même, François Hollande réunirait davantage de voix qu’elle au premier tour (31 % contre 28 %). Enfin, ils l’emporteraient au même niveau au second tour (58 %) contre Nicolas Sarkozy. Autrement dit, c’est très serré !

– Nicolas Sarkozy est toujours rejeté mais progresse. Au premier tour, Nicolas Sarkozy est crédité de 24 % d’intentions de vote dans l’hypothèse Martine Aubry et 23 % dans l’hypothèse François Hollande. Il gagne deux points mais reste sensiblement en retrait. Au second tour, que ce soit contre Hollande ou contre Aubry, il plafonne à 42 %.

– Dominique Strauss-Kahn battrait Nicolas Sarkozy mais les candidats socialistes le devancent nettement. Peut-on imaginer que DSK revienne dans la course ? BVA a quand même testé sa popularité. D’un côté, l’ancien président du FMI est largement distancé par Martine Aubry et François Hollande pour le gain de la primaire socialiste : pour les sympathisants, il est à 19 % contre 27 et 28 % pour les autres. Mais s’il était opposé à Nicolas Sarkozy dans un second tour, il l’emporterait tout de même avec 54 % des votes. C’est bien sûr un super conditionnel !

– Cinq dans un mouchoir. Quel que soit le cas de figure (Aubry ou Hollande), les candidats Dominique de Villepin, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Bayrou, Jean-Louis Borloo sont dans une fourchette qui va de 4 à 9 % (dans l’ordre).

– Marine Le Pen fléchit très légèrement. Avec 16 ou 17 % des intentions au premier tour, elle perd un point par rapport au mois de mai et n’est donc pas qualifiée pour le second tour comme son père.

Voix du Nord, mardi 12 juillet 2011

Enquête réalisée par téléphone les 8 et 9 juillet. Échantillon de 966 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *