A la une

Actualités

NON A LA FERMETURE DE L’IUFM !

école en dangerJ’ai rencontré jeudi dernier une délégation d’enseignants, de syndicalistes et d’agents mobilisés contre la fermeture de l’IUFM de Villeneuve d’Ascq.

Le canton de Villeneuve d’Ascq Nord n’est pas épargné par la politique de casse de l’Education Nationale orchestrée par le gouvernement Sarkozy / Fillon. Rappelons nous l’école Chopin, l’école La Fontaine ou le lycée Queneau.

Aujourd’hui, c’est l’IUFM qui est menacé. Il s’agit de la plus grosse structure de formation des maîtres de la région. Elle gère notamment deux formations spécifiques : les profs de lycée technique avec toute la machinerie indispensable et les enseignants qui accueilleront les enfants en difficulté scolaire, sociale ou psychologique. Avec la fermeture de l’IUFM, l’avenir de ces deux formations est gravement compromis. Les conséquences sont lourdes : perte du savoir professionnel et mise en péril du tissu éducatif local.

Nous le savons tous. Les enfants ont besoin d’un personnel formé aux méthodes pédagogiques. Enseigner n’est pas naturel. Cela s’apprend ! Malheureusement, le ministère l’ignore. Il est enfermé dans une vision purement comptable de l’éducation. 13 000 postes ont été détruits en 2009. 16 000 suppressions sont prévues en 2010. 50 000 enseignants auront disparu en l’espace de 3 ans. Où est l’intérêt des enfants ?

Au-delà de l’attaque contre le service public d’éducation, la fermeture de l’IUFM aura de graves conséquences sur le plan humain. 148 personnes sont concernées par la fermeture du site de Villeneuve d’Ascq. 30 contractuels risquent de perdre leur emploi. Les étudiants qui préparent le concours sont dans l’expectative.

Remise en cause de la carte scolaire, suppression de postes, dérèglement du rythme scolaire, disparition des réseaux d’aide aux élèves en difficulté, fermeture de classes et maintenant des IUFM, l’école publique est sabordée. Tirons la sonnette d’alarme à Villeneuve d’Ascq !

Les Français, attachés à leur collectivité, jugent la réforme territoriale « confuse ».

Un sondage IPSOS pour l’Assemblée des Départements de France montre que les Français sont profondément attachés à leur Département. Ils jugent confuse la réforme territoriale du gouvernement. Ils sont satisfait des services de proximités et des politiques volontaristes mises en place par leur Département.

Je vous laisse découvrir les résultats du sondage.

sondage ADF – présentation

Assises Régionales d’d’Alzheimer

A l’occasion des Assises Régionales d’Alzheimer qui se sont tenues aujourd’hui à Lille Grand Palais, j’ai pu mettre en exergue les missions du Conseil Général tant dans la prévention que dans le soutien aux malades et à leur famille. J’ai souhaité citer en exemple l’association Pause Vermeille qui met à disposition des personnes âgées ou handicapées et des personnes souffrant de dégénérescences cérébrales, des personnes qualifiées pour favoriser le maintien à domicile. Elle propose des prestations à domicile ou en établissements sous formes de jeux de mémoire et de logique.

Actu Logement Partenord Habitat

Vous pouvez trouver deux articles de presse consacrés au rôle de Partenord Habitat.

Le premier, du magazine Le Nord en date du lundi 9 novembre, porte sur les efforts de notre agence pour adapter les appartements et les immeubles à la situation des personnes handicapées de manière à répondre au confort de tous.

Le second, du quotidien Nord Eclair en date du samedi 7 novembre, revient sur la journée du développement chère à nos valeurs de vivre ensemble, vivre mieux, vivre durable à Villeneuve d’Ascq.

MOBILISATION CONTRE LA SUPPRESSION DE LA TAXE PROFESSIONNELLE

A l’UMP, la révolte gronde. Après Alain Juppé et Dominique de Villepin, c’est au tour de Jean-Pierre Raffarin de se prononcer contre le projet de suppression de la taxe professionnelle : « l’actuelle proposition n’est ni claire, ni juste, ni conforme à nos conviction d’élus enracinés ».

Cela fait plusieurs semaines que les socialistes se mobilisent contre les projets recentralisateurs du gouvernement. Plusieurs élus de droite nous donnent aujourd’hui raison. Dans ce débat, c’est l’intérêt général qui est en jeu. Il dépasse les clivages politiques.

La taxe professionnelle est la principale ressource des collectivités locales. Elle est payée par les entreprises. Elles versent actuellement 26 milliards d’euros aux communes, aux départements et aux régions. Cet impôt nous permet de développer des infrastructures, d’investir dans le capital humain Il nous permet de faire des choix décisifs pour nos territoires.

A terme, sans autonomie fiscale, nous n’aurons plus aucune autonomie politique. L’autonomie politique, c’est vouloir agir et enclencher de nouvelles actions volontaristes. L’autonomie fiscale, c’est dégager les moyens de ses ambitions.

Il est temps que le gouvernement entende nos critiques et nos propositions. A défaut, qu’il entende les critiques de sa propre majorité. En l’état, le projet de réforme de la taxe professionnelle est inacceptable. Il nous prive d’une recette essentielle. Il compromet gravement la gestion de nos collectivités. Demain, nous ne pourrons plus lever l’impôt sur les entreprises. Fatalement, nous ne pourrons plus continuer de jouer notre rôle économique et social. Nos budgets seront totalement cadenassés. Nous serons dépendants des maigres subsides que l’Etat voudra bien nous accorder.

Nous demandons une vraie réforme en profondeur de la fiscalité locale. C’est un préalable à toute réforme territoriale. Notre autonomie fiscale doit être protégée et renforcée. Il faut le rappeler. C’est l’un des principes de notre libre administration !

Enfin, comme je le disais le 20 octobre lors de la Séance Plénière du Conseil Général du Nord :

« Ne laissez pas les pleins pouvoirs au Président Sarkozy. C’est un devoir de désobéir quand la démocratie locale est en péril ! »

Des moyens préservés pour nos collégiens

Deux délibérations étaient à l’ordre du jour de la dernière séance plénière du conseil général. La première sur la décision modificative n°2, qui est un équilibrage des nos finances. La seconde sur les dotations de fonctionnement des collèges publics pour l’exercice 2010.

Il reste au département, après cette décision modificative, 14, 8 millions d’euros pour mener des politiques volontaristes au service des nordistes. 14,8 millions d’euros sur un budget de 3 milliards : presque rien. Cette somme sera intégralement utilisée pour la sauvegarde des espaces naturels sensibles.

Nous payons aujourd’hui le désengagement de l’Etat. RMI, APA, prestation de compensation du handicap… sont autant de compétences ajoutées au département qui provoquent l’augmentation de 104 millions d’euros de dépenses non compensées. L’Etat s’est délesté au fur et à mesure que les dépenses sociales augmentaient. Longtemps nous avons réussi à maintenir l’équilibre.

La situation financière du département est désormais très précaire, au désengagement de l’Etat se rajoute la crise que traverse le secteur de l’immobilier. Cette crise provoque une perte de 75 millions d’euros sur les droits de mutations, le niveau de cette taxe étant dépendante du volume des transactions immobilières. Des moyens pour mener nos missions sociales et économiques ont disparus. Là où nous voulions en faire plus, nous avons du faire moins. La réforme sur la taxe professionnelle ne présage rien de bon, nous risquons de perdre encore et toujours beaucoup de recettes, l’autonomie des collectivités locales est donc totalement remise en cause. Les perspectives sont sombres, à ce rythme le département ne sera bientôt plus qu’un organe délibératif au service de l’Etat central. Ce n’est plus la démocratie quand on a les mains liées à ce point.

Malgré cette période difficile nous nous efforçons de sauvegarder l’essentiel. Ainsi les dotations de fonctionnement des collèges publics sont maintenues. Mieux, nous augmentons les moyens à hauteur de 2 euros par élèves. En parallèle, les subventions de fonctionnement aux collèges qui ont accumulés suffisamment de réserve financière pour fonctionner plus de deux mois sont réduites. Chaque euro dépensé doit servir le plus efficacement possible les conditions de scolarité de nos collégiens. Assurer l’avenir des jeunes et permettre l’égalité des chances par la formation au meilleur niveau est un devoir qui prévaut sur tout.

Le conseil général, financièrement pris à la gorge doit renoncer à certaines de ces politiques. Nous continuons à mettre tous les moyens dont nous disposons au service des nordistes. La volonté gouvernementale de recentraliser le pouvoir est forte mais notre détermination à défendre notre autonomie politique l’est tout autant. Les prochaines semaines seront déterminantes.

Semaine bleue en faveur des personnes âgées

Vous trouverez en pièce jointe un article de Nord Eclair du lundi 19 octobre 2009 sur la semaine bleue consacrée aux personnes âgées.

Le Conseil Général du Nord mène une politique volontariste de lutte contre l’exclusion des seniors. Notre priorité, c’est de permettre à chacun de vivre mieux et plus longtemps dans notre département.

Bonne lecture !

La semaine bleue du CG pour les personnes âgées Nord Eclair 19.10.2009

Conférence au salon professionnel de l’âge à Lille Grand Palais

Les personnes âgées forment une population variée. Certains sont en pleine forme. D’autres, peuvent être dépendantes ou en mauvaise santé. Elles ont besoin d’un accompagnement et d’un hébergement adaptés, de qualité.

L’avenir de nos politiques en faveur des aînés est devenu un vrai sujet de société. Nous devons rechercher de nouvelles solutions pour répondre à leurs besoins dans un monde qui change.

Ce sera l’objet de cette conférence en présence d’Henry Nogués, économiste et gérontologue, professeur émérite à l’Université de Nantes.

Affiche salon professionnel de l'âge 20/10/2009

Conseiller départemental du Nord