Partenord et LMH unis pour dénoncer « la fin des aides à la pierre »

jeudi 14.10.2010, 05:12 – La Voix du Nord

Didier Manier (Partenord, à g.) et Alain Cacheux (LMH).
| LOGEMENT SOCIAL |
Les présidents de Partenord Habitat, Didier Manier, et Lille Métropole Habitat, Alain Cacheux étaient assis côte à côte, hier, pour dénoncer les annonces gouvernementales sur le logement social. Une taxe de 340 ME par an, sur trois ans, devrait être imposée aux offices HLM. Et la hausse des loyers sera maintenue sous la barre du 0,57 %. Cette perspective, dévoilée au congrès HLM de Strasbourg il y a deux semaines, fait bondir les principaux acteurs du logement social. « Un désengagement de plus de l’État », dénonce Didier Manier. « Le prélèvement, au niveau régional, sera de 25 ME. Or les aides à la pierre se chiffrent à 24 ME », précise Alain Cacheux. Sur un territoire où la demande en locatifs sociaux est forte – 130 000 demandes dans la région, 25 000 pour Partenord, 17 000 pour LMH -, « le ministre nous dit de vendre !, bondit Didier Manier. Mais la paupérisation de ceux que nous logeons ne va pas dans le sens de l’achat ! »

Construire moins ?

Partenord et LMH ont déjà fait leurs projections. « Un quart de la production régionale de logements va en pâtir.

On construira un quart de moins que prévu et on réalisera moitié moins des mises aux normes exigées par le Grenelle. » Pour la métropole lilloise, engagée pour 2 000 logements locatifs sociaux par an, cela s’annonce mal. « La communauté urbaine a réussi à tenir son objectif en 2009, elle le tiendra en 2010, mais je m’inquiète pour 2011 », confie Alain Cacheux. La métropole est une zone particulièrement tendue : 40 % des demandes de logements de la région convergent vers elle.

« Pour nous, cela ressemble à la fin de l’aide à la pierre. La participation de l’État sur la production de logements était déjà réduite à sa portion congrue, ça ne va pas s’arranger. » En 2007, elle s’élevait nationalement à 800 ME. En 2011, elle sera de 500 ME, « auxquels on déduira 340 ME. La contribution nette de l’État sera donc de 260 ME, 60 en 2013. Pour la région, ça ne pèsera pas lourd… » Les organismes HLM devront faire face en puisant « dans les fonds propres… qui ne sont pas inépuisables », souligne Alain Cacheux. « Le pire, c’est que le fruit de cette taxe doit servir à financer l’ANRU, », dénoncent les présidents de LMH et Partenord.

Hier soir, ils en appelaient à la mobilisation des organismes HLM (Partenord vient de voter une motion contre la hausse limitée des loyers), élus, locataires et entreprises du bâtiment. • ST. F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *