Partenord Habitat : Faubourg Duchateau de Denain-la renaissance d’un quartier grâce à la fée ANRU

Partenord Denain 16.11.2013
crédit photo La Voix du Nord

De 1 200 logements en 1962, le Faubourg n’en compte plus aujourd’hui que 580. Même si l’ajout de la résidence Jacques-Brel, construite dans les années quatre-vingt, a comblé une partie du déficit d’habitations. Reste que ce quartier, avec 77 % de logements collectifs compte encore plus de 2 000 habitants (10 % de la population de Denain), dont la moitié a moins de 25 ans. Le projet de rénovation urbaine (le fameux ANRU), inscrit dans le cadre du Grand Projet de ville (GPV) et entré dans le concret il y a quatre ans, table sur la construction de 263 logements neufs (197 collectifs, 136 individuels, 20 accessions à la propriété), la réhabilitation de 329 existants (198 collectifs, 131 individuels), tandis qu’en même temps 251 logements sont voués à la démolition (le bâtiment Alsace est en cours, Dauphiné et Lyonnais suivront). Le chantier est déjà bien avancé puisque près de 400 habitations (y compris dans des opérations immobilières associées) ont déjà été livrées depuis 2012. On notera aussi que des noms ont enfin été donnés aux rues de ce quartier jusqu’alors tristement anonyme.

Quatre inaugurations vendredi après-midi

Vendredi après-midi, pas moins de quatre inaugurations ont permis de constater l’avancement de ce chantier colossal, d’autant que les entreprises rénovent les logements encore habités, ce qui est complexe, les résidents devant cohabiter dans un quartier en complète mutation. Une longue colonne de personnalités emmenée par le Villeneuvois Didier Manier, président de Partenord Habitat, Marcel Dehoux, vice-président, Christophe Bécuwe, directeur général de ce même organisme qui gère 660 logements à Denain (dont 580 au Faubourg) et Anne-Lise Dufour, députée-maire de Denain. Franck-Olivier Lachaud, le sous-préfet de Valenciennes, a rejoint le cortège un peu plus tard. Fabrice Piette, responsable de l’unité Partenord de Denain a joué les guides au milieu de ce quartier en effervescence.

On a d’abord cisaillé du ruban deux fois sur le boulevard Charles-de-Gaulle : d’abord pour inaugurer l’antenne Partenord Habitat (un équipement bienvenu tant pour les usagers que pour le personnel, car l’ancienne était installée dans un appartement) et les 36 logements neufs situés au-dessus ; puis pour lever le voile sur les résidences réhabilitées Poitou et Anjou, rue Guy-Naturel (dont on n’imagine guère qu’elles étaient auparavant de sordides immeubles à la brique rouge uniforme). Une heure plus tard, la joyeuse colonne faisait halte pour de nouveaux coups de ciseaux pour inaugurer huit logements fraîchement construits rue Édouard-Branly. La visite guidée s’est achevée près du centre social (ancienne ferme Thonville), rue du Pont-Hennuyer, où se dressent 36 collectifs.

Les discours du jour

Tous les piétons se sont ensuite retrouvés à l’espace projet du boulevard de Verdun (rouvert à la circulation) pour entendre la bonne parole. Anne-Lise Dufour n’a pas caché son enthousiasme : « Nous sommes en passe de gagner le pari. On ne reconnaît plus le Faubourg, avec ces logements enfin dignes du XXIe siècle. Certes, il y a de la boue, forcément, mais il faut savoir souffrir pour être beau. Il reste encore une bonne année de travaux, notamment pour construire la maison de quartier et le groupe scolaire Patrick-Roy. » Didier Manier a eu aussi une pensée pour l’ancien député-maire de Denain « qui avait ce quartier chevillé au corps ». « Des 33 dossiers régionaux ANRU, Partenord s’en occupe de 17. Pour celui de Denain, nous avons investi 72 M € et nous voyons aujourd’hui une réelle mixité sociale et générationnelle », a dit le président de l’institution. Franck-OLivier Lachaud a souligné cette rénovation urbaine sans précédent (42 milliards pour tout le pays), « plus grand effort de reconstruction depuis la Deuxième Guerre mondiale ». Et le sous-préfet de se féliciter de la réussite denaisienne, « preuve qu’il n’y a rien d’impossible et qu’il n’y a que des énergies à mobiliser ». Il spécule beaucoup sur le nouveau contrat de ville qui sera lancé au 1er janvier 2015, « qui va permettre à Denain de poursuivre son redressement en tirant des leçons du passé ».

Factures d’énergie en baisse

Comme l’a fait remarquer, dans son discours, Didier Manier lors de la quadruple inauguration au faubourg Duchateau, vendredi après-midi, la facture d’énergie a augmenté de 125 % en quinze ans. Voilà pourquoi l’idée de rendre les habitations du quartier moins énergivores est fort louable. Ainsi, sur une échelle de A à G, les logements neufs sont classés en B (de 51 à 90 kWh), tandis que deux qui sont réhabilités passent de E (231 à 330 kWh) avant travaux à C (91 à 150 kWh). Pour ces derniers, cette performance a été rendue possible par le passage du chauffage et l’eau chaude individuels à un système collectif. Personne ne devrait s’en plaindre dans un quartier où les revenus sont souvent minimaux

Source : La Voix du Nord

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *