Perte du triple A : la responsabilité du Président Sarkozy

Standard & Poor’s vient d’annoncer ce week-end la baisse de la note française.

La mauvaise nouvelle était attendue. Sans jouer les Cassandre, j’avais souligné, lors du débat sur le budget départemental 2012, la situation financière extrêmement tendue du pays et le niveau sans précédent de la dette publique. Aujourd’hui, la perte du triple A n’est donc pas vraiment une surprise.

Plus surprenantes sont les accusations de l’UMP contre le Parti Socialiste : contre son programme, son candidat ou les acquis sociaux permis par la Gauche. A en croire l’UMP, les responsables de la perte du triple A sont… les congés payés, les retraites et les socialistes eux-mêmes ! Dans la bouche de l’UMP, le mensonge a valeur d’argument.

Or, les chiffres sont incontestables :

– la dette publique a augmenté de 788 milliards d’euros depuis 2002 : en dix ans, la Droite a multiplié la dette par deux,
– 75 milliards d’euros de cadeaux fiscaux ont été octroyés depuis 2007,
– selon la Cour des Comptes, la politique du Président Sarkozy est responsable de la moitié de la hausse du déficit !

Le bouclier fiscal a coûté à lui seul 3, 5 milliards d’euros entre 2007 et 2011. Il restera le symbole du quinquennat du Président Sarkozy : les caisses de l’Etat ont été vidées pour remplir les poches de quelques uns. Ainsi, en 2010, le fisc a fait un chèque de remboursement de 30 millions d’euros à Madame Liliane Bettencourt, première actionnaire de L’Oréal !

La perte du triple A vient donc sanctionner les choix iniques et la mauvaise gestion de la Droite. C’est en effet la Droite qui a gaspillé l’argent public, creusé le déficit, cassé la croissance et pénalisé l’emploi. La Droite est la seule et unique responsable de la situation calamiteuse. Aujourd’hui, elle doit partir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *