Pont de Merville : une concertation fructueuse avec les agriculteurs

MERVILLE 15.07.2014J’avais donné rendez-vous mardi dernier aux agriculteurs de l’Union Agricole d’Hazebrouck  pour évoquer la question du pont de Merville sur la RD69.

Le pont avait fait l’objet de travaux d’entretien fin 2013. Il s’agissait de refaire les trottoirs du pont construits d’origine en encorbellement avec deux dalles en béton armé de chaque côté, d’une largeur d’environ 1 mètre. Les travaux n’avaient pas modifié les caractéristiques de l’ouvrage mais ils avaient gommé l’effet des rechargements successifs de la chaussée : route et trottoirs avaient fini par se confondre.

Manœuvres délicates pour les engins agricoles

La rénovation de l’ouvrage d’art s’est révélée problématique pour la circulation des engins agricoles. Certains avaient besoin de 3, 50 mètres voire de 4 mètres d’empattement alors que la chaussée n’est que de 3 mètres et ils ne pouvaient plus empiéter sur les trottoirs, bien relevés.

Concertation et proposition du Département du Nord

Depuis 1 an, les échanges ont été renforcés entre la Chambre d’Agriculteur, le syndicat FDSEA et le Département du Nord sur les projets routiers. Le monde agricole est conscient qu’il doit communiquer sur les gabarits de leurs engins qui peuvent poser problème.

Dans ce climat de confiance, j’ai souhaité trouver une option qui puisse concilier la demande des agriculteurs à l’intérêt général défendu par le Département du Nord.

Nous avons donc retenu cette option : la réalisation sur la chaussée – pour un coût réduit – d’un rechargement minime en enrobés afin que les engins agricoles puissent déborder sur les trottoirs de l’ouvrage et ainsi franchir le pont.  La proposition devra être validée par la Communauté de Communes de Flandre intérieure car le déclassement de la voie est déjà prévue.

De manière plus globale, en termes de relation entre la profession agricole et le Département, des groupes de travail seront lancés à la rentrée de septembre sur les questions du foncier et de la gestion / exploitation des routes. Il s’agit de continuer à mieux prévenir les potentielles situations de blocage… La concertation prime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *