Pour le logement, le changement, c’est maintenant.

J’ai regardé hier soir le Président/candidat. Je ne pouvais pas le manquer, il monopolisait mon téléviseur.

J’aurais pu passer une meilleure soirée : hausse de la TVA, destruction du code du travail… Rien ne nous sera épargné.

Le Président a annoncé une série de mesures applicables si, d’aventure, les français choisissaient de le reconduire. L’une d’entre-elles concerne le logement. Dans ce domaine la situation est alarmante. Les dépenses de logement représentent désormais un quart du budget des ménages. Les prix de vente ont augmenté de +140 % depuis 2002.1,2 millions de ménages sont sur listes d’attente pour un logement social.3 millions de Français sont mal-logés, plus de 9 millions sont en réelle fragilité de logement.

Ce constat est le bilan d’une politique ; celle menée par la Droite depuis 10 ans. Les subventions destinées à la réalisation de logements sociaux sont en voie d’extinction. Depuis 2009, le budget de la Nation ne comprend plus un centime pour la lutte contre l’habitat indigne ni un centime pour la réhabilitation des logements sociaux. Les crédits destinés à la construction locative et à l’amélioration du parc ont fondu : depuis 2007, ils sont passés de 827 millions d’euros à 322 millions (-61 %).

Le Président/candidat Sarkozy a donc annoncé une mesure pour faire face à cette situation : il sera possible à tous propriétaires d’agrandir son bien de 30%. Cette mesure n’est pas à la hauteur des enjeux. Ceux qui auront les moyens d’agrandir leurs immeubles n’auront pas pour ambition de loger des familles à un coût décent. Cette proposition est dans la continuité de ce qui a été fait depuis 10 ans…

Pour le logement, le changement, c’est maintenant. François Hollande s’engage à mettre en place l’encadrement des loyers. Il renforcera la loi SRU avec des pénalités plus fortes à l’encontre des communes récalcitrantes. Il fera une grande loi foncière en faveur du logement abordable. Il mènera une politique fiscale juste : pas d’avantage fiscal sans contrepartie sociale.

Continuité ou changement, pour le logement comme pour la fiscalité, l’emploi …, les Français choisiront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *