Archives par mot-clé : commune d’Aulnoye Aimeries

Dans La Voix du Nord : « Une maison de santé pluridisciplinaire à Aulnoye-Aymeries pour juguler l’hémorragie médicale du canton »

Le canton de Berlaimont : douze communes, 22 500 habitants et 16 médecins, dont 20 % partiront en retraite d’ici cinq ans. Des médecins généralistes au bout du rouleau qui ploient sous les consultations et en mal de qualité de vie, des patients excédés par l’attente, 20 bonnes minutes pour rallier l’hôpital de Maubeuge…

Le canton de Berlaimont, secteur le plus pauvre en médecins de la région Nord-Pas-de-Calais, partage cette triste palme avec un secteur de Flandres intérieure. Il faudrait au canton cinq nouveaux médecins dans les cinq ans et cinq à huit dans les dix ans pour maintenir l’offre de soins.

En 2008, inquiet devant cette démographie médicale en souffrance et un avenir pour le moins angoissant, la municipalité aulnésienne s’est engagée dans un projet de médecine regroupée. Bernard Baudoux, maire, a confié ce dossier à un conseiller municipal, Michel Dewaele, dont la trajectoire professionnelle au sein des Papillons blancs et ses anciennes fonctions de directeur de l’association ont fait l’homme de la situation. Le conseiller se dit convaincu qu’une ville comme Aulnoye qui connaît un développement économique et architectural, culturel et sportif intense, doit aussi se soucier de la santé de ses habitants.

Malgré son expérience, une patience et une ténacité à toute épreuve, le projet de maison de santé, ralenti par une administration tâtillonne et un montage juridique complexe, a mis à rude épreuve l’élu aulnésien durant ces quatre ans. Il a fallu également convaincre les médecins du canton du bien-fondé d’une maison de santé.

Dans l’esprit, c’est une vraie révolution culturelle pour le médecin dit de campagne ! Le projet s’appuie sur un travail en collectif, quand la profession est viscéralement attachée à son côté « libéral ». Par chance, deux médecins d’Aulnoye, immédiatement convaincus de l’intérêt du regroupement, ont formé tout de suite un noyau dur, avant que d’autres généralistes ne les rejoignent. Ils n’ont pas attendu les murs pour avancer. Quatre médecins se sont déjà formés pour être maîtres de stage et accueillir les futurs stagiaires qui s’installeront peut-être un jour à Aulnoye. Michel Dewaele croit en l’attractivité de sa ville, dotée d’équipements propices à une vie sociale et familiale épanouissante et de moyens de transport proches, comme la gare.

Validé par l’ARS. Aujourd’hui, le conseiller municipal, serein après les dernières étapes franchies avec succès, voit le bout du tunnel, même si tout n’est abouti. Deux décisions ont placé définitivement le projet en orbite : l’ARS (agence régionale de santé) a validé le projet de santé du territoire et l’office public Partenord a été reconnu maître d’ouvrage après les délibérations du conseil municipal et du conseil d’administration de l’office public. À ce titre, le bailleur, dont Michel Dewaele salue l’engagement, pourra faire directement la demande de subventions auprès de l’État et du conseil régional et du Département, soit 540 000 € sur un projet de 2 360 000 €. La maison de santé pluridisciplinaire viendra se loger avant le magasin Solemur (bientôt Pôle Emploi) sur une surface de 780 m 2 sur deux niveaux. Le bailleur prévoit d’y accoler 42 logements de type 1, 1 bis et 2 destinés prioritairement à des personnes âgées autonomes qui souhaitent un accès facile aux commerces du centre ville.

Orthophoniste et orthoptiste en négociation. « On a une idée de qui sera là, même si ça va encore bouger », souligne Michel Dewaele. Dix-sept professionnels libéraux de santé sont aujourd’hui inscrits, soit sept généralistes du canton, deux kinés, quatre infirmières, un orthophoniste (en négociation), un orthoptiste (en négociation), un ou deux psychologues, le service infirmier de soin à domicile. « La maison de santé abritera aussi une consultation rapprochée de radiologie, un projet porté par Dr Van Tiggelen, radiologue à Berlaimont et qui souhaite mettre en place à Aulnoye des « petits » IRM et des échographies ». souligne l’élu.

Le centre hospitalier de Maubeuge y ouvrira une consultation obstétrique délocalisée. Le laboratoire d’Aulnoye, installé dans le centre ville, intéressé par la proximité de la maison de santé, pourrait déménager. dans la foulée. Pour améliorer l’offre de soins à la population, l’élu espère aussi avoir des consultations rapprochées occasionnelles d’un ophtalmo et d’un otorhino laryngologue. Voire d’autres praticiens séduits par ce nouveau mode de pratique de la médecine, et par un bâtiment HQE aux coûts énergétiques bas, aux loyers modérés (entre 300 et 500 €) et en règle avec la mise en accessibilité aux personnes handicapées. Une obligation qui ne sera pas forcément facile dans les vieux cabinets…

Ouverture fin 2015 ? Pour un parfait équilibre, la maison de santé abritera également des acteurs de la prévention, de la promotion et de l’éducation à la santé, des associations qui disposeront gratuitement des lieux. Leurs actions seront pris en charge par une association loi 1901 ouverte d’ailleurs à tous les professionnels médicaux extérieurs qui souhaiteraient établir un lien avec la maison de santé et bénéficier de ses actions. Michel Dewaele, confiant, table sur une pose de première en 2014 pour une ouverture fin 2015. Ce jour-là, ce sera sans doute le plus heureux des hommes…

Source : La Voix du Nord