Archives par mot-clé : Compiègne

Vers la « Mobilité Courante »

photo 2A l’invitation de François Ferrieux, j’ai participé ce jeudi à Compiègne au premier colloque national sur la « mobilité courante ».

Le principe est simple, réunir tous les acteurs pour faire en sorte qu’un jour, la mobilité devienne un service public presque aussi accessible que l’eau courante.

Cela consiste en une prise de responsabilité collective par les Autorités Organisatrices de Transports de la fluidité de l’ensemble des chaînes. Dit autrement, une obligation à coopérer.

Dans ce cadre, j’ai pu évoquer le Schéma « Mobilité Liberté 2030 » du Département du Nord qui intègre complétement les problématiques de l’intermodalité et de la liberté de déplacement pour les individus.

Un Schéma « Mobilité Liberté 2030 » qui contient dans ses gênes la notion de coopération puisqu’il a été élaboré et enrichi grâce aux Ateliers Citoyens Départementaux et à un grand Appel à Projets.

Ce Schéma, qui se décline en 50 fiches-actions opérationnelles, fixe 3 objectifs simples et ambitieux :

  • Une mobilité assurant une liberté de déplacement ;
  • Un droit à la mobilité assuré pour tous ;
  • Une mobilité socialement responsable.

J’ai également pu faire partager l’expérience inédite que connaît notre territoire à travers la mise en place du SMIRT (Syndicat Mixte Intermodal Régional de Transport).

Un outil récent de coordination qui rassemble la Région Nord-Pas-de-Calais, les deux Département ainsi que les 11 Autorités Organisatrices de Transports Urbains autour de 3 objectifs :

  • améliorer l’intermodalité
  • harmoniser les systèmes billettiques et développer une carte régionale
  • unifier les tarifications pour aller vers un titre de transport unique

La billettique est le projet le plus avancé du SMIRT. Le support billettique Pass Pass existe maintenant depuis 2011 et compte à ce jour parmi les utilisateurs les réseaux de la Région, du Département du Nord, de Lille, Dunkerque, Calais et Cambrai (soit 6 AOT).

Ce travail se poursuit avec le projet de Centrale SMIRT qui doit permettre :
– de rassembler les horaires des 14 autorités organisatrices et de les traiter au moyen d’un calculateur d’itinéraire ;
– de gérer les données billettiques pour les échanges entre réseaux.

Enfin, sur la question de l’intermodalité, comme sur d’autres problématiques comme la congestion de la métropole lilloise, la solution ne se résume pas au toujours plus d’infrastructures routières.

C’est pourquoi il est plus que jamais nécessaire de coopérer, d’innover et de rechercher des modes alternatifs de transport. C’est l’objectif du SMIRT, de la Conférence métropolitaine comme de l’Appel à projets ou des Ateliers Citoyens Départementaux.

En ce sens, une réforme territoriale est nécessaire et pourrait favoriser le développement de cette « mobilité courante » à travers notamment la désignation d’un chef de file et la clarification des compétences.

Je ne suis donc pas pour le statu quo. Mais cette future réforme territoriale n’aura de sens que si elle répond à une question essentielle ; celle de la fiscalité et de la capacité financière des collectivités territoriales à remplir les missions qui lui sont confiées.