Archives pour l'étiquette débat sur le logement

Dans Voix du Nord : La question du logement au centre des débats à Houplines

Un débat sur le logement peut être abordé avec sérieux ou avec gravité aussi lorsqu’il s’agit des plus démunis.

Vendredi soir, Thierry Fontaine a d’abord rendu hommage à l’action de Pierre Mauroy, disparu le matin même, avant d’animer la soirée débat sur le logement organisée aux étangs du Pont Ballot. Un enjeu qu’il considère comme primordial à Houplines et ce, à quelques mois des prochaines échéances municipales. Dans son propos introductif, Thierry Fontaine a estimé qu’il faut « recréer un cercle vertueux en faveur du logement à Houplines ». Et de s’interroger : « Comment résister à l’appétit des promoteurs ? ».

Président de Partenord Habitat, Didier Manier a rappelé que 70 % des Français sont potentiellement éligibles à l’attribution d’un logement social. Pour satisfaire à la demande, il considère qu’il faut une aide des collectivités et une volonté politique pour libérer du foncier mis à la disposition des bailleurs sociaux, pour y construire des bâtiments de qualité, peu énergivores. « Nous accueillions, ce soir, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre sous une tente », a poursuivi Thierry Fontaine.

Invité à cette conférence-débat en plein air, Patrick Doutreligne s’est lancé dans une description alarmiste sur la situation du logement en France, non sans quelques traits d’esprit qui ont donné du relief à son intervention. « Tout a commencé en 1954, quand l’Abbé Pierre sous une tente a fait son appel à la radio. Et une demi-heure après, la tente débordait », a rappelé Patrick Doutreligne, dont le rappel historique force le respect. « Quand l’appel citoyen mobilise beaucoup de personnes, le pouvoir politique est obligé de réagir à ce mouvement populaire. ».

L’Elysée au courant

Le compagnon de route de l’abbé Pierre a prôné l’action de l’État pour encadrer les loyers et le prix du mètre carré. Il pense notamment aux catégories les plus fragilisées, comme les jeunes sur le marché du travail, les aînés avec de faibles pensions, les femmes isolées. « Si vous voulez garder des services publics, il faut du logement social pour accueillir des jeunes qui démarrent dans la vie. C’est devenu un enjeu majeur. » Sur un sujet pourtant sensible à ses yeux, Patrick Doutreligne sait aussi manier le propos avec humour. « Ce midi, j’étais à l’Elysée pour préparer cette loi sur le logement. À l’Elysée, ils sont au courant qu’il y a une soirée sur ce thème à Houplines », a-t-il souri.

Par F. D. (CLP)

Source : Voix du Nord – édition du 9 juin 2013