Archives par mot-clé : département du nord

Elections départementales – Mobilisés pour le second tour avec le rassemblement des forces de Gauche, écologistes et de progrès !

Dans le Nord, moins d’un électeur sur deux a voté dimanche à l’occasion du premier tour des élections départementales. Le taux de participation est de 46%, à peine meilleur qu’en 2011 alors que seule la moitié des cantons étaient renouvelables. Dans plusieurs cantons, l’abstention dépasse les 60% !

C’est un très mauvais résultat pour notre démocratie locale.

Le FN parvient à se maintenir dans 38 cantons sur 41.

Au second tour, il y aura 12 duels de la Gauche contre le FN, 2 duels de la Gauche contre l’UMP, et 22 duels UMP FN. Il y aura également 4 triangulaires.

Dans chacun des cantons, le second tour sera extrêmement serré. Le résultat n’est acquis pour personne. Il n’y a rien de joué à l’avance.

Dimanche 29 mars, mobilisez-vous !

Défendez nos valeurs républicaines ! Choisissez le Nord solidaire !

Votez pour le rassemblement de toutes les forces de Gauche, écologistes et de progrès !

Un nouveau piano pour l’Orchestre de Chambre de Villeneuve d’Ascq

J’ai eu le plaisir de remettre ce mardi soir à Monsieur Lafeuille et à l’Orchestre de Chambre de Villeneuve d’Ascq un piano.

Pour soutenir la pratique amateur, le Département du Nord dote d’instruments de musique les structures musicales. Chaque année, ce sont plus d’une centaine d’instruments qui sont ainsi offerts.

IMG_2080

Une manière de contribuer au développement de cette pratique culturelle très vivante dans le Nord. J’ai rappelé mon attachement à ce que la culture ne devienne pas une variable d’ajustement.

La culture, sous toutes ses formes, contribue à l’épanouissement des individus. Quand en plus la pratique musicale est collective, elle est source de lien culturel et social facilitant le vivre ensemble.

Et pour nous, spectateurs, un très bon moment de musique et de partage !

Inauguration de Simone de Beauvoir à Villeneuve d’Ascq : un collège d’exception pour le Pont de Bois !

J’ai inauguré jeudi dernier le nouveau collège Simone de Beauvoir au Pont de Bois qui vient d’être classé parmi les quartiers prioritaires de la nouvelle politique de la ville.

Réalisé par le Département du Nord, l’établissement peut accueillir 650 élèves en classes générales et 80 en enseignement adapté. Plus qu’un collège, il s’agit d’un véritable complexe éducatif avec :
– 18 salles d’enseignement général et 4 salles de SEGPA ;
– 2 classes pupitres ;
– un restaurant scolaire pour 450 couverts ;
– des locaux de vie scolaire, un centre de documentation, une salle culturelle, une salle d’activités sportives de 400m² au sein du collège avec mur d’escalade ainsi qu’un plateau sportif de 970m².

En outre, le collège a été bâti dans le respect des normes les plus contraignantes en termes d’économies d’énergie : le bâtiment atteint le niveau de performance des Bâtiments Basse Consommation !

Au total, l’établissement représente un investissement net de près de 25 millions d’euros de la collectivité départementale !

Bâtisseur de collèges, le Nord est également co-éducateur en lien avec la communauté éducative ainsi que les services de l’Education nationale.

Depuis le début du mandat en 2011, nous mobilisons des moyens conséquents pour l’éducation de l’ordre de 80 millions d’euros pour le fonctionnement des collèges, l’attribution d’aides sociales ou de moyens pédagogiques importants à l’image du Projet Educatif Global Départemental (PEGD).

J’ai le plaisir de constater que l’Education nationale partage aujourd’hui notre ambition éducative, avec la nouvelle politique d’éducation prioritaire dont va bénéficier Simone de Beauvoir dès 2015 : c’est une excellente nouvelle pour l’établissement !

Congrès de l’ADF : le Département a toujours un avenir !

FullSizeRender-2J’ai assisté ce matin au discours du Premier ministre à l’occasion du 84ème Congrès de l’Assemblée des Départements de France qui a lieu à Pau du 5 au 7 novembre. 

Devant les Présidents des Conseils départementaux, le chef du gouvernement a confirmé le virage de l’exécutif quant au devenir de la collectivité départementale, que ce soit avant ou après 2020 : « nous avons besoin de cet échelon intermédiaire, qui peut évoluer bien sûr, que sont les conseils généraux, qui ont des compétences de proximité, de solidarité tout à fait essentielles » a pu déclarer Manuel Valls.

Manuel Valls : « Nous avons besoin des Conseils départementaux. »

Entre les nouvelles grandes régions stratèges et le couple communes – intercommunalités, le Département représente la meilleure échelle pour assurer les solidarités sociales et territoriales. Le rôle des Conseils départementaux en matière de protection des populations les plus fragiles et d’aide aux communes va donc être préservé.

Je me félicite que le Premier ministre – avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger sur la réforme territoriale il y a une dizaine de jours à Matignon – ait ainsi choisi de prendre en compte les revendications légitimes des Départements de France.

Aujourd’hui, nous sommes prêts à clarifier les compétences de notre échelon départemental mais également à assumer de nouvelles responsabilités en termes d’ingénierie ou d’accès aux services publics sur l’ensemble des territoires.

Département du Nord : notre feuille de route en matière d’orientations budgétaires

En 2015, comme dès 2011, notre feuille de route en matière d’orientations budgétaires reste identique. Voilà encore une nouvelle preuve de constance, de vision et d’ambition au service du Nord et des Nordistes, avec pour objectifs :

– un budget qui permette d’être au rendez vous de la solidarité et de nos compétences obligatoires,

– un budget qui soutienne des projets innovants au service des territoires et des Nordistes, somme des engagements des différents Debats d’Orientations Politiques,

– un budget qui ne fasse pas appel davantage au contribuable n

ordiste. Ce qui est proposé, c’est en 2015, pour la sixième année consécutive, de ne pas augmenter les taux de la fiscalité locale départementale,

– un budget qui maintienne un haut niveau d’investissement, pour l’avenir de notre territoire et pour l’emploi,

– et enfin, un budget qui préserve les grands équilibres financiers, car l’esprit de responsabilité, c’est celui de ne pas obérer la capacité à agir du Département dans les années à venir, et de préserver la qualité de sa signature dans les emprunts futurs.

Département du Nord : notre bilan !

A l’occasion de la Séance Plénière du 3 novembre, j’ai pu revenir sur les grandes réalisations départementales du mandat 2011-2015.

Expliquer et partager le mandat que nous ont confié les Nordistes est la ligne de conduite que s’était fixée notre assemblée. Ainsi, nous avons  inauguré une nouvelle méthode de travail à travers  la mise en œuvre de la démocratie participative au Département du Nord. En 2012, les Ateliers citoyens ont rassemblé 1000 Nordistes sur le Projet Educatif Global Départemental ; en 2013, 1200 sur la mobilité pour tous et en 2014, 1700 personnes sur la thématique du bien vieillir. Le Département est désormais à la pointe de la concertation !

Nous avons profondément rénové la gouvernance départementale avec : l’organisation chaque année d’un Débat d’Orientation Politique pour  fixer de nouvelles priorités, la convention 59/62 pour rapprocher les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais, le nouveau dialogue avec les territoires à travers les contrats d’aménagement et de développement durable ou encore les rencontres des trois exécutifs régionaux.

Le Département est devenu une grande collectivité de projet et d’innovations au service d’un Nord fort et solidaire.

Le Nord fort que nous avons impulsé est un Nord bâtisseur. Nous avons réalisé des investissements considérables en matière d’infrastructures dans tous les territoires avec des opérations emblématiques comme le contournement de Pont-à-Marcq, du Cateau-Cambrésis ou Borres-Pradelles. Nous avons également débloqué des investissements remarquables en matière de collèges : depuis 2011, huit nouveaux collèges ont été inaugurés. Nous avons encore investi au service des communes nordistes : 454 opérations ont été financées au titre du Fonds Départemental pour l’Aménagement du Nord (volet local) pour un montant de plus de 48 millions d’euros. L’impact de l’investissement n’est pas négligeable : un million d’euros investi représente 10 emplois créés, durables et non délocalisables !

Le Nord fort que nous avons voulu construire est un Nord éco-responsable. C’est ainsi que le Département a travaillé sur des technologies de pointe, exemplaires en matière d’économie d’énergie à l’image du nouveau magasin ultra-moderne des Archives départementales, l’un des tous premiers bâtiments à énergie positive de la région !

Le Nord fort que nous avons souhaité bâtir est un Nord attractif. Pour cela, des partenariats d’excellence ont été signés avec de grands acteurs culturels mais aussi des clubs sportifs de première catégorie qui contribuent à l’image positive de notre département !

Le Nord fort que nous défendons est un Nord qui prépare l’avenir de sa jeunesse. En plus des moyens injectés pour la reconstruction, la réhabilitation et l’entretien des les collèges, nous avons maintenu l’ensemble de nos politiques volontaristes pour les collégiens et leur famille (gratuité du transport scolaire, aides à la demi-pension, bourses départementales, etc). Nous avons même innové avec la mise en place du Projet Educatif Global Départemental, le premier du genre au plan national !

Le Nord fort que nous avons imaginé est un Nord créateur d’emplois. Depuis 2011, le Département a mis en place une politique tournée vers l’activité économique avec de nombreux outils : les structures d’accompagnement, les ruches, les clauses sociales qui ont permis de proposer 250 000 heures de travail aux Nordistes en 2013 sur les chantiers départementaux !

Avec le poumon de l’activité économique, nous avons mis le social au coeur de notre action. L’idée d’un Nord fort n’a jamais été séparée de l’idée d’un Nord solidaire. Les deux sont liés. Il ne peut y avoir de société solide et prospère sans lutte contre les inégalités. Un Nord solidaire, c’est un Nord qui accompagne chacun dans un parcours d’insertion adapté. C’est un Nord qui porte l’exigence d’égalité réelle pour les personnes en situation de handicap. C’est une collectivité qui prend soin de l’enfance et qui combat toutes les exclusions.

Aujourd’hui, nous devons continuer d’agir pour un Nord ambitieux et innovant. Il faut poursuivre nos réflexions dans les domaines de l’agriculture et du développement rural, de la solidarité entre les territoires, d’environnement et de transition énergétique, de tourisme, d’Economie Sociale et Solidaire.

Le Nord doit continuer à faire preuve de volontarisme en matière de grands projets structurants à l’image du Canal Seine Nord, porteur d’emplois et d’espoir !

Continuons le travail pour un Nord fort et solidaire !

Département du Nord – Retour sur la Séance Plénière du lundi 20 octobre : dotations aux collèges publics, contrat de territoire de la métropole et développement durable

HEMICYCLE CG OCTOBRE 2014Les points principaux de cette Séance du 20 octobre au Conseil général du Nord concernait trois domaines :

– le fonctionnement des collèges publics,

– le contrat de territoire de la métropole lilloise,

– la mise en œuvre du développement durable au sein de la collectivité départementale.

En matière de fonctionnement des collèges, les élus départementaux ont choisi, à l’unanimité, de maintenir le montant de la dotation au même niveau qu’en 2013, soit 22,7 millions d’euros. Les moyens pédagogiques sont sanctuarisés !

Concernant le contrat de territoire métropolitain, les Conseillers généraux ont adopté le plan d’actions d’aménagement et de développement, véritable feuille de route des projets qui seront accompagnés par le Nord ces prochaines années.

En outre, deux rapports liés au développement durable ont été présentés à l’hémicycle : l’un sur le bilan des gaz à effet de serre et l’autre sur les avancées de la collectivité en termes « d’éco-responsabilité ».

J’ai également eu l’occasion de répondre à une question d’actualité sur le projet emblématique du Canal Seine Nord Europe dont le lancement vient d’être annoncé par le Premier ministre : il s’agit d’un projet porteur en termes de développement économique et d’emploi !

Enfin, j’ai pu annoncer que le Nord était candidat à l’expérimentation de la Garantie Jeunes en 2015.  Lancé en 2013 dans le cadre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le dispositif (financé par l’État avec l’appui de fonds européens) concerne les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi et sans formation. Les bénéficiaires s’engagent avec leur Mission locale dans un parcours d’insertion  en échange d’une allocation et d’un logement.

 

Vers la « Mobilité Courante »

photo 2A l’invitation de François Ferrieux, j’ai participé ce jeudi à Compiègne au premier colloque national sur la « mobilité courante ».

Le principe est simple, réunir tous les acteurs pour faire en sorte qu’un jour, la mobilité devienne un service public presque aussi accessible que l’eau courante.

Cela consiste en une prise de responsabilité collective par les Autorités Organisatrices de Transports de la fluidité de l’ensemble des chaînes. Dit autrement, une obligation à coopérer.

Dans ce cadre, j’ai pu évoquer le Schéma « Mobilité Liberté 2030 » du Département du Nord qui intègre complétement les problématiques de l’intermodalité et de la liberté de déplacement pour les individus.

Un Schéma « Mobilité Liberté 2030 » qui contient dans ses gênes la notion de coopération puisqu’il a été élaboré et enrichi grâce aux Ateliers Citoyens Départementaux et à un grand Appel à Projets.

Ce Schéma, qui se décline en 50 fiches-actions opérationnelles, fixe 3 objectifs simples et ambitieux :

  • Une mobilité assurant une liberté de déplacement ;
  • Un droit à la mobilité assuré pour tous ;
  • Une mobilité socialement responsable.

J’ai également pu faire partager l’expérience inédite que connaît notre territoire à travers la mise en place du SMIRT (Syndicat Mixte Intermodal Régional de Transport).

Un outil récent de coordination qui rassemble la Région Nord-Pas-de-Calais, les deux Département ainsi que les 11 Autorités Organisatrices de Transports Urbains autour de 3 objectifs :

  • améliorer l’intermodalité
  • harmoniser les systèmes billettiques et développer une carte régionale
  • unifier les tarifications pour aller vers un titre de transport unique

La billettique est le projet le plus avancé du SMIRT. Le support billettique Pass Pass existe maintenant depuis 2011 et compte à ce jour parmi les utilisateurs les réseaux de la Région, du Département du Nord, de Lille, Dunkerque, Calais et Cambrai (soit 6 AOT).

Ce travail se poursuit avec le projet de Centrale SMIRT qui doit permettre :
– de rassembler les horaires des 14 autorités organisatrices et de les traiter au moyen d’un calculateur d’itinéraire ;
– de gérer les données billettiques pour les échanges entre réseaux.

Enfin, sur la question de l’intermodalité, comme sur d’autres problématiques comme la congestion de la métropole lilloise, la solution ne se résume pas au toujours plus d’infrastructures routières.

C’est pourquoi il est plus que jamais nécessaire de coopérer, d’innover et de rechercher des modes alternatifs de transport. C’est l’objectif du SMIRT, de la Conférence métropolitaine comme de l’Appel à projets ou des Ateliers Citoyens Départementaux.

En ce sens, une réforme territoriale est nécessaire et pourrait favoriser le développement de cette « mobilité courante » à travers notamment la désignation d’un chef de file et la clarification des compétences.

Je ne suis donc pas pour le statu quo. Mais cette future réforme territoriale n’aura de sens que si elle répond à une question essentielle ; celle de la fiscalité et de la capacité financière des collectivités territoriales à remplir les missions qui lui sont confiées.