Archives par mot-clé : développement durable

Contournement sud de La Chapelle : une réalisation routière exemplaire !

IMAGE 08.03.2015J’ai participé dimanche dernier à l’inauguration du contournement sud de La Chapelle d’Armentières en présence de Bernard Hazebroeck, Vice-Président de la Métropole Européenne de Lille et Maire d’Armentières, Bernard Coisne, Maire de La Chapelle et de Jean-François Legrand, Maire d’Houplines.

Le contournement est une réalisation routière exemplaire !

Sur le plan de la sécurité et de la fluidité du trafic routier, le nouveau contournement soulage la traversée d’agglomération en réduisant la circulation au cœur de la commune de La Chapelle d’Armentières. Il permet également la fermeture du passage à niveau de la rue Vigneron jugé comme le plus accidentogène du Nord.

Sur le plan du cadre de vie, le contournement permet pour les habitants du centre-ville de La Chapelle d’Armentières une réduction des nuisances liées à la pollution de l’air et à la pollution sonore. Par ailleurs, les riverains de la voie nouvelle, en particulier les résidents du lotissement du Parc, bénéficient d’un écran acoustique de protection. Il faut enfin noter que des aménagements paysagers ont été réalisés tout au long du contournement.

11035468_10203624793643596_4573031198391771591_nSur le plan du développement économique, le contournement participe à l’attractivité du territoire. Le parc d’activités d’Houplines bénéficie à présent d’une meilleure accessibilité, critère essentiel pour les investisseurs et les entreprises.

Sur le plan de la mobilité, le contournement est une opération globale qui a intégré l’ensemble des modes de transport avec, notamment, la création d’une piste cyclable et l’aménagement en 2015-2016 d’un passage inférieur au niveau du passage à niveau de la rue des Vignerons.

L’ensemble des exigences liées à la mobilité, l’environnement, au développement économique, au cadre de vie et à la sécurité routières ont été prises en compte et complétement intégrés dans le projet du contournement sud de La Chapelle d’Armentières. 

Enfin, l’opération n’a pas manqué d’associer largement les habitants du territoire, depuis la phase de conception jusqu’à la réalisation du contournement. Le chantier a reçu l’adhésion complète de la population.

D’un coût total de 23 millions d’euros, le contournement sud de La Chapelle d’Armentières a été réalisé en partenariat par le Département du Nord et la Métropole Européenne de Lille avec la participation de Réseau Ferré de France (RFF).

Département du Nord – Retour sur la Séance Plénière du lundi 20 octobre : dotations aux collèges publics, contrat de territoire de la métropole et développement durable

HEMICYCLE CG OCTOBRE 2014Les points principaux de cette Séance du 20 octobre au Conseil général du Nord concernait trois domaines :

– le fonctionnement des collèges publics,

– le contrat de territoire de la métropole lilloise,

– la mise en œuvre du développement durable au sein de la collectivité départementale.

En matière de fonctionnement des collèges, les élus départementaux ont choisi, à l’unanimité, de maintenir le montant de la dotation au même niveau qu’en 2013, soit 22,7 millions d’euros. Les moyens pédagogiques sont sanctuarisés !

Concernant le contrat de territoire métropolitain, les Conseillers généraux ont adopté le plan d’actions d’aménagement et de développement, véritable feuille de route des projets qui seront accompagnés par le Nord ces prochaines années.

En outre, deux rapports liés au développement durable ont été présentés à l’hémicycle : l’un sur le bilan des gaz à effet de serre et l’autre sur les avancées de la collectivité en termes « d’éco-responsabilité ».

J’ai également eu l’occasion de répondre à une question d’actualité sur le projet emblématique du Canal Seine Nord Europe dont le lancement vient d’être annoncé par le Premier ministre : il s’agit d’un projet porteur en termes de développement économique et d’emploi !

Enfin, j’ai pu annoncer que le Nord était candidat à l’expérimentation de la Garantie Jeunes en 2015.  Lancé en 2013 dans le cadre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le dispositif (financé par l’État avec l’appui de fonds européens) concerne les 18-25 ans en situation de précarité, sans emploi et sans formation. Les bénéficiaires s’engagent avec leur Mission locale dans un parcours d’insertion  en échange d’une allocation et d’un logement.

 

Nouvelle liaison Nieppe-Armentières : lancement des travaux !

Didier Manier présente le projet de la RD 945n.
Didier Manier présente le projet de la RD 945n, nouvelle liaison entre Nieppe et Armentières entouré de Bernard Haesebroeck et de Michel Vandevoorde.

Vice-Président en charge des transports et des infrastructures au Département du Nord, Didier Manier vient de lancer le démarrage des travaux de la RD 945n, nouvelle liaison entre Nieppe et Armentières en présence de Bernard Haesebroeck, Michel Vandevoorde et Michel Gilloen. 

Objectifs

La nouvelle liaison a plusieurs objectifs prioritaires : améliorer les conditions de circulation en détournant le trafic de la RD 933, renforcer la sécurité des usagers de la route, améliorer le cadre de vie des riverains de la RD 933, favoriser les modes doux, créer un nouvel accès à la ville d’Armentières et favoriser le développement économique du territoire.

Sans titre1Le projet

Cette opération va créer une nouvelle voie de 1,225 km. Elle permettra d’améliorer la desserte des zones d’activité alentours, de l’hôpital d’Armentières et du nouveau collège de Nieppe qui est en cours de construction. Le projet va également créer un nouvel ouvrage de franchissement de la Lys, aménager trois carrefours intermédiaires entre la nouvelle voie et la rue de la Lys, la ruelle Dufour et l’avenue Brossolette mais aussi revaloriser les espaces naturels situés de part et d’autre de la voie en bordure de la Lys.

Démarche Route durable

Ce projet sera certifié Route durable pour que la nouvelle liaison contribue positivement à la qualité de la vie, à l’aménagement de l’espace et soit pleinement intégré au paysage. Les corridors biologiques seront rétablis. Les talus seront traités spécifiquement à partir d’essences locales. Une zone d’expansion des crues de la Lys et la recréation de zones humides sont prévues. En outre, des aménagements en faveur des piétons et des 2 roues seront réalisés sur l’ensemble de l’itinéraire.

Sans titre2Prochaines échéances du projet

Les travaux viennent de démarrer. Le chantier devrait être bouclé pour une mise en service à l’été 2015. Le coût total de l’opération est évalué à un peu plus de 16 millions d’euros.

Mercredi 3 avril : Journée du Développement Durable avec Partenord Habitat

Partenord Journee DD 2013Partenord Habitat se mobilise à l’occasion de sa Journée du Développement durable qui a lieu ce mercredi 3 avril, pour la 6ème année consécutive.

De nombreuses animations sont prévues dans nos résidences sur le thème du développement durable en partenariat avec les habitants, les associations et les collectivités.

Cliquez ici pour découvrir le programme complet de la Journée du Développement Durable de Partenord Habitat.

Il s’agit, bien sûr, de sensibiliser aux petits gestes qui sauvegardent l’environnement mais aussi de proposer des  activités de jardinage à la portée de tous, d’enseigner des astuces pour mieux consommer ou recycler en transformant ses vieux objets… des animations pour petits et grands au pied de son logement ! 

Villeneuve d’Ascq – Triolo Les bâtiments cubiques ont fait peau neuve

Typiques des années 70, les bâtiments cubiques, rue Yves Decugis, ont été liftés durant deux ans et demi par Partenord, qui en a profité au passage pour reconstruire le local résidentiel collectif (LCR), et créer un point-services. Coût total : 14,5 millions d’euros.

C’est à un chantier titanesque que s’est attaqué Partenord en novembre 2007, au Triolo. Le quartier, le premier construit dans le cadre de la ville nouvelle, fait en effet l’objet de beaucoup d’attentions. Les bâtiments cubiques de la rue Yves Decugis, au total 316 logements répartis en trois bâtiments, viennent d’être réhabilités, au terme de près de trois ans de travaux. Des appartements et des logements individuels en coeur d’îlot. Jeudi soir, lors de l’inauguration, des habitants ont ouvert leur logement. Ainsi Mélanie Vertavel, locataire depuis 2003, témoigne, « ils ont repeint le plafond de la cuisine, changé l’évier, le cumulus, la salle de bain a été refaite, ainsi que le sol du salon. » La jeune femme qui travaille à la Haute Borne apprécie franchement le quartier, « on est bien ici, on est près de tout, avec le métro à côté, les commerces… »

Économiser 20 % de charges

Le but des travaux, outre la rénovation, c’est bien sûr les économies d’énergie : isolation des façades, double vitrage, production d’eau chaude par énergie solaire, toitures végétalisées pour les individuels… « Nous voulons faire économiser 20% de charges », témoigne Didier Manier, président de Partenord Habitat, qui a rappelé au passage le souci du bailleur d’augmenter le moins possible les loyers. « Lors du dernier conseil d’administration , on a voté une augmentation de 1%. C’est difficile de faire moins alors que l’État va ponctionner 2% des loyers des bailleurs sociaux. » Et l’élu, (il est également conseiller municipal et vice-président du Conseil général), de se livrer à un calcul : « pour un T2, les augmentations de loyers reviennent à 12 E par mois. » Partenord a aussi fait reconstruire le local communautaire résidentiel ( LCR) qui accueille, entre autres, l’Association d’animation du Triolo, présidée par Françoise Rossit. Un violent orage, en juillet 2005, avait détruit la toiture et contraint le bailleur à condamner l’accès aux locaux. Quatre ans et 1,1 million d’ E après, c’est un bâtiment flambant neuf, Chemin du Triolo, juste après la passerelle, qui a vu le jour. Le premier étage accueille un point-services avec trois agents Partenord qui se chargeront des problèmes techniques, de loyers ou de la prospection pour les demandes de logements. Le point services existait quelques années auparavant dans l’un des logements de la résidence, en rez-de-chaussée, mais vu son état de vétusté, il avait été transféré chaussée Hôtel de ville et ne remplissait plus son rôle de proximité.
La ville a participé à la reconstruction du LCR, et la réhabilitation est dans la droite ligne des souhaits municipaux, « il faut que la ville soit remise à bon niveau après le budget de 2014 », a réaffirmé Gérard Caudron. Ça a l’air plutôt bien parti !

En chiffres

316 : C’est le nombre de logements réhabilités, dont 290 collectifs répartis dans six résidences (bâtiments Tamise, Touraine, Terre-Neuve, Tramontane, Thermes et Trocadéro) et 26 individuels.
14,5 millions : C’est le coût total en euros de la réhabilitation. 1,1 million d’euros pour le Local collectif résidentiel et 548 000 € pour le point-services. La Ville a contribué financièrement à hauteur de 271 000 €.

Isabelle Dupont
Nord Eclair

Grenelle de l’Environnement : les espoirs déçus

Après le fameux Grenelle de l’Environnement de l’automne 2007, la loi « Grenelle 2 », censée traduire les engagements concrets, vient d’être adoptée par le Parlement. Il aura fallu 3 ans pour faire voter une loi.

Le texte est pléthorique. Il compte 300 articles répartis en six chantiers : bâtiments et urbanisme, transports, énergie et climat, biodiversité, risques santé déchets et gouvernance.

Les avancées :

– la généralisation des schémas de cohérence territoriale (SCOT).
– l’application de la loi Littoral autour des lacs de montagne.
– l’établissement d’un bilan des émissions de gaz à effet de serre pour les personnes morales de droit privé employant plus de cinq cents personnes, l’Etat, les collectivités territoriales et les communes de plus de 50.000 habitants.
– le développement des plans climat-énergie territoriaux.
– la fin de l’impunité en cas de tentative de destruction d’espèces protégées.
– la mise en place de zones d’action prioritaires pour l’air et l’obligation, pour l’Etat et ses établissements publics, de réaliser un bilan social et environnemental.

Les reculs :

– suppression des exonérations d’impôt pour la vente d’électricité produite par certaines installations photovoltaïques ou le produit de la vente des certificats d’économie d’énergie pour les organismes HLM.
– l’affaiblissement de la trame verte et bleue prévoyant la mise en place de corridors écologiques reliant des zones protégées : les projets d’infrastructures, comme les constructions de routes ou de lignes TGV devront « tenir compte » de ces trames mais n’auront plus à être « compatibles » avec.
– l’encadrement strict de l’éolien : tout projet devra comprendre au moins cinq mâts.

La taxe carbone avait déjà été abandonnée. Celle sur les poids lourds vient d’être repoussée à fin 2012. Dans le cadre du plan de rigueur, le gouvernement va raboter les crédits d’impôt pour le développement durable, une mesure phare du Grenelle de l’Environnement.

Décidément, le compte n’y est pas. La loi Grenelle 2 marque un sévère recul des ambitions en matière d’environnement. Il est vrai que le Président Sarkozy avait déjà donné le ton lors du dernier Salon de l’Agriculture : « toutes ces histoires d’environnement, ça commence à bien faire »…

Construction de 44 logements passifs : une première dans la région !

Première pierre du Vert Ebène à Lille

Je posais la première pierre des 44 futurs logements passifs, lundi, en présence de Martine AUBRY, Maire de Lille et d’Audrey LINKENHELD, Adjointe au Logement ; l’occasion de présenter cette opération inédite.

C’est dans le nouveau quartier du Bois Habité à Lille que Partenord Habitat construit la première résidence passive de la région.

Qu’est-ce qu’un logement passif ?

L’habitat passif caractérise un bâtiment dont la consommation énergétique au m² est très basse, voire entièrement compensée par les productions d’énergie internes.

Dans le cadre de l’Agenda 21, Partenord Habitat a multiplié les réalisation « très haute performance énergétique » ou « bâtiment basse consommation ». La construction de 44 nouveaux logements passifs traduit un nouvel engagement pour le développement durable.

Le Vert Ebène à Lille comptera 44 logements sociaux. Les loyers modérés garantiront la mixité sociale et générationnelle des habitants. 22 logements sont prévus en PLUS. 22 logements en PLS. Les familles pourront continuer de résider dans le centre ville. La maîtrise du coût des charges permettra de lutter contre la précarité énergétique. Les locataires feront des économies de charges significatives tout en profitant d’un cadre de vie et de confort optimal. 20 logements seront complètement adaptés aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, l’opération concilie qualité architecturale, performance énergétique et usage bénéfique à l’habitant. Atteindre le plus haut niveau de performance énergétique sans sacrifier la qualité architecturale est un défi. La construction en quinconce offrira de larges terrasses traversantes. Le cœur d’îlot bénéficiera de la lumière du jour. Noir, blanc, vert avec des terrasses végétalisées, le bâtiment se fondra dans le nouveau quartier urbain du Bois Habité.

Rendez-vous à la livraison ! Elle est prévue pour l’été 2012.

Construisons durable !

La loi Grenelle 2 a été adoptée à l’Assemblée Nationale le 3 mai. Elle ne contient rien de bien novateur dans le domaine du logement. Pire, elle marque une sérieuse régression par rapport aux engagements pris lors du Grenelle de l’Environnement. En matière de fiscalité, d’agriculture, de transports ou d’énergies, les ambitions affichées par le gouvernement ont été largement tronquées.

C’est dans ce contexte que je suis intervenu, en tant que Président de la Commission « développement durable », à l’Assemblée Générale des Offices publics de l’habitat au Havre le 21 et 22 avril derniers. Le secteur du bâtiment consomme aujourd’hui plus de 40% de l’énergie. Il contribue pour près du quart aux émissions nationales de gaz à effet de serre. C’est aussi le principal gisement d’économies d’énergie potentiel.

L’enjeu est de taille. Nous allons donc rénover quelques 400 000 logements d’ici 2020 parmi les plus consommateurs en énergie. 6, 8 milliards d’euros vont être mobilisés pour atteindre cet objectif. Nous allons également devoir modifier nos manières de concevoir et de bâtir en intégrant, de manière volontariste, de nouvelles normes environnementales.

Les locataires seront gagnants. Les économies d’énergie seront directement répercutées sur les charges. Les gains en termes de confort acoustique ou visuel seront tout aussi appréciables.

Construire durable est devenu une exigence citoyenne. Vivre bien dans son quartier et son immeuble, protéger la planète, consommer moins et consommer mieux, tout cela est possible… et en même temps !