Archives par mot-clé : LMH

Plan logement : danger pour les HLM !

Le Gouvernement a dévoilé les premières mesures de son Plan logement parmi lesquelles figurent une baisse des APL pour les bénéficiaires des logements sociaux qui pourrait atteindre une cinquantaine d’euros par mois.

Pour rendre cette baisse indolore, le Gouvernement souhaite imposer une baisse équivalente des loyers aux organismes HLM. Pour l’ensemble des bailleurs, cette baisse équivaudrait à une perte sèche de l’ordre de 1 à 2 milliards d’euros. Une somme colossale qui risquerait de mettre à mal les programmes en cours de construction de logements neufs, les réhabilitations et même l’entretien courant du patrimoine.

Tout ceci ne concerne bien sûr que le parc social. Aucune piste d’économies n’est, pour l’instant, envisagée pour le parc locatif privé, où les allocations logement financent pourtant des loyers toujours plus chers.

Un deux poids deux mesures qui est profondèment injuste et innaccpetable. Finalement, il s’agit de gaire payer au secteur HLM, dont les loyers sont réglementés et abordables, les excès et dérives des prix des loyers du parc privé. On marche sur la tête et ce sont les français les plus modestes qui, une nouvelle fois, en supporteront les conséquences.

Retrouvez ci-dessous la conférence de presse que j’ai donné à ce sujet en tant que Président de Lille Métropole Habitat avec Max-André Pick, Président de Partenord Habitat :

Retrouvez également ici mon interview dans la matinale de France Bleu Nord du lundi 18 septembre

 

Retrouvez ici l’article de La Voix du Nord – Face au plan logement les bailleurs sociaux LMH et Partenord Habitat montent au créneau

Les aides au logement responsables de tous les maux ?

Depuis quelques semaines un débat s’instaure sur le coût et l’utilité ou non des aides au logement.

Nous devons éviter comme toujours les propos à l’emporte-pièce et le danger d’une approche purement budgétaire.

De quoi parle-t-on ?

Les aides au logement représentent 30 milliard d’euros dont 19 pour l’APL (aide personnalisée au logement). Parmi ces aides, 43 % des bénéficiaires touchent l’APL , 37 % l’ ALS ( allocation logement Social ), 20 % l’ ALF ( allocation logement familial).

6,5 millions de foyers touchent donc l’APL dont 3 millions dans le parc social. Cela représente 21 % de la population et 13,5 millions de personnes.

Parmi les allocataires de l’APL, 60 % vivent sous le seuil de pauvreté et 80 % touchent moins que le SMIC !

800 000 sont des étudiants, soit 40% des allocataires. Faut-il rappeler qu’un quart de ces étudiants vivent sous le seuil de pauvreté et que 100 000 travaillent à mi-temps pour payer leurs études ! Le budget logement prend la moitié du budget mensuel d’un étudiant.

Rappelons également que les résidents en foyer EHPAD peuvent êtres allocataires de l’APL .

Le gouvernement souhaite aujourd’hui baisser de 5 euros par mois les APL. Si cette mesure devait se confirmer il y aurait 50 000 bénéficiaires en moins.

Des parlementaires estiment que l’effort demandé est indolore car limité à 5 euros par mois et donc 60 euros par an. Comme le rappelait Thierry Repentin, c’est méconnaître la réalité de milliers de familles précarisés pour qui ces 5 euros constituent une journée de reste à vivre !

Par ailleurs, rappelons que les APL ne sont pas versées si elles sont inférieures à 15 euros par mois. Par conséquent toutes les familles qui perçoivent jusqu’à presque 20 Euros par mois en seront privées avec la réforme annoncée qui les fera passer sous la barre fatidique des 15 Euros… Il s’agit alors pour ces familles d’une perte sèche de 230 à 240 euros par an !

Évidemment cette mesure toucherait les plus modestes, cette proposition est donc injuste et souffre de la comparaison avec les cadeaux faits dans le même temps aux contribuables soumis à l’ISF…

Nous le savons les APL jouent un rôle d’amortisseur économique et social. Rien ne prouve qu’une baisse mécanique des APL provoquerait une baisse des loyers.

Même si pour une minorité de propriétaire l’allocation peut représenter un effet d’aubaine, cela reste marginal. Évitons les généralisations, tous les propriétaires ne sont pas de vils spéculateurs.

Nous sommes aujourd’hui dans l’attente d’une loi logement pour l’automne, espérons que le Gouvernement et le législateur aient ces données en tête.

Didier Manier
Président de Lille Métropole Habitat

Assemblée Générale des collaborateurs de LMH : continuons à travailler dans la proximité et réactivité au service de nos clients locataires !

J’ai participé mardi après-midi au Colisée de Roubaix à l’Assemblée Générale annuelle des collaborateurs de Lille Métropole Habitat.

A cette occasion, j’ai pu rappeler les faits marquants de l’année 2016 : 

  • la nouvelle géographie des agences afin d’être plus réactif et efficace au service de nos clients locataires,
  • la revalorisation des loyers à la relocation en fonction de l’attractivité des résidences dans l’objectif de continuer d’améliorer l’entretien de notre patrimoine,
  • la signature de la Convention Intercommunale d’Equilibre Territorial avec la Métropole Européenne de Lille dans le but d’améliorer la mixité.

Mais j’ai surtout tenu à remercier le travail de terrain de nos 10 agences et l’ensemble de leurs collaborateurs car ce travail n’est pas facile et demande beaucoup de proximité et de réactivité.

Nous sommes dans une société de plus en plus exigeante et individualiste. Une société fragile aussi économiquement et socialement.

C’est tout le sens de nos missions. Il ne faut jamais oublier pour qui et pour quoi nous travaillons ensemble : loger des habitants de la métropole au meilleur coût, en leur assurant confort et tranquillité.

 

La Roseraie, des logements propices à la mixité !

J’ai inauguré ce lundi 24 avril la première opération de Lille Métropole Habitat sur le quartier d’Ascq.

Cette résidence neuve de la Roseraie accueille 46 logements et se décompose en trois ensembles :
– 23 logements individuels en accession (9 type 3 – 14 type 4)
– 8 logements en béguinage
– 15 logements collectifs

Le maître mot de cette opération est la mixité. Avec la création d’une place au coeur de l’opération, l’objectif est de favoriser les échanges et rencontres.

Un soin particulier a été apporté au choix des matériaux en privilégiant des matériaux pérennes et robustes. Les façades sont en briques blanches, avec enduit de tons pierres et bardage bois peint en gris foncé de la même teinte que les couvertures en tuiles de type flamande. Les menuiseries sont en PVC.

LES 23 LOGEMENTS EN ACCESSION

Ces maisons individuelles disposent d’un garage pour les types 4 ou d’un parking aérien pour les type 3. Elles ont été uniquement commercialisées en PSLA avec une phase locative de 6 mois. Les premières levées d’option sont possibles à partir de juillet 2017.

Le prix de vente des 9 types 3 (64,7 m²) se situe entre 154 000 et 163 000 euros, celui des 14 type 4 (81,1 m²) entre 194 000 et 199 000 euros.

LES 8 LOGEMENTS INDIVIDUELS EN BEGUINAGE

Ces 8 logements bénéficient d’aménagements adaptés aux personnes âgées vieillissantes (douche à l’italienne avec siège rabattable et barre d’appui, lavabo adapté aux Personnes à mobilité réduite, surface des toilettes permettant la circulation en fauteuil roulant, WC réhaussé, volets roulants motorisés) grâce au partenariat avec le groupe de protection sociale Humanis qui les finance (8 000 euros par logement) en échange d’une réservation de 10 ans de ces logements.

Nous sommes à la phase d’études concernant la conciergerie numérique avec le bureau Médialis afin de définir l’éventuel cahier des charges de cette nouvelle offre qui pourrait être proposée aux seniors de la résidence.

Sachant qu’une conciergerie numérique est une plateforme pouvant proposer des services facilitant le quotidien, une mise en relation rapide avec le bailleur, des intervenants de santé…

LES 15 LOGEMENTS COLLECTIFS

La mise en location est programmée pour le 1er juin 2017. Le loyer moyen s’élève à 292 euros (+ 91 euros de charges ) pour un type 2, à 417 euros (+ 121 euros de charges) pour un type 3 et à 429 euros (+119 euros de charges) pour un type 3 Duplex. La surface moyenne d’un type 2 est de 51 m², et de 67 m² pour un type 3.

LE CHANTIER-ECOLE

LMH collabore depuis plusieurs années à des actions mises en oeuvre par le Ministère de la Justice et ses différentes entités, en particulier le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP), pour l’organisation de chantiers-école ouverts à des jeunes majeurs placés sous-main de justice connaissant des problèmes d’insertion et de qualification professionnelle.

Parmi les axes de développement désormais privilégiés par LMH et le SPIP figure l’organisation de chantiers-école confiés à des structures d’insertion par l’activité économique bénéficiant d’un agrément du juge de l’application des peines intégrant à parts égales de jeunes majeurs en insertion professionnelle classique et d’autres effectuant un Travail d’Intérêt Général en tant que peine alternative à l’incarcération.

A ce titre, une première expérience satisfaisante a été menée en janvier 2016 sur le chantier de la Châtellenie à Roubaix (travaux de mise en sécurité d’un bâtiment devant être réhabilité). Les personnes placées sous-main de justice ont bénéficié d’une meilleure prise en charge socio-éducative et d’un accompagnement renforcé en ce qui concerne d’éventuels projets d’orientation professionnelle. L’un des jeunes a d’ailleurs pu bénéficier d’une formation à l’issue de l’exécution de son TIG. Les services ont donc proposé de renouveler l’expérience en organisant un second chantier-école de même nature dans le cadre de l’opération de construction de 46 logements de la résidence la Roseraie, en partenariat avec FCP (Prévention Culture Formation) et le club de prévention AVANCE.

Quatre personnes ont participé au chantier d’insertion professionnelle classique sous la responsabilité d’un encadrant technique (3 salariés en insertion et 1 personne exécutant une peine substitutive à l’incarcération dans le cadre d’un Travail d’Intérêt Général). Le TIGiste avait des problématiques de formation et d’accès à l’emploi, il a donc pu bénéficier du dispositif d’accompagnement socio-professionnel mis en place par FCP.
De plus, trois jeunes villeneuvois ont effectué le chantier éducatif, ils ont été ciblés par AVANCE et embauchés par FCP dans le cadre d’un CDD de 2 semaines. En amont de cet accord passé entre FCP et AVANCE, les jeunes villeneuvois ont été sélectionnés dans le cadre d’un véritable entretien d’embauche et, pour la plupart, il s’agissait de leur premier CDD.

Retrouvez ici l’article paru dans La Voix du Nord le 26 avril 2017 « La Roseraie, une nouvelle résidence LMH propice à la mixité ».

Didier Manier réélu à la tête de Lille Métropole Habitat !

Au 1er janvier 2017, la Communauté de communes des Weppes a fusionné avec la Métropole Européenne de Lille. Cette fusion a entrainé de nouvelles élections pour désigner l’exécutif de la MEL ainsi que ses représentants au sein les organismes associés.

Office métropolitain, LMH a lui aussi connu un renouvellement de son conseil d’administration. Nous avons ainsi accueilli 4 nouveaux administrateurs : Anne-Sophie BRANQUART, Hélène REZARD, Gäelle VELAY et David HUGOO.

Le 27 février, le conseil d’administration a choisi de me renouveler sa confiance. J’ai été réélu Président de LMH avec, à mes côtés, Régis CAILLAU et Henri DELIGNE, respectivement 1er et 2ème Vice-Président.

Avec 32 000 logements en 2016, LMH est le principal acteur en matière de construction et de réhabilitation de logements locatifs accessibles à tous sur la métropole.

Assurer la location, la gestion et l’entretien de ce patrimoine constituent le cœur de nos missions. Avec les équipes de LMH, nous partageons le souci d’une plus grande proximité et d’une plus grande réactivité pour répondre aux attentes de nos clients-locataires.

Au cours des prochains mois, avec le déploiement du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, nous souhaitons continuer de conjuguer l’urbain à l’humain : construire plus et mieux en s’adaptant aux enjeux de confort des logements, d’ergonomie, d’économie d’énergie, de sécurité et de cadre de vie.

Enfin, dans le contexte économique actuel où le coût du logement pèse sur les familles, notre office public conserve des loyers parmi les plus attractifs du marché.

Partenariat Lille Métropole Habitat – Lilas Autopartage : inauguration à Tourcoing de la première station métropolitaine pour véhicules électriques !

J’ai participé jeudi 28 avril à l’inauguration de la première station électrique métropolitaine Lilas Autopartage à Tourcoing associant LMH, la Métropole Européenne de Lille, la société Lilas Autopartage et EDF. 

Le système Lilas Autopartage de location de voitures en libre-service est en service depuis 2007. Il permet, en réservant sur Internet, de débloquer un véhicule dans la station de son choix. 12 villes sont membres du réseau.

Désormais, une nouvelle station est implantée à Tourcoing dans l’écoquartier de l’Union aux abords du siège de Lille Métropole Habitat. 

Originalité de la nouvelle station ? Elle propose la première voiture électrique du réseau d’autopartage.

LMH est engagé dans un partenariat avec Lilas Autopartage depuis 2012. Il s’agit d’une orientation stratégique de notre Plan de Déplacement d’Entreprise. Cela permet de faire passer le coût moyen d’utilisation d’un véhicule de 350 euros à 60 euros par mois.

L’implantation de cette nouvelle station aux pieds de LMH va permettre de continuer à développer ce mode de transport au sein de notre office .

« Les collectivités trouvent des solutions et prennent à bras le corps les préoccupations environnementales en matière de mobilité. »

La création de réseaux électriques intelligents de ce type, avec le déploiement de bornes électriques, est un pas en avant dans la transition énergétique et la recherche d’une croissance verte.

Dans La Voix du Nord : « Roubaix: l’ancien tissage Craye reconverti en logements et en agence LMH »

crédits photo La Voix du Nord
crédits photo La Voix du Nord

« Douze logements ? « Initialement, on aurait dû en aménager trente », se souvient Didier Manier, le président du bailleur Lille Métropole Habitat. Mais réflexion faite, LMH a préféré quitter ses locaux de l’avenue Motte, que ses salariés ne regretteront pas, pour gagner aussi ce bâtiment industriel habillement réhabilité, situé à l’angle de l’avenue Lagache et de la rue de Nancy. »

Retrouvez ici l’intégralité de l’article en ligne sur lavoixdunord.fr.

 

LMH : visite des résidences Van Gogh et Hôtel de Ville à Villeneuve d’Ascq

A mon arrivée à la présidence de Lille Métropole Habitat (LMH), j’ai souhaité mettre en place des visites de terrain régulières afin d’installer une proximité et un contact direct entre les locataires et la direction de LMH. La réactivité , le partage d’informations et la concertation sont des exigences importantes. Elles doivent être au coeur de notre fonctionnement.

J’ai ainsi eu l’occasion de visiter les résidences Van Gogh et Hôtel de Ville à Villeneuve d’Ascq en présence de Sébastien Costeur, Conseiller municipal délégué, d’Amélie Debrabandère, directrice générale de LMH et Claudine Baert, directrice d’agence. Le quartier représente près de 40% du patrimoine de LMH sur la commune soit 1 252 logements. En tout, 48 agents travaille sur les 23 résidences de Villeneuve d’Ascq.

La visite m’a permis d’échanger directement avec des locataires : obtenir leur retour des travaux réalisés dans les résidences mais également évoquer les problèmes que les habitants peuvent nous faire remonter : porte d’accès dégradé, présence d’encombrants ou stationnements gênants.

Si la satisfaction des locataires dépend essentiellement de notre capacité à résoudre leurs problèmes avec efficacité et rapidité, les échanges de proximité permettent d’instaurer une relation de confiance pour continuer d’améliorer notre service du logement au bénéfice de tous les habitants.