Archives pour l'étiquette Partenord

Un lundi dans le Cambrésis autour du logement et de l’économie

Je suis allé, ce lundi, à la rencontre des élus et acteurs économiques du Cambrésis à l’invitation des deux Conseillers généraux du secteur, Georges Flamengt et Delphine Bataille. Nous avons échangé autour d’un projet ambitieux d’habitat durable soutenu par le Département, à Saint-Python. J’ai ensuite visité deux entreprises à Solesmes : deux très beaux exemples d’activités, créatrices d’emplois, qui font la réussite du Nord !

1458416_898813573485372_2266410773020211543_nSur le logement, nous avons fait le point sur la requalification de la friche SASA sur Saint-Python, ancienne usine de silicones alimentaires inexploitée depuis plusieurs années. Grâce au soutien du Département, notamment en matière d’ingénierie, ce sont 30 logements en centre-bourg qui devraient sortir de terre et participer à la reconfiguration du quartier.

Ce projet d’habitat durable permettra ainsi de :

  • répondre aux besoins de logements aidés en zone rurale ;
  • encourager l’intergénérationnel et les solutions innovantes pour les ainés ;
  • valoriser le patrimoine industriel de la commune et son histoire ;
  • fournir de nouveaux aménagements paysagers aux habitants ;
  • maitriser certains débordements de la rivière située en contrebas.

Au delà du financement des études, le Département participera à hauteur de 120000€ au financement de l’opération. Partenord Habitat a par ailleurs déjà manifesté son intérêt.

Sur le volet économique, nous sommes allés à la rencontre de deux entreprises majeures à Solesmes pour rappeler notre soutien au monde économique et notre volonté de les accompagner dans leur développement. 

11382_898813666818696_8656884017176904410_nLa société AFFIVAL, leader mondial de la production et de la commercialisation de fil fourré et les équipements d’injection, emploie environ 270 salariés dont 135 en France. Pour le seul site de Solesmes, son chiffre d’affaires s’élève à plus de 80 millions d’euros. Avec Claude LENOIR, Président d’Affival, et Franck DELAVAQUERIE, Directeur du Site de Solesmes, nous avons notamment pu échanger sur la problématique des liaisons routières et des enjeux autour de l’accessibilité du site.

1964976_898813630152033_2189282455925090115_nLa société SANIEZ, fabricant de clôture, qui a su investir plusieurs millions d’euros sur le site de Solesmes pour moderniser son outil de production et améliorer sa compétitivité.  Dans ce cadre, j’ai notamment pu rappeler à Jean-Marie Saniez l’engagement qu’avait pris le Département pour maintenir un haut niveau d’investissement en 2015 et soutenir ainsi l’activité locale et les acteurs du BTP. 

Un nouveau Président pour Partenord Habitat le 1er octobre prochain

LOGO-PARTENORDEn devenant hier Président du Conseil général, j’ai pris la décision de démissionner du Conseil d’administration de Partenord Habitat et par voie de conséquence, d’en quitter la Présidence.

Je vous invite à retrouver ci-dessous le message que j’ai tenu à adresser aux collaborateurs de Partenord Habitat et aux membres du Conseil d’administration.

*******

Mesdames, Messieurs,

 J’ai été élu ce jour Président du Conseil général du Nord.

C’est un grand honneur pour moi de présider désormais à la destinée de l’une des toutes premières collectivités territoriales du pays.

C’est aussi une lourde tâche, car le département est par excellence la collectivité qui assume le rôle de bouclier social dont les français ont tant besoin aujourd’hui. Vous le savez, les compétences du Conseil général touchent de nombreux domaines de la vie quotidienne des 2 millions et demi de Nordistes, transport, routes, collèges, action sociale et protection de l’enfance, habitat… Ces compétences sont larges et leur champ, ont été confirmés par le maintien de la clause de compétence générale qui permet au département de développer son action de la manière la plus efficace.

En temps de crise, cette mission exige de la part des élus départementaux et des services un engagement total et je sais pouvoir compter sur eux. Cet engagement total vaut bien entendu aussi pour moi. Ma conception de la gouvernance d’un Office Public de l’Habitat repose sur le lien fort qui doit exister entre le Conseil d‘Administration et les services, chacun dans son domaine de compétence et de responsabilité. Pour que s’établisse ce lien il faut de la part de chaque Administrateur un investissement conséquent, il faut de la part des professionnels des services un éclairage fiable et précis pour que les orientations les plus pertinentes puissent être choisies.

J’ai eu la chance de trouver à Partenord Habitat, cette volonté, ce professionnalisme, cette qualité d’échange et de débat. Je veux  ici vous dire combien j’ai apprécié au cours de ces quelque 13 années passées avec vous ce sens du service et en remercier chacun, Administrateur et Personnel.

Vous aurez compris que le nouveau mandat qui m’est confié ne me permet plus d’assurer la Présidence de Partenord Habitat comme je l’entends et que ce ne serait pas être fidèle à mes principes que d’en décider autrement.

Ce jour le Conseil général du Nord, sur ma proposition, a désigné Monsieur Vincent Lannoo afin de compléter la liste des Conseiller Généraux siégeant au Conseil d’Administration de notre Office. Le 1er octobre prochain le Conseil d’Administration élira donc son nouveau Président.

Ce n’est pas sans une certaine émotion que je mesure aujourd’hui le chemin parcouru au cours de ces 13 années. La modernisation de notre Office, notre organisation territoriale et de proximité, le nouveau contrat de service,  le renouvellement urbain, le développement d’un patrimoine de qualité dans les plus petites communes rurales comme dans les grandes villes, les établissements spécialisés à destination des populations les plus fragiles du fait de leur âge, de leur santé, de leurs ressources ou de leur parcours de vie sont autant de défis que nous avons pu relever dans la continuité de ce que les élus départementaux , les administrateurs et les premiers agents de l’Office ont engagé ensemble il y a près de 100 ans.

Pour m’en tenir à un seul chiffre, j’ai eu le plaisir de présider un organisme dont le patrimoine est passé au cours de cette période de 36 746 à 44 527 logements. Ce sont donc près de 8000 familles ou  personnes seules supplémentaires qui, aujourd’hui, bénéficient de votre savoir-faire de constructeur et de gestionnaire. Au moment où la crise du logement est un des facteurs d’exclusion que rencontrent nos concitoyens les plus modestes,  je partage avec vous la satisfaction d’une mission accomplie.

Vous êtes organisés, vous disposez des compétences humaines et vous avez un projet fédérateur, vous êtes donc en « ordre de marche » pour assurer l’avenir de l’Office et du logement social dans notre territoire.

Ce sont des atouts formidables au moment où s’ouvrent des perspectives passionnantes pour le logement social dans la région et pour Partenord  Habitat en particulier : la transition énergétique par la rénovation thermique de nos logements, le nouveau programme de renouvellement urbain, la qualité de service « coproduite », l’innovation sociale à travers des produits mieux adaptés à l’âge et aux capacités contributives de nos locataires, la relance de l’accession sociale à la propriété…

Autant de chantiers, autant d’actions et de réalisations à venir, autant de rendez-vous auxquels, je le sais, vous répondrez présents.

Le Conseil Général du Nord construit sa politique de l’habitat. Il s’est structuré au cours de cette mandature à cette fin et va se doter d’un Plan Départemental de l’Habitat auquel Partenord Habitat a apporté sa contribution. L’Office sera le premier partenaire de la mise en œuvre de cet outil au service d’un développement équilibré des territoires.

Vous le voyez, Partenord Habitat et sa collectivité locale de rattachement ont beaucoup en commun et le Président du Conseil général du Nord a toujours porté une attention soutenue à l’action et à l’avenir de l’Office départemental.

Ce lien est encore renforcé aujourd’hui.

Pour le service aux habitants, pour le développement des territoires, pour servir cette mission fondamentale de notre contrat social qu’est l’accès à un logement digne, abordable et de qualité, je suis convaincu que vous saurez garder le cap !

Cordialement

Didier Manier

Nouvelle liaison Nieppe-Armentières : lancement des travaux !

Didier Manier présente le projet de la RD 945n.
Didier Manier présente le projet de la RD 945n, nouvelle liaison entre Nieppe et Armentières entouré de Bernard Haesebroeck et de Michel Vandevoorde.

Vice-Président en charge des transports et des infrastructures au Département du Nord, Didier Manier vient de lancer le démarrage des travaux de la RD 945n, nouvelle liaison entre Nieppe et Armentières en présence de Bernard Haesebroeck, Michel Vandevoorde et Michel Gilloen. 

Objectifs

La nouvelle liaison a plusieurs objectifs prioritaires : améliorer les conditions de circulation en détournant le trafic de la RD 933, renforcer la sécurité des usagers de la route, améliorer le cadre de vie des riverains de la RD 933, favoriser les modes doux, créer un nouvel accès à la ville d’Armentières et favoriser le développement économique du territoire.

Sans titre1Le projet

Cette opération va créer une nouvelle voie de 1,225 km. Elle permettra d’améliorer la desserte des zones d’activité alentours, de l’hôpital d’Armentières et du nouveau collège de Nieppe qui est en cours de construction. Le projet va également créer un nouvel ouvrage de franchissement de la Lys, aménager trois carrefours intermédiaires entre la nouvelle voie et la rue de la Lys, la ruelle Dufour et l’avenue Brossolette mais aussi revaloriser les espaces naturels situés de part et d’autre de la voie en bordure de la Lys.

Démarche Route durable

Ce projet sera certifié Route durable pour que la nouvelle liaison contribue positivement à la qualité de la vie, à l’aménagement de l’espace et soit pleinement intégré au paysage. Les corridors biologiques seront rétablis. Les talus seront traités spécifiquement à partir d’essences locales. Une zone d’expansion des crues de la Lys et la recréation de zones humides sont prévues. En outre, des aménagements en faveur des piétons et des 2 roues seront réalisés sur l’ensemble de l’itinéraire.

Sans titre2Prochaines échéances du projet

Les travaux viennent de démarrer. Le chantier devrait être bouclé pour une mise en service à l’été 2015. Le coût total de l’opération est évalué à un peu plus de 16 millions d’euros.

Dans La Voix du Nord Valenciennes : « Hérin: un programme de 19 appartements officiellement inauguré »

Ce sont au total dix-neuf appartements locatifs qui étaient concernés. À la tribune : Didier Manier, président de Partenord Habitat, Monique Carbonnelle, représentante de la Porte du Hainaut, et le maire de la commune, Bernard Degros.

Ce n’est pas un scoop : la politique de la ville privilégie l’aspect social ; et en particulier l’accès au logement. Aussi, ces dernières années, la commune a-t-elle encouragé la construction de logements sociaux. Le dernier programme en date a été livré en novembre

Partenord Habitat est un acteur majeur du logement social dans le Nord. Créé il y a près d’un siècle, cet office public est peu à peu devenu le partenaire privilégié des petites communes.

Une fois l’aide à la pierre accordée par la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut en 2009, les déconstructions et démolitions des anciens immeubles ont débuté en mai 2012. Les travaux de la nouvelle résidence démarraient dans le mois qui suivait, pour une livraison effective en octobre 2013.

En lieu et place de l’ancienne briqueterie, s’élève aujourd’hui un bâtiment moderne que l’architecte a tenté d’intégrer à l’environnement. Le principal matériau apparent : de la brique, brune ou sablée claire. Quant aux espaces verts, ils sont collectifs. Une nouvelle voirie reliant la rue Hilaire-Moreau a en outre été créée pour accueillir cette résidence.
Lors de l’inauguration, Aurélie Tarnowski, chargée de communication à Partenord, a donné quelques éléments techniques : « La gestion des eaux pluviales se fait sur la parcelle et participe aux traitements paysagers par la réalisation d’une noue latérale et d’un petit bassin de tamponnement plantés avec des graminées et des plantes aquatiques sur l’arrière du bâtiment. Le bâtiment possède une couverture végétalisée par des plantes extensives et résistantes. Les logements répondent aux normes qui garantissent aux locataires un haut niveau de confort thermique. »

Au chapitre du financement, sur les 2,4 millions d’euros, Partenord Habitat a participé à concurrence de 79 % et la CAPH pour 12 %.

 

Source : La Voix du Nord – édition Valenciennes

 

Dans La Voix du Nord : « Derrière la virgule de l’agence Partenord, cinq bâtiments à la place de la gendarmerie »

Dans la salle de réunion où se tiendra la commission d’attribution, la maquette des cinq bâtiments. Crédit Photo La Voix du Nord.
Dans la salle de réunion où se tiendra la commission d’attribution, la maquette des cinq bâtiments. Crédit Photo La Voix du Nord.

Partenord, opérateur historique à Armentières où le bailleur social gère mille logements, a construit sa nouvelle agence du Val de Lys qui va de Tourcoing à Bailleul. Hier, Didier Manier, son président, venait l’inaugurer avant le début de la construction de quatre-vingt-trois logements à la place de l’ancienne gendarmerie voisine.

« C’est le retour de Partenord à Armentières » a-t-on entendu hier. Le bailleur social en était parti en 1997 après une implantation au Bizet en 1980. Au Bizet, il reste toujours un point service à réaménager. Mais avec ce nouveau bâtiment construit sur fonds propres (1,159 million), l’ex-Office de HLM du Nord s’offre une belle vitrine. Et une salle de réunion digne de ce nom pour la commission d’attribution qui se réunit une à deux fois par mois. Car l’important dans tout cela, c’est bien le logement. Répondre à des demandes dont « 600 à Armentières » a précisé le maire Bernard Haesebroeck et « 90 000 dans le département », a chiffré Didier Manier soit 20 000 de plus qu’en 2011.

Si d’autres bailleurs sociaux sont aussi présents en ville, Partenord a mené deux opérations : la résidence des aînés, rue Lebleu (85 logements) et la réhabilitation, en 2012, de la belle résidence Mahieu, derrière l’église Notre-Dame, soit 48 logements dans cet ancien hospice, annexe du CHA pour les personnes âgées avant la construction de la résidence Françoise-de-Luxembourg.

À ces deux chantiers va s’ajouter un troisième d’envergure, sur le site de l’ancienne gendarmerie (les gendarmes sont partis à Hallennes-les-Haubourdin) qui va être démolie : cinq bâtiments soit 83 logements collectifs, 38 garages et 45 places de parking (11, 4 millions). Le chantier commencera par le désamiantage. Selon le souhait du maire, ce nouveau lotissement devrait prendre le nom d’Albert Denvers, président fondateur en 1956 de la société HLM du Nord (l’ancêtre de Partenord) qu’il a présidée quarante ans.

Le maire a précisé que sur les mille logements Partenord, un quart était constitué de locatif individuel et lancé l’idée d’une résidence étudiante. Didier Manier, conseiller général et président de Partenord, n’a rien promis. Par ailleurs il a évoqué un terrain frontalier avec la Belgique où pourrait voir le jour du logement. Si Armentières voit sa population croître c’est aussi grâce à cette politique de logements accessibles pour les plus jeunes.

Le bâtiment en lui-même de l’agence est bien sûr un modèle de construction BBC (basse consommation) vers laquelle veut se tourner cet organisme pour faire des économies à long terme, 50 % attendues par rapport à une construction classique. Ossature bois, VMC (ventilation mécanique contrôlée) double flux, éclairage intelligent, puits de lumière au centre… La visite guidée de l’architecte et d’Éric Foulon, directeur de ce territoire, a montré la luminosité des lieux en ce jour plutôt gris. Et la « virgule », ce coin soulevé du toit, attire le regard. Une réussite architecturale assurément.

CATHERINE QUÉTELARD

 

Source : La Voix du Nord

 

Dans La Voix du Nord – « Cassel : dix-huit logements sociaux sont sortis de terre »

INAUGURATION CASSEL 11.01.2014
Durant les discours, au salon d’honneur de l’hôtel de ville-crédit photo La Voix du Nord.

Samedi, à 11 h, Didier Manier, président de Partenord habitat et premier vice-président du conseil général, et René Decodts, maire, ont inauguré la résidence La Méridienne, située rue de Watten.

Ce nouveau complexe immobilier est bâti sur l’ancienne « Cité d’urgence », sortie de terre en 1955, suite à l’appel de l’abbé Pierre. Partenord habitat s’est porté acquéreur d’une maison individuelle voisine, ce qui a permis d’étendre l’emprise totale à 2 200 mètres carrés.

Son coût total, de 2 183 130 €, a été financé par divers partenaires : le conseil général (à hauteur de 137 620 €), Vilogia (77 990 €), la ville de Cassel (54 000 €). Partenord habitat a pris en charge le solde de 1 913 520 €.

L’architecture flamande respectée

Les travaux ont débuté en juin 2011 et ont abouti à la construction de deux maisons de type 5 et de seize appartements allant du type 2 au type 4, qui ont été livrés entre septembre et novembre 2013. Les matériaux mis en œuvre respectent l’image traditionnelle de l’architecture flamande. La résidence est proche du centre-ville, des commerces et des écoles. Chaque logement dispose d’une place de stationnement.

Source : La Voix du Nord

PARTENORD HABITAT CONSTRUCTEUR AMENAGEUR PARTENAIRE DES COMMUNES

Le projet de construction d’une gendarmerie à Orchies a été initié voici quelques années par la municipalité d’Orchies.

Cette opération s’inscrit dans le projet plus vaste de l’aménagement du secteur dit des Trois Bonniers Marins à Orchies, ayant pour objectif de renforcer l’attractivité du territoire par le développement d’équipements publics en direction de l’enfance, de la culture et des sports. Ainsi, après la réalisation en 2008 du terrain de football en gazon synthétique, d’une structure d’accueil de la petite enfance, de nouveaux bâtiments sont en cours dont, notamment, un centre culturel et un centre d’accueil pour autistes.

La réalisation à venir d’une salle omnisports capable d’accueillir 3500 personnes complètera l’offre locale aux clubs tout en ayant vocation également à accueillir de grands rendez-vous sportifs, ainsi que des stages de tout niveau. L’aménagement de cette zone a constitué aussi pour la ville une opportunité foncière permettant de repenser, en lien avec les services de la gendarmerie nationale, l’implantation et les fonctionnalités de l’actuelle gendarmerie.

Opportunité foncière
L’actuelle gendarmerie, propriété de Partenord Habitat, est située rue de la Résistance. Elle a été construite dans les années 70. Elle est constituée de 12 logements et de 220 m2 de locaux de service. Les logements construits sont en nombre insuffisant et de nombreux gendarmes de la brigade, la plus importante du Douaisis, logent à l’extérieur contrairement aux directives de la gendarmerie nationale. De plus, la vétusté des bureaux ne permet pas l’accessibilité du public à mobilité réduite et ne facilite pas le travail des gendarmes. Promiscuité, logements éloignés, locaux de service anciens, la caserne de gendarmerie d’Orchies n’est plus à la hauteur des enjeux auxquels elle est soumise. L’augmentation rapide de la population et des entreprises, l’arrivée de nouveaux effectifs laisse entrevoir des difficultés opérationnelles à venir. La caserne actuelle ne répond plus aux besoins de la brigade. La construction d’une caserne fonctionnelle est devenue indispensable. Face à ce constat, préfigurant son souhait de maintenir à Orchies la brigade, la mairie d’Orchies, après avoir saisi la direction générale de la gendarmerie sur l’éventualité de la construction d’une nouvelle caserne propose un terrain. Particularité de l’opération, la collectivité locale n’a à sa charge ni les coûts d’investissement de l’opération, ni ceux de fonctionnement puisque la collectivité s’est fondée sur un partenariat public-privé.

« La nouvelle gendarmerie en marche »
L’Observateur du Douaisis
25.02.2010

« Rénovation urbaine: le rôle clé de Partenord Habitat »

Vous trouverez ci-dessous un article extrait de la Gazette du Nord-Pas-de-Calais qui évoque le rôle clé de Partenord Habitat dans la rénovation urbaine à Denain. Bonne lecture !

Ce 8 septembre 2009 restera dans les annales de Denain puisqu’en débloquant 100 M€, les partenaires de l’Anru ont donné le coup d’envoi de la rénovation-transformation du faubourg Duchateau. Au-delà, c’est, avec la ZFU, l’arrivée du tramway et diverses opérations en cours, un véritable retour à la vie qui se fait.

Denain, c’est quelques chiffres que l’on hésite à énumérer, par pudeur. Dans certains de ses quartiers périphériques, c’est encore pire. Songeons que 73% des habitants ne payent pas l’impôt sur le revenu, que 44% des jeunes de moins de 25 ans sont sans emploi, que les chiffres du chômage grimpent à 58 % dans certaines zones. Mais Denain, c’est aussi une ZFU qui, depuis 2006, se met en place et a déjà attiré 190 entreprises, créé 450 emplois, et un tramway qui draine de plus en plus de flux, humains et financiers. La situation est donc contrastée, nourrissant le pessimisme des uns et l’optimisme des autres. En tout cas, une chose est certaine, c’est que toutes les personnalités signataires de cette opération Anru 1 sont d’accord pour se retrousser les manches et faire de cette rénovation transformation du faubourg Duchateau, le démarrage d’un nouveau Denain.

Le rôle clé de Partenord

Avec 45 M€ de participation à la dépense totale, la plus importante de toutes avec l’Anru (22 M€), Partenord Habitat se place tout de suite en pôle position de l’opération. Le bailleur social lié au Conseil général, n’est pas là par hasard. Il en est à la 14e convention sur 16 prévues, assumant la destruction de 1 800 logements et la reconstruction de 2 000. Sur ce faubourg Duchateau, isolé par l’A2 et l’Escaut du reste de Denain, Didier Manier, président de Partenord, a soufflé le chaud et le froid. Le chaud en affirmant qu’il allait y mettre les moyens et la qualité : « Il y aura des sites associés donc on ne craindra pas une trop grande concentration, il y aura du HQE et de la basse consommation, on va anticiper sur les normes ! » Et le froid… : « Les bailleurs travaillent mais ne peuvent suppléer au désengagement de certains (ndr : comprenez l’Etat). Depuis la première la convention ANRU à Roubaix, la participation financière de l ‘Anru n’a cessé de baisser. Et le budget logement est lui aussi en baisse. Nous sommes très inquiets. Heureusement qu’il y a la délégation à la pierre donnée aux collectivités locales, mais si la réforme des collectivités territoriales supprime la clause de compétence générale, les collectivités et nous-mêmes ne pourrons plus intervenir en matière de logements. Qui le fera ?

Une rénovation complète

Le faubourg Duchateau sera la proie des grues et pelleteuses plusieurs années. Tout devrait démarrer en 2011 et s’achever en 2014, la phase la plus intensive se situant en 2012 et 2013. En résumé, 251 logements détruits et reconstruits, la plupart sur site, 329 logements réhabilités, 204 en accession à la propriété au nom de la mixité sociale, des voiries nouvelles dont la ferme Thonville qui valorisera l’entrée de la ville, des travaux au centre social rénové (265 000 € par le Conseil général), une école maternelle reconstruite. L’amélioration de l’habitat – phare de cette opération Anru – aura aussi mobilisé 5 M€ à la CA Porte du Hainaut.

Si tout cela procurera incontestablement de l’emploi sur place, les partenaires souhaitent aussi que cela se prolonge par des emplois durables, non liés aux chantiers, synonyme d’un véritable relèvement de cette ville qui fut l’une des plus riches de France du temps d’Usinor.

Quant au détail du calendrier : début 2011, les voiries et les espaces publics devraient être attaqués. Les six premiers mois de cette année, les 251 logements commenceront à être construits (par Partenord Habitat), la démolition de trois immeubles sera enclenchée quand les premiers habitants reviendront; 177 logements seront alors encours sur les lieux mêmes, 74 ailleurs, dans le faubourg, mais aussi en centre-ville et à Bellevue (autre quartier rénové). Enfin, 204 logements seront construits dont 72 par des bailleurs privés. Quant à la rénovation de la ferme20Thonville, par Demathieu et Baert, elle sera l’objet d’un investissement financier total de 9,8 M€, finançant aussi la réhabilitation d’une maison de quartier, des écoles Sévigné et Branly et du foyer Condevaux.

La « justice rétablie » !

Avant que le sous-préfet Marc Burg ne souligne assez longuement que l’Etat n’avait pas tous les torts, le président de Région, Daniel Percheron, pointait du doigt avec son habituelle faconde quelques aspects (politiques) sensibles de l’opération. D’abord qu’avec 100 M€ consacrés à cette opération, la »Justice était rétablie » : « C’est un événement considérable, c’est un chiffre de reconstruction ». Car, « quand l’économie s’en va avec 400 000 emplois disparus dans quatre secteurs d’activité cumulés, il faut des années pour que cela reparte (…) Cela n’est pas par hasard si l’inventeur de l’a politique de la ville est du Nord : Jean-Louis Borloo ! Avec deux chiffres : 1.4 milliard d’euros d’investissement de la Région générant 4 milliards de travaux, il savait de quoi il parlait. (…) Et s’il y a de la vie à Denain, c’est parce que l’Etat l’a décidé et que les élus locaux et régionaux l’ont permis !

L’Etat présent !

L’Etat, c’est encore de lui que Marc Burg parlait au micro encore chaud de la prestation du président de Région. Il s’agissait en fait de rétablir la balance entre le decrescendo de l’Etat, vérifiable dans les simples chiffres, mais son évidente présence dans des secteurs phare de la vie régionale. Il dépense plus de 900 M€ dans le Nord Pas de Calais dont 600 sur le Nord et 170 sur l’arrondissement du Valenciennois, et via l’ANRU- 22 sur Denain. Le Nord recense 30 grands dossiers Anru dont 10 sur le Valenciennois. Marc Burg précisait aussi qu’il ne fallait pas oublier la politique de la ville qui, en dehors des opérations Anru, coûte à l’Etat 4 M€ et contribue au développement urbain et la cohésion sociale. Denain bénéficie aussi du plan « Espoir banlieues » par l’action de cinq délégués mandatés par la préfecture de Valenciennes. A tout ceci, il faut ajouter la zone franche urbaine (2006) qui pour l’instant a attiré 190 PME créées (donc sans compter les autres), 450 emplois locaux, les exonérations de cotisations sociales représentant à l’heure actuelle 580 M€, « dont se prive l’Etat’ soulignait Marc Burg. Il enfonçait encore le clou (dépense de 300 000 € au titre de la dépollution à Denain), rappelant que l’aide à la pierre consentie aux collectivités locales était elle aussi le fait de l’Etat, que la requalification urbaine du centre-ville visant à éradiquer l’insalubrité se ferait avec l’Etat (la concertation avec les élus locaux va être enclenchée), et qu’il fallait souscrire au plan naturel de l’habitat ancien dégradé.

Les signataires : Marc Burg (sous-préfet). Daniel Percheron (président de Région). Patrick Kanner (Conseil général), Alain Bocquet (président de la CAPH), Patrick Roy (maire de Denain). Marc Desjardins (directeur régional de la CDC), Didier Manier (président de Partenord Habitat), Pascal Martin-Gousset (directeur général Anru), Jean-Luc Bart, président de la CAF de Valenciennes.

Financement

Les hauteurs de financement (en millions d’euros) : Partenord 45 (dont 37,7 de la Caisse des dépôts); Anru 22; Région 8,8; CAPH 5,1; Denain 3,2; la CAF 280 000 euros; conseil général du Nord 270 000 euros. Autres : 15,2 (dont 10,4 d’investissements de promoteurs pour les opérations d’accession sociale). Le coût total est de 100 106 619 €.

Ils ont dit

Daniel Percheron, président de Région : « Ici, 73% des gens ne payent pas l’impôt sur le revenu, nous voici dans l’autre France ! (…) . Ici, 4 milliards de travaux, c’est 5 % du PIB de notre région pour la renaissance des villes ».

Alain Bocquet, président de la CAPH
: « La CAPH dépense ici 5 M€ (….), de plus elle est la agglo à avoir mis en place la prime à l’accession, nous nous occupons de 400 logements par an. »

Patrick Kanner, vice-président du conseil général du Nord : « Nos interventions sont de 762 M€ sur 35 sites ANRU. Si l’on y rajoutait Partenord Habitat, cela ferait du Nord, la plus importante collectivité financière de France. »

Tous ont souligné l’excellence du partenariat entre intervenants.