Archives pour l'étiquette Personnes âgées

Dans La Voix du Nord-Villeneuve d’Ascq : « Pendant que l’EHPAD du Recueil pousse, Jean-Baptiste-Clément négocie le tournant »

J’ai participé samedi à la visite du chantier de l’EHPAD du Recueil à Villeneuve d’Ascq, un nouvel équipement mieux adapté aux soins qui va remplacer Jean-Baptiste Clément.

VDN VILLENEUVE 08.10.2013Source : La Voix du Nord

 

Extension de la « Fleur de l’Âge » à Neuville-en-Ferrain, vers la diversification des modes d’accueil !

Je participais samedi dernier à la pose symbolique de la première pierre de l’extension de l’EHPAD* la « Fleur de l’Âge » à Neuville-en-Ferrain. Ce nouveau bâtiment complétera l’offre d’accueil actuelle en permettant aux personnes âgées d’y séjourner de manière temporaire. Le projet, dont le montant s’élève à plus de 2,5 millions d’euros, comprend également une chambre reservée aux familles qui souhaitent accompagner leurs proches en fin de vie.

Il s’agit pour le Conseil Général de s’adapter aux enjeux du vieillisement de la population en proposant un nouveau mode de prise en charge. L’accueil temporaire permet de faire le lien entre la préservation de l’autonomie et le nécessaire accompagnement médicalisé. Il concernera les personnes âgées dont le maintien à domicile est momentanèment difficile en raison de l’absence des aidants familiaux, de travaux dans le logement ou d’une convalescence. L’accueil est prévu pour une durée de 30 jours d’affilée, renouvelable trois fois dans l’année.

*Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Pose de la première pierre du pôle de soins à Loos

Crédit Photo Nord Eclair
Des blouses blanches maniant la truelle, ce n’est pas un nouveau scénario de série américaine. Juste l’opération inédite qui s’est déroulée, hier sans encombre, lors de la pose de la première pierre du pôle de soins de suite et de réadaptation de Loos et d’Haubourdin.

L’hôpital de Loos se modernise. Il deviendra, en 2014, le pôle de soins de suite et de réadaptation des hôpitaux de Loos et d’Haubourdin. L’expression vivante de la réussite du projet médical partagé. « Cela s’est fait très rapidement », se réjouit encore la directrice des deux établissements hospitaliers, Marie-Laure Despature. « En 2006, les médecins ont démarré la réflexion. Six mois plus tard, les conventions étaient signées. » Le chantier a, lui, démarré en mai. Il donnera vie, comme l’a rappelé non sans fierté le maire de Loos Daniel Rondelaere : « C’est un projet particulièrement ambitieux qui permettra à l’hôpital de gagner près de 8 000 m² de surface supplémentaire et de disposer de 44 lits supplémentaires. » Un projet qui prend d’autant plus d’importance pour l’élu dans un contexte délicat « où l’on assiste à une difficulté croissante dans les centres hospitaliers, particulièrement visible au niveau des services d’urgence ». Ce qui n’a, pourtant, pas empêché les acteurs de cette modernisation de réussir à boucler le budget évalué à… 39 millions d’euros et de trouver des financeurs.

Didier Manier, vice-président du conseil général, développa un autre contexte : « Si le département du Nord est le plus jeune, il est aussi le plus peuplé et compte de nombreuses personnes âgées. Nous devons intégrer cette réalité. » L’élu, également président de Partenord Habitat, a annoncé qu’en 2011, le département élaborera le futur schéma gérontologique : « On doit avoir une vision prospective du vieillissement, on doit avoir la vision la plus réaliste possible. Le vieillissement est une chance, si on s’en donne les moyens », même si les difficultés peuvent aujourd’hui être disséquées : « On a des problèmes de financement, depuis la création de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), il y a quatre fois plus d’allocataires mais on a moins de transferts de charges. » La mascotte de l’établissement, Andrée, ne se démonte pas. Elle pousse son déambulateur pour marquer, à son tour, symboliquement, cette pose de la première pierre : « J’étais là aussi lorsqu’on a inauguré le portail… »

Nord Eclair
jeudi 17 juin 2010

Maubeuge : La résidence « Les Tilleuls » inaugurée – Un havre de paix pour les personnes âgées

Ouvert depuis quelques mois, l’établissement a été officiellement inauguré. L’occasion pour les élus de découvrir dans quelles conditions sont accueillis les résidents.

Mercredi 12 mai a été inaugurée officiellement la résidence «Les Tilleuls» rue d’Hautmont, à proximité du lycée Lurçat. Il s’agit d’un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) d’une capacité de 82 lits, dont 26 réservés aux personnes désorientées atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Au cours de la visite guidée par la directrice, Maryse Gardin, l’événement a été salué par le discours de plusieurs invités. Bernard Carton, président du directoire d’Habitat du Nord, Rémi Pauvros, en sa qualité de maire de la commune d’accueil, Didier Manier, vice-président du Conseil général du Nord chargé des personnes âgées, Michel Delebarre, député du Nord, ancien ministre d’Etat, président de l’AFEJI et enfin Olivier André, sous-préfet de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe.

Pour son nouveau siège, l’Adar reste fidèle à Roubaix… et à ses valeurs

Voici l’article de la Voix du Nord consacré à l’inauguration vendredi dernier du nouveau siège de l’Adar spécialisée depuis 40 ans dans l’aide à domicile en faveur des personnes âgées, une association qui compte 6000 adhérents et s’adapte constamment à l’évolution des besoins. Signalons au passage que le Conseil Général du Nord accompagne les bénéficiaires de l’APA dont plus de 72 % vivent à domicile. Dans un contexte de libéralisation du secteur et d’ouverture à la concurrence, j’ai rappelé combien il était nécessaire de défendre les conditions de travail des salariés et la qualité des services aux personnes âgées. Non, l’aide à domicile n’est pas un marché comme les autres !

L’inauguration du nouveau siège social de l’Adar (aide à domicile) à Roubaix a donné l’occasion à la présidente de l’association ainsi qu’aux élus présents de défendre une certaine conception du « service à la personne ».

L’Adar n’est pas un service public, mais pas une entreprise non plus. Depuis sa création en 1967, l’Adar de Roubaix (désormais Adar Flandre-métropole) s’accroche farouchement à son statut associatif qui lui permet d’évoluer dans un contexte de libre concurrence sans jamais perdre de vue la priorité à donner à l’être humain.

Hier, au moment d’inaugurer officiellement le nouveau siège de la structure, toujours à Roubaix, la présidente, Émilienne Leroy, n’a pas manqué d’égratigner ces « nouveaux venus dans le domaine du service à la personne, attirés par la libre-concurrence qui y règne désormais et qui ne possèdent ni l’expérience ni le niveau d’exigence de l’Adar ».

Une analyse partagée par Didier Manier, vice-président du conseil général en charge des personnes âgées, lui aussi hostile « à la mise en place de la loi de la jungle dans le marché de l’aide à la personne, et notamment des services aux personnes âgées ». Malgré tout, l’Adar conserve une assise solide dans la métropole et a su faire valider ses compétences à l’occasion de l’obtention de la norme NF, véritable label de qualité qui, selon Didier Manier, « valide les efforts de l’Adar en terme de service aux personnes et de professionnalisation des salariés ».

Maintien de la qualité de service, recherche d’une meilleure professionnalisation : ce sont ces objectifs qui ont guidé le rapprochement également célébré hier entre l’Adar et la MIE (Maison de l’emploi) de Roubaix. L’objet de cet accord est de permettre à de nombreux Roubaisiens et Roubaisiennes de se former dans le domaine de l’aide à la personne, avant de trouver un débouché au sein des équipes de l’Adar. « C’est un partenariat utile entre deux structures qui ont le même souci d’aider les gens et de le faire durablement », a noté pour sa part René Vandierendonck, avant de souligner que sur les 1 000 personnes employées par l’Adar, près de 600 bénéficient d’un CDI. Et l’association continue de signer cinq nouveaux CDI chaque mois.

Des chiffres qui font de l’Adar le premier employeur associatif de la métropole. Un statut qui peut paraître fragile dans un contexte de libéralisation économique, mais c’est ainsi que les administrateurs bénévoles de l’association, véritables militants du maintien à domicile des personnes âgées, peuvent garder le cap depuis 43 ans.

Adar, 38, rue Foch à Roubaix, Tél : 03 28 33 65 10. Site Internet : adar-flandre-metropole.org

Olivier Hennion
Voix du Nord
samedi 24 avril 2010

Retrouvez ici l’article de la Voix du Nord.

Assises Régionales d’d’Alzheimer

A l’occasion des Assises Régionales d’Alzheimer qui se sont tenues aujourd’hui à Lille Grand Palais, j’ai pu mettre en exergue les missions du Conseil Général tant dans la prévention que dans le soutien aux malades et à leur famille. J’ai souhaité citer en exemple l’association Pause Vermeille qui met à disposition des personnes âgées ou handicapées et des personnes souffrant de dégénérescences cérébrales, des personnes qualifiées pour favoriser le maintien à domicile. Elle propose des prestations à domicile ou en établissements sous formes de jeux de mémoire et de logique.

Semaine bleue en faveur des personnes âgées

Vous trouverez en pièce jointe un article de Nord Eclair du lundi 19 octobre 2009 sur la semaine bleue consacrée aux personnes âgées.

Le Conseil Général du Nord mène une politique volontariste de lutte contre l’exclusion des seniors. Notre priorité, c’est de permettre à chacun de vivre mieux et plus longtemps dans notre département.

Bonne lecture !

La semaine bleue du CG pour les personnes âgées Nord Eclair 19.10.2009

Conférence au salon professionnel de l’âge à Lille Grand Palais

Les personnes âgées forment une population variée. Certains sont en pleine forme. D’autres, peuvent être dépendantes ou en mauvaise santé. Elles ont besoin d’un accompagnement et d’un hébergement adaptés, de qualité.

L’avenir de nos politiques en faveur des aînés est devenu un vrai sujet de société. Nous devons rechercher de nouvelles solutions pour répondre à leurs besoins dans un monde qui change.

Ce sera l’objet de cette conférence en présence d’Henry Nogués, économiste et gérontologue, professeur émérite à l’Université de Nantes.

Affiche salon professionnel de l'âge 20/10/2009