Archives pour l'étiquette routes départementales

Pont de Merville : une concertation fructueuse avec les agriculteurs

MERVILLE 15.07.2014J’avais donné rendez-vous mardi dernier aux agriculteurs de l’Union Agricole d’Hazebrouck  pour évoquer la question du pont de Merville sur la RD69.

Le pont avait fait l’objet de travaux d’entretien fin 2013. Il s’agissait de refaire les trottoirs du pont construits d’origine en encorbellement avec deux dalles en béton armé de chaque côté, d’une largeur d’environ 1 mètre. Les travaux n’avaient pas modifié les caractéristiques de l’ouvrage mais ils avaient gommé l’effet des rechargements successifs de la chaussée : route et trottoirs avaient fini par se confondre.

Manœuvres délicates pour les engins agricoles

La rénovation de l’ouvrage d’art s’est révélée problématique pour la circulation des engins agricoles. Certains avaient besoin de 3, 50 mètres voire de 4 mètres d’empattement alors que la chaussée n’est que de 3 mètres et ils ne pouvaient plus empiéter sur les trottoirs, bien relevés.

Concertation et proposition du Département du Nord

Depuis 1 an, les échanges ont été renforcés entre la Chambre d’Agriculteur, le syndicat FDSEA et le Département du Nord sur les projets routiers. Le monde agricole est conscient qu’il doit communiquer sur les gabarits de leurs engins qui peuvent poser problème.

Dans ce climat de confiance, j’ai souhaité trouver une option qui puisse concilier la demande des agriculteurs à l’intérêt général défendu par le Département du Nord.

Nous avons donc retenu cette option : la réalisation sur la chaussée – pour un coût réduit – d’un rechargement minime en enrobés afin que les engins agricoles puissent déborder sur les trottoirs de l’ouvrage et ainsi franchir le pont.  La proposition devra être validée par la Communauté de Communes de Flandre intérieure car le déclassement de la voie est déjà prévue.

De manière plus globale, en termes de relation entre la profession agricole et le Département, des groupes de travail seront lancés à la rentrée de septembre sur les questions du foncier et de la gestion / exploitation des routes. Il s’agit de continuer à mieux prévenir les potentielles situations de blocage… La concertation prime !

Dans Voix du Nord-Villeneuve d’Ascq : Didier Manier présente les aménagements prévus par le Département du Nord sur le site de La Pilaterie.

Didier Manier, Vice-Président en charge des Transports et des infrastructures au Département du Nord a réuni ce lundi 3 février le premier Comité de Pilotage pour la sécurisation et l’aménagement cyclable de la rue Jean Jaurès (RD 14), précisément entre le giratoire Saint-Ghislain et le Grand Boulevard à Villeneuve d’Ascq, étendu rue du Professeur Perrin à Croix.

On se souvient qu’un accident dramatique s’était produit à La Pilaterie le 5 juillet dernier avec le décès d’un cycliste de 32 ans, renversé par un chauffard.

Depuis, un diagnostic du site a été réalisé et plusieurs options d’aménagements ont été présentées par les services du Département du Nord pour traiter prioritairement ce point noir de la métropole.

Retrouvez ici dans La Voix du Nord un compte-rendu du Comité de Pilotage.

Dans La Voix du Nord : à Trélon, le Conseil général du Nord construit un nouveau centre d’entretien routier

Coiffés du casque blanc de sécurité du travail, les élus, dont Didier Manier, le premier vice-président du conseil général du Nord en charge des transports et des infrastructures ; Jean-Luc Pérat, le conseiller général du canton ; et François Louvegnies, le maire, ont bravé le rideau de pluie et visité, jeudi après-midi, le chantier de reconstruction du centre d’entretien routier (CER) et de rénovation de la subdivision de Trélon de l’équipement.

Les élus ont pris bonne note de l’avancement des travaux du nouveau centre d’entretien routier (crédit photo La Voix du Nord).
Les élus ont pris bonne note de l’avancement des travaux du nouveau centre d’entretien routier (crédit photo La Voix du Nord).

Situé le long de la promenade de l’ancienne voie ferrée, « entre ville et campagne », non loin de la gare, ce chantier qui a débuté en juin répond à un double enjeu tant au niveau de son intégration dans son environnement avec une architecture organisée qu’au niveau énergétique avec des efforts consentis sur des problématiques liées à l’environnement qui prennent en considération l’ensoleillement, la protection, ou bien encore l’impact.

Commenté le temps de la visite par François Richard, responsable technique du maître d’ouvrage, ce projet, dessiné par la société Jean-Louis Hornez, dans le respect de la diversité de ses fonctions futures, joue la carte de l’unité et se présente comme un même ensemble.

Et les travaux avancent à grands pas, rythmés par le bras et le crochet d’une grue impressionnante qui domine l’ensemble. Le centre d’exploitation routier (CER) de Trélon est actuellement implanté sur deux sites. La partie administrative est basée dans le centre tandis que le rangement des engins se fait sur les lieux même de la subdivision. Par ailleurs, les diagnostics techniques ont mis en avant une nécessité de rénovation importante du bâtiment de la subdivision. Et pour créer les conditions d’un environnement de travail sain, il a fait l’objet d’un désamiantage.

Intégration paysagère et environnementale

Afin de présenter une unité architecturale et une optimisation des travaux, il a été proposé de regrouper les deux projets (reconstruction du CER et rénovation de la subdivision). Ce nouveau bâtiment avec sa toiture végétale constitue un véritable enjeu d’insertion paysagère et de qualité environnementale. Il fait d’ailleurs appel aux matériaux inhérents au territoire comme le bois pour la toiture et la pierre de taille bleue pour la façade.

Le montant total des travaux s’élève à 2,9 M€, entièrement financés par le Département du Nord. Le tout sera opérationnel, l’an prochain, à la rentrée de septembre 2014, pour entretenir les 306 km de routes départementales dans les 12 communes du canton de Trélon. D’ici là, le bâtiment de stockage de sel et l’aire de lavage pour les saleuses seront opérationnels dès cet hiver.

Source : La Voix du Nord

 

 

Dans La Voix du Nord : « Transports-Quand les maires s’en vont défendre leur bout de route au Département »

photo-2Il est beau mon goudron, il est beau ! Le vice-président du conseil général en charge des transports, Didier Manier, rencontrait hier les maires de la métropole lilloise pour un point sur les travaux du réseau routier départemental. L’occasion pour les élus de défendre leur bout de route… voire leur piste cyclable.

« J’ai un nid-de-poule devant ma mairie ! » Ce cri du coeur est celui d’Éric Durand. Le maire de Mouvaux est installé, au côté de nombre de ses pairs métropolitains, sous les lustres de l’hôtel du conseil général. Face à eux, Didier Manier, un vice-président du conseil général en pleine tournée des popotes des maires nordistes (on dit des «commissions d’arrondissement»).

Hier, il faisait étape dans l’arrondissement de Lille, soit grosso modo la communauté urbaine. Et les échanges avaient tout d’une discussion de marchands de tapis. De tapis d’enrobé, évidemment.

photo« Il faudrait un petit muret pour éviter les accidents », plaide tel édile. Tel autre réclame un enrobé neuf, « parce que ça ne sert à rien d’avoir de beaux trottoirs si la route reste en l’état ». Les uns après les autres, les maires tentent de se faufiler dans le plan routier départemental 2011-2015, qui fixe les travaux de voirie financés par le conseil général mais est sujet à des « actualisations » annuelles. En 2013, le contournement sud de la Chapelle-d’Armentières et les protections phoniques de l’échangeur de Babylone, à Villeneuve- d’Ascq, se sont ainsi glissés parmi les convives. Un effort de 12,3 millions d’euros de la part du conseil général, dont le plan 2011-2015 consacrait d’ores et déjà 176,3 millions d’investissements à l’arrondissement de Lille. Un budget dans lequel le chantier d’accessibilité au Grand Stade a pesé lourd, 24 millions d’euros. Mais pas au point de « dévitaliser nos capacités d’investissement », se défend Didier Manier, qui rappelle que le contournement de Valenciennes coûtera quatre fois plus cher.

Alors, les élus tentent leur chance. Michel Courouble, le premier magistrat d’Ennetières-en- Weppes, prend le micro pour plaider la création d’une « liaison douce (adaptée aux piétons et aux cyclistes) pour les enfants entre Ennetières et Englos ». « Bon, on l’inscrit en études et on démarre », tope Didier Manier. Le socialiste insiste: il est le vice-président aux transports, non à la seule voiture. « Il y a eu un changement psychologique, assure-t-il. On travaille sur des alternatives pour que les huit millions de déplacements quotidiens dans le Nord ne se résument pas à des gens seuls dans leur voiture. » Des « alternatives » comme le bus (pas dans la métropole, chasse gardée de Transpole), le covoiturage (via l’aménagement d’aires dédiées) ou le vélo. « Les trois quarts de nos interventions intègrent des aménagements cyclables, se félicite Didier Manier. Notre plan cyclable prévoit de multiplier par deux en dix ans les aménagements dans l’arrondissement de Lille. »

Hier, Didier Manier n’a pas fait que des heureux. Prenez Éric Durand. L’élu UMP pointe le piteux état des latérales du Grand Boulevard, « axe majeur et grand absent du plan routier ». Le Mouvallien ironise sur les «tours de passepasse» consistant à botter en touche vers une autre collectivité. Bingo : Didier Manier renvoie vers Lille Métropole Communauté urbaine, « qui a conduit une étude sur un réaménagement sans donner de suite ». Et tant pis si LMCU n’est théoriquement pas compétente sur des voies départementales. Joies du millefeuille administratif français… et dépit d’Éric Durand et de son nid-de-poule.

PAR SÉBASTIEN BERGÈS

Source : La Voix du Nord-édition métropole lilloise 22.10.2013

Plan Routier Départemental : les élus ont fait le point sur les projets de l’Avesnois

HOUZ2568Vice-Président en charge des Transports et des infrastructures au Département du Nord, j’ai présidé mercredi 16 octobre la Commission d’arrondissement de l’Avesnois qui recueille l’avis des maires et priorise les projets du Plan Routier Départemental pour 2013-2015.  

Au titre des Projets Courants :
61 opérations sont inscrites au programme opérationnel des projets courants pour un montant total de 76,5 millions d’euros. Un programme d’études de 71 opérations est acté pour la préparation des années futures.

Au titre des Grands Projets :
3 opérations sont inscrites au programme opérationnel des grands projets pour un montant proche de 16 millions d’euros. 12 opérations sont au programme d’études.

Au titre des Ouvrages d’Art :
12 opérations dont le total est estimé à plus de 10,4 millions d’euros sont identifiées dans un programme pour la conservation du patrimoine des ouvrages d’art. Ce programme se voit compléter de 19 opérations en études.

HOUZ2581