Urgence politique pour le logement

En dix ans, le parc privé a augmenté ses loyers de 50 %. Les loyers ont augmenté 3, 5 fois plus vite que le SMIC ! Ainsi, le logement est devenu le premier poste de dépenses des familles. Elles y consacrent en moyenne 25 % de leurs revenus, parfois jusqu’à la moitié. Il n’est pas étonnant qu’1, 8 millions de familles rencontrent des difficultés pour s’acquitter de leur loyer.

Le logement répond à la loi de l’offre et de la demande : lorsqu’il y a pénurie, les prix s’envolent. C’est ce qui se passe aujourd’hui en France. Il manque entre 600 000 et 900 000 logements. 1, 2 millions de familles attendent une HLM.

Pour la première fois de son histoire, la Fondation Abbé Pierre a décidé d’interpeller directement les candidats à l’élection présidentielle 2012 avec un appel « mobilisation générale pour le logement ».

A la tête de Partenord Habitat, je partage pleinement les constats de la Fondation Abbé Pierre. Notre région a besoin de 90 000 logements supplémentaires. Les bailleurs sociaux font ce qu’ils peuvent. Mais ils doivent aujourd’hui faire face au coût exorbitant du foncier. Ils doivent également se battre contre les désengagements de l’Etat. La politique nationale du logement n’a jamais été aussi mal lotie.

En 2012, une autre politique s’impose pour le logement. François Hollande s’est engagé. Il propose :

– l’encadrement par la loi des loyers lors de la première location ou de la relocation,

– la construction de 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants,

– le renforcement de la loi SRU en multipliant par 5 les sanctions sur les communes récalcitrantes,

– porter le nombre de logements sociaux à 25%,

– la mise à disposition à titre gratuit des terrains inutilisés de l’Etat aux collectivités locales pour construire du logement.

Enfin, François Hollande propose de soutenir les organismes HLM par un doublement du budget de l’Etat consacré aux aides à la pierre et la réduction des taux d’intérêt des prêts aux HLM.

En 2012 : le changement passera forcément par une autre politique du logement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *