Voeu pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de la guerre 14-18

Le Conseil Général a voté, à l’unanimité, le vœu déposé par le Groupe socialiste pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de la guerre 14-18.

Pendant la Première Guerre mondiale, en France 2400 « poilus » auront été condamnés à mort et 600 fusillés pour l’exemple. Ces condamnations ont été prononcées pour refus d’obéissance, mutilations volontaires, désertion, délit de lâcheté ou mutinerie.

Le poilu ne refuse pas de se battre mais il refuse d’attaquer à outrance. A Craonne, lors des sanglants assauts commandés par le Général Nivelle, ce sont plus de 130 000 hommes qui meurent en 10 jours, soit dix tués à la minute.

La famille du soldat fusillé pour l’exemple était doublement touchée du deuil. En effet la honte d’avoir eu un frère, un père, un époux condamné pour sa lâcheté était très difficile à supporter. Cela s’ajoutait inéluctablement au poids du deuil.

Dans son discours du 5 novembre 1998 à Craonne, à l’occasion de 80ème anniversaire de l’Armistice de 1918, le Premier ministre de l’époque, Lionel JOSPIN a souhaité que les soldats fusillés pour l’exemple, « épuisés par des attaques, condamnés à l’avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond » qui « refusèrent d’être sacrifiés », victimes « d’une discipline dont la rigueur n’avait d’égale que la dureté des combats, réintègrent aujourd’hui, pleinement, notre mémoire collective nationales ».

Nous demandons au Gouvernement et aux autorités françaises de reconnaitre les soldats condamnés pour l’exemple comme des soldats de la Grande Guerre à part entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *