Archives de catégorie : A la une

Eléction à la Présidence du Conseil général

J’ai été élu aujourd’hui Président du Conseil Général du Nord.

Mes premiers mots ont été pour saluer le travail de mon prédécesseur, qui reste conseiller général de Lille Sud-Ouest.

La nomination de Patrick Kanner au Gouvernement est une nouvelle importante pour notre Département et au-delà pour tous les défenseurs de la décentralisation. 

J’ai également insisté sur la gravité de la crise économique et sociale que traverse le pays et le rôle essentiel des collectivités locales et notamment des Départements qui doivent pouvoir jouer leur rôle d’investisseur.

En effet, les Communes, Départements et Régions ne sont responsables que de 9,5 % de la dette nationale alors qu’ils assurent 75% de l’investissement public et font tourner 50% de l’activité du BTP.  Le maintien de l’investissement public local est le vrai plan de relance ! 

En ce sens,  le Canal Seine Nord-Europe sera un acte  déterminant pour le développement de nos territoires. 

Je suis ensuite revenu sur la réforme territoriale qui selon lui, doit représenter un réel progrès.

Oui à la clarification des compétences, oui aux chefs de file, oui à de nouveaux transferts de compétences justement compensés mais mille fois non aux lois de recentralisation et de « dévitalisation » des Départements

J’entends poursuivre l’action volontariste engagée pour réduire les inégalités et construire un Nord toujours plus fort et solidaire.

Retrouvez ici l’intégralité de mon intervention en Séance Plénière à l’issue de mon élection comme Président du Conseil général.

LMH : Réunion d’information avec les locataires des tours Blériot et Guynemer à Roubaix

LMH 17.09.2014J’ai présidé, hier soir, une réunion d’information en direction des locataires LMH des tours Blériot et Guynemer à Roubaix afin de leur présenter les travaux de réhabilitation des façades.

Notre bailleur LMH va en effet procéder à la dépose de « l’alucobond pe », matériau installé aujourd’hui sur les façades Nord et Sud des résidences qui participe à l’esthétisme architectural des bâtiments. L’isolant actuel va être retiré. La structure porteuse du bardage va être quant à elle renforcée pour accueillir un nouveau bardage plus isolant et de meilleur aspect.

Les travaux sont évalués à 1,5 million d’euros TTC, financés par LMH. Ils se dérouleront par tranches jusqu’au mois d’avril 2014.

Département du Nord : les nouveaux locaux de la crèche inaugurés !

dl crèche 15 09 14 MODIFNous avons inauguré, en présence de Patrick Kanner, les nouveaux locaux de la crèche départementale situé au rez-de-chaussée du Forum, à Lille qui a rouvert au mois de juin. Il s’agit d’un multi-accueil de 60 places qui comprend 40 places pour les enfants de 10 semaines à 2 ans et 20 places pour les 2 ans / 4 ans.

Un accueil de jeunes enfants existait depuis 1997 pour les enfants du personnel mais les locaux étaient devenus vétustes et le site ne bénéficiait pas de l’agrément de la CAF. Les travaux entrepris au mois de mars – pour un montant de 519 000 euros TTC – ont consisté à sécuriser, remettre aux normes d’hygiène et embellir le cadre de vie de la crèche qui a obtenu l’avis favorable pour sa réouverture le 2 juin dernier.

Afin de bénéficier des financements publics, le fonctionnement de la crèche répond aujourd’hui aux critères fixés par la CAF :

– elle est ouverte au moins à 30% aux externes hors agents départementaux ;

– 10% des places sont proposées pour des enfants dont les familles sont en insertion;

– le temps d’accueil n’est pas lié exclusivement au temps de travail;

– le temps de présence des enfants au multi-accueil est contractualisé entre la famille et le Département au préalable;

– le taux d’occupation est supérieur à 70%;

– le barême de tarification est celui de la CNAF.

D’ici fin septembre, 42 enfants feront leur rentrée au sein de la nouvelle crèche départementale… Nous souhaitons à tous les petits la bienvenue dans nos locaux !

Mon intervention sur la réforme territoriale aux Etats généraux des socialistes du Nord à Lomme

LOMME 13.09.2014Je suis intervenu, samedi dernier à Lomme, en salle plénière dans le débat  sur la réforme territoriale.

J’ai rappelé, en préalable, qu’une telle réforme n’avait d’intérêt que si elle améliorait ce qui ne fonctionne pas tout en confortant ce qui fonctionne bien !

A cet égard, le Parti Socialiste avait vivement critiqué en 2010 le projet de recentralisation de Nicolas Sarkozy et proposait une autre réforme pour renforcer les collectivités locales et la démocratie de proximité contre le jacobinisme technocratique.

En matière de décentralisation, un constat s’impose : la plupart des politiques et services publics transférés aux collectivités fonctionnent mieux que lorsqu’ils étaient gérés par l’Etat. C’est le cas pour les collèges, pour les routes ou encore le développement économique et le soutien aux PME.

Les élus sont favorables à une réforme, à un nouvel acte de décentralisation qui redonne des marges de manœuvre aux collectivités, notamment financières. Il faut clarifier les compétences, désigner des chefs de file mais surtout assurer les compensations aux charges transférées. Depuis 2004, l’autonomie financière du Département – impactée par le poids des trois allocations RSA, PCH, APA – n’a cessé de diminuer. Il s’agit, pourtant, de la condition essentielle de notre libre administration !

J’ai souhaité également rappelé que la recherche d’économies ne doit pas être le seul et unique objectif de la réforme territoriale alors que les gains potentiels sont loin d’être évidents. L’agence Moody’s a montré que le coût de la réforme était édifiant. A titre d’exemple, pour le seul Département du Nord, le passage d’agents départementaux au régime indemnitaire plus avantageux de la Région va engendrer – à lui seul – une dépense supplémentaire de 10 millions d’euros !

En outre, il faut rappeler que les collectivités sont vertueuses. Elles votent chaque année un budget en équilibre. Elles ne sont responsables que de 9,5% de la dette nationale mais elles assurent 75% de l’investissement public et font tourner 50% de l’activité du BTP : le vrai plan de relance est l’investissement des collectivités locales !

Dans le débat sur la réforme territoriale, il peut être utile de faire des comparaisons à l’échelle européenne : la plupart des pays de l’UE compte 3 échelons territoriaux avec 3 niveaux de compétence. En France, il y a la commune et l’intercommunalité pour le quotidien, les grandes Régions stratèges et enfin le Département qui a pour rôle la solidarité territoriale. Sans le Département, certains territoires vont continuer à tirer leur épingle du jeu tandis que d’autres vont être complétement dépassés.

Enfin, le rôle de l’Etat doit être questionné : comment l’Etat compte-t-il assumer ses responsabilités régaliennes : éducation, logement, santé, sûreté ? la présence de l’Etat dans les territoires est-elle toujours aussi indispensable ? sur ce sujet, des économies substantielles ne peuvent-elles pas être faites ?

En conclusion, j’ai plaidé pour un véritable troisième acte de décentralisation qui réponde aux attentes des élus locaux et des citoyens avec, notamment :

– une réforme de la fiscalité locale,

– plus de moyens contre les inégalités territoriales,

– une compensation pour le Département des trois allocations universelles, pour une vraie solidarité nationale,

– assurer une réelle péréquation entre les territoires les plus riches et ceux qui le sont le moins.

Etat généraux des socialistes du Nord demain à Lomme : invitation au débat sur la réforme territoriale.

J’interviendrai demain – samedi 13 septembre à partir de 14h15 – dans le débat sur la réforme territoriale lancé à l’occasion des états généraux des socialistes du Nord à Lomme.

La réforme territoriale a été traduite dans deux projets de loi adoptés en Conseil des ministres le 18 juin dernier et discutés au Parlement au cours de cet été et de l’automne.

La nouvelle carte des 13 régions et le report des élections régionales et départementales ont été adoptés à l’Assemblée et doivent encore être examinés en deuxième lecture au Sénat.

Le texte sur la nouvelle organisation territoriale de la République qui répartit les compétences entre les collectivités sera quant à lui discuté à partir de cet automne. Il est bien loin de faire consensus : le débat promet d’être animé !

PS Nord 13.09.2014