Archives de catégorie : Actualité

Nexity met en place son comité de parties prenantes

Nexity est le premier groupe immobilier français intégré et compte plus de 10 000 collaborateurs.

Sensible à la démarche de responsabilité sociale et environnementale du groupe mais également à la vision exigeante de son Président Alain Dinin sur les questions de logement et d’urbanisme, j’ai accepté d’intégrer ce Comité de Parties Prenantes.

Ce Comité de Parties Prenantes est une instance consultative et de propositions qui doit aider à la réflexion, dans un dialogue à la fois constructif et contradictoire.

Cette participation est une manière pour moi de poursuivre mon engagement en faveur du logement pour tous en faisant passer mes messages dans de nouveaux cadres.

Voici en lien une interview d’Alain Dinin réalisée pour le JDD le 17 novembre dernier.

Didier Manier

Solidarité avec les travailleurs sociaux du Département !

Depuis le début du mandat, nous alertons la majorité départementale de droite et son exécutif présidé par Jean-René Lecerf sur la dégradation des conditions de travail des agents départementaux, les difficultés croissantes des travailleurs sociaux qui sont en première ligne et le manque de moyens alloués aux politiques de la protection de l’enfance : désengagements à l’égard des Clubs de Prévention, suppression des services de PMI en maternité, difficultés dans les services de prévention santé, diminution drastique des places d’hébergement pour l’aide sociale à l’enfance…

A l’occasion des Séances Plénières du Conseil départemental, nous avons continuellement interpelé l’exécutif sur la situation des services sociaux départementaux et celle de nos partenaires associatifs. Nous sommes intervenus régulièrement dans l’hémicycle pour mettre la majorité devant ses responsabilités :

  • Virginie Varlet en Séance Plénière du 26 mars dernier sur la diminution de l’aide départementale pour le départ en vacances des enfants de l’ASE.
  • Sébastien Duhem en Séance Plénière du 29 juin et Marc Godefroy le 8 octobre sur la baisse des moyens accordés à la prévention spécialisée,
  • Françoise Martin le 29 juin sur les difficultés dans les services de prévention santé pour assurer leur mission de dépistage,
  • Marie-Christine Staniec sur le sort des Mineurs Non Accompagnés dans le département,
  • enfin, Françoise Martin intervenait déjà il y a tout juste un an, en Séance Plénière du 13 novembre 2017, sur la dégradation du climat social au sein des UTPAS.

Depuis le mois d’octobre, la situation a pris une nouvelle tournure : des agents de toutes les Unités Territoriales de Prévention et d’Action Sociale (UTPAS) du Département se mobilisent pour dénoncer l’insuffisance des moyens humains et budgétaires pour accomplir leurs missions. Nous soutenons le combat des personnels des services sociaux de proximité. Leurs revendications ne concernent ni leur statut, ni leur rémunération ni même leur nombre de congés. Leurs revendications concernent les moyens pour accompagner les publics les plus fragiles, en particulier les mineurs de l’aide sociale à l’enfance. Nous continuerons de soutenir leur combat.

Didier MANIER 

Président du Groupe Socialiste, Radical et Citoyen 

Fermeture des Bureaux de Poste à Villeneuve d’Ascq, mobilisons nous !

Informé dès la fin du mois d’août d’une rumeur de fermeture, j’ai  adressé un courrier au Délégué régional du groupe La Poste afin de lui signifier à la fois mon opposition à ce projet mais également de lui demander des éclairages sur la stratégie d’implantation du groupe La Poste sur l’ensemble de la commune de Villeneuve-d’Ascq.

En effet, la fermeture du Bureau de Flers Breucq n’est pas un acte isolé. Des craintes réelles existent également sur le devenir du Bureau d’Ascq et la fermeture de celui sur la Cousinerie est déjà une réalité depuis plusieurs semaines.

C’est pourquoi, en plus des initiatives citoyennes comme la pétition qui a déjà recueilli près de 300 signatures,  j’ai souhaité qu’une motion soit présentée lors du prochain Conseil municipal, le mardi 18 septembre.

La fermeture d’un Bureau de Poste est un mauvais signal pour la vitalité de nos commerces de proximité et de nos cœurs de quartier. Elle signifie également l’éloignement d’un service public, notamment pour nos concitoyens les plus fragiles.

Journée des oubliés des vacances : que fait le Département du Nord ?

Le Secours populaire français organisait, hier, la journée des oubliés des vacances pour les enfants qui n’ont pas eu la chance de partir pendant l’été.

En France, un enfant sur trois ne part pas en vacances. Selon l’Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes, trois millions d’enfants ne partent pas en vacances, même pour une nuit.

Il s’agit d’un véritable problème social.

Pour lutter contre cette inégalité et permettre à des jeunes de s’évader quelques jours, notre précédente majorité départementale de gauche avait mis en place une politique d’aide au départ.

L’opération « un été en Nord » permettait à un millier de jeunes de 11 à 15 ans de partir gratuitement au mois d’août sur un site du département. En 2016, le dispositif a été supprimé.

Depuis le début du mandat, la majorité départementale de droite a également décidé de baisser de moitié les crédits consacrés au départ des enfants de l’aide sociale à l’enfance qui sont les plus défavorisés.

En outre, les associations caritatives ont subi des baisses ou des suppressions de financement. Par exemple, l’association Vacances du Cœur, après 30 années de collaboration avec le Département du Nord, s’est vue notifiée l’arrêt brutal du partenariat. Entre 2010 et 2014, l’association avait pu bénéficier de 478 000 euros par an ce qui lui avait permis de faire profiter chaque année à 900 jeunes de séjours en France et à l’étranger.

Non vraiment, la solidarité, l’éveil et l’autonomie des jeunes nordistes ne sont plus des priorités. Les oubliés des vacances sont aussi les grands oubliés du Département.

CP 24.08.2018 JOURNEE OUBLIES DES VACANCES

Assemblée générale du personnel de LMH – Notre priorité : loger des habitants de la métropole au meilleur coût, en leur assurant confort et tranquillité

L’Assemblée générale du personnel de Lille Métropole Habitat a lieu chaque année. C’est l’occasion de faire le point avec l’ensemble des collaborateurs sur les réalisations et les perspectives de travail au sein de notre Office Public pour l’Habitat.

Au rang des inaugurations, LMH a livré plusieurs grands projets : la maison relais d’Anstaing, la résidence La Roseraie à Villeneuve d’Ascq, la résidence Nadaud à Roubaix ou encore l’agence Lille Est à Lille…

Nous avons également lancé la campagne d’incitation au respect qu’ont souhaité initié les collaborateurs de LMH, notamment ceux qui sont sur le terrain.

Au plan national, 2017 a été une année de changement liée aux élections présidentielles et législatives. Nous nous doutions déjà, même si le logement n’a jamais été un sujet largement débattu lors des campagnes présidentielles ces dernières années, bien qu’il fasse partie des priorités pour les Français, que nous allions vers des bouleversements importants pour les bailleurs sociaux.

Le Gouvernement a annoncé dès le courant de l’été 2017 une baisse de l’Allocation Personnalisée au Logement de 5 euros pour tous les locataires, applicable en octobre. Le dispositif de réduction du loyer de solidarité, imposée aux seuls bailleurs sociaux, coûte à LMH près de 10 millions d’euros cette année.

Il y a les chiffres et il y a aussi l’humain. A LMH, nous maintenons une politique de loyers très modérés pour être accessible à tous ceux qui cherchent un logement. Depuis 2015, nous livrons plus de 300 logements par an, sans compter les équivalents logements (foyers, résidences étudiantes…) tout en réhabilitant près de 500 logements par an.

Par ailleurs, nous n’avons pas attendu la loi ELAN pour nous rapprocher d’autres bailleurs afin de mutualiser nos moyens, grouper nos achats et vendre, raisonnablement, une partie de nos logements. Deux exemples : le travail de partenariat avec Partenord Habitat afin de dynamiser nos ventes et les rendre plus visibles et donc attractives ainsi que la création du GIE META (Mutualisation des Energies pour Transformer et Aménager) avec Vilogia opérationnel depuis le 1er juin pour travailler conjointement autour du renouvellement urbain.

LMH n’est donc pas opposé aux évolutions mais ce que nous attendons, ce sont des décisions fortes de l’Etat en matière de moyens et en matière de sécurité notamment afin d’assurer dans plusieurs secteurs la tranquillité de nos clients locataires et de garantir les conditions de travail du personnel de LMH.

Interroger nos méthodes de travail, nos objectifs, nos priorités et nos moyens afin de garantir une qualité de service à nos clients locataires est l’objet du projet d’entreprise qui sera renouvelé.

Le projet d’entreprise doit précisément rappeler et nous permettre de partager les valeurs, les missions complémentaires et les buts que nous poursuivons conjointement.

LMH doit conserver sa boussole : loger des habitants de la métropole au meilleur coût, en leur assurant confort et tranquillité. Dans ce cadre, chacun a une tâche spécifique à mener dans son environnement de travail avec des missions dont certaines sont particulièrement prenantes et complexes.

Lille Métropole Habitat et Vilogia s’associent pour le renouvellement urbain !

Didier Manier, Président de LMH et Jean-Pierre Guillon, Président de Vilogia (au centre) entourés d’Amélie Debrabandère, DG de LMH et de Philippe Rémignon DG Vilogia – 14 juin 2018

Lille Métropole Habitat (LMH) et Vilogia se sont engagés dans la création d’un Groupement d’Intérêt Economique spécialement dédié au renouvellement urbain : la META, Mutualisation des Energies pour Transformer et Aménager. Ce rapprochement entre un Office Public et une Entreprise Sociale pour l’Habitat est inédit. Il s’agit d’une première en France et d’un symbole fort dans le contexte actuel de réforme du monde HLM. Preuve que les bailleurs sociaux sont capables de développer des synergies face aux nombreux défis du logement.

Le renouvellement urbain : un enjeu partagé entre LMH et Vilogia

Les patrimoines de LMH et Vilogia représentent plus de 80 % du projet de renouvellement urbain de la métropole lilloise. Depuis des années, les deux bailleurs travaillent conjointement sur les enjeux de la politique de la ville et collaborent régulièrement sur certaines thématiques comme le relogement, les encombrants ou la tranquillité urbaine.

Vers une mutualisation des ressources

Avec la META, cette coopération va se poursuivre et s’amplifier. En effet, la nouvelle structure va assister les deux bailleurs dans la conduite des projets de renouvellement urbain, la contractualisation avec l’ANRU, les opérations d’ingénierie financières, la gestion urbaine et sociale de proximité ou encore dans la mise en œuvre d’opérations d’aménagement et de projets délégués au regard de leur complexité.

En outre, la META va permettre de mutualiser les savoir-faire complémentaires des deux bailleurs, favoriser le partage de connaissances, faire monter en compétence les équipes, capitaliser sur les meilleures pratiques et améliorer la professionnalisation de l’accompagnement social dans les quartiers en renouvellement urbain.

L’ambition de cette mutualisation est de mieux prendre en compte toutes les dimensions des projets : techniques mais aussi sociales et environnementales.

Les prochains chantiers communs

37 sites de renouvellement urbains vont être accompagnés par la META. Plusieurs sites concernent à la fois LMH et Vilogia comme par exemple le quartier Moulin à Lille, Epeule à Roubaix ou La Bourgogne à Tourcoing. Il s’agit d’accompagner dans les meilleures conditions possibles les opérations de démolitions, reconstructions et réhabilitations du patrimoine afin de garantir le succès et l’excellence des projets de renouvellement urbain. Ce sera le travail de Philippe Rémignon, Président de la META et de Christophe Cousin, son directeur entourés d’une équipe de 14 personnes issues à parité de LMH et Vilogia.

Bilan de mi-mandat : la réaction de Didier Manier

Au micro de Grand Lille TV, Didier Manier a réagi au bilan de mi-mandat de la majorité départementale de droite. Depuis 2015, celle-ci pilonne la précédente majorité au motif que les finances départementales étaient exsangues. En réalité, le Nord comme l’ensemble des Départements a dû faire face à l’envolée des allocations de solidarité (Revenu de Solidarité Active, Allocation Personnalisée d’Autonomie et Prestation de Compensation du Handicap) versées pour le compte de l’Etat qui n’a pas compensé à la hauteur des dépenses. En 2017, le Nord doit encore financer sur ses fonds propres près de 300 millions d’euros au titre du RSA, soit la moitié du coût de l’allocation. Ce que la majorité actuelle ne dit pas dans son bilan de mi-mandat, c’est l’augmentation massive des impôts votée en 2016 par les élus de droite contrairement à leur engagement de campagne !

Dans son édition du 29 mai, le journal CNEWS a repris la riposte de Didier Manier. 

 

Inauguration de l’agence Euracentre de LMH à Lille

J’ai eu le plaisir d’inaugurer ce mercredi 18 avril la nouvelle agence Euracentre de Lille Métropole Habitat à Lille en compagne d’Estelle Rodes, Adjointe au Maire en charge du logement.

La réorganisation territoriale des agences et antennes est intervenue au 1er janvier 2016 dans le cadre d’une réflexion portée en 2015 recherchant l’amélioration de la qualité de service rendu aux locataires.

Ce travail s’est accompagné de rénovation ou de relocalisation de plusieurs agences afin de mieux accueillir le public et en donnant de meilleures conditions de travail aux collaborateurs de LMH.

L’agence Euracentre était logée jusque fin 2016 rue du Président Kennedy. Si ces locaux offraient une belle centralité, l’ordonnancement n’était pas pratique pour l’accueil. La réhabilitation de la résidence Kolb et la construction d’un bâtiment offrant de l’accession à la propriété donnait l’opportunité à l’agence de s’installer dans un lieu où l’accueil serait pensé en amont.

L’agence est installée dans ses nouveaux locaux depuis janvier 2018 et dispose d’une surface de 514 m2 qui comprend :
– L’espace d’accueil ouvert dont un box de réception
– 13 bureaux
– Une salle de réunion
– Une cuisine et un espace détente
– Des locaux techniques dédiés au matériel informatique, matériel d’entretien, lieu de stockage…

Repenser l’accueil des clients locataires

En parallèle du projet de relocalisation de l’agence sur la résidence Kolb a émergé l’idée de concevoir l’accueil dans la future agence de manière différente. A la fois pour concevoir l’accueil proprement dit de manière plus interactive et pour pouvoir informer les clients
locataires ou de potentiels acquéreurs de logements de manière plus satisfaisante.

L’enjeu étant d’être moins tourné vers l’accueil des demandeurs de logement puisqu’un lieu labellisé, tel que prévu par la loi ALUR pour la demande de logement proprement dite, est prévu au siège de LMH à Tourcoing.

L’accueil comprend un équipement numérique adapté avec un poste réservé aux usagers. Des ordinateurs nomades permettent aux salariés de se déplacer avec leur matériel à la rencontre du
public. Enfin, l’accueil propose également un salon d’attente pour les enfants.

Sur l’organisation proprement dite, l’idée est de favoriser au maximum la réception sur rendez-vous. Le public est accueilli sans rendez-vous pour des réponses simples et rapides. Par exemple, pour une demande de mutation : information sur l’état du dossier, ajout de documents via le scanner…

L’opération Kolb

Outre la construction de l’agence Euracentre, l’opération Kolb concerne  :
– La réhabilitation de 76 logements pour un coût total de 4 455 645 € TTC dont la livraison est prévue en décembre 2018 ;
– Les travaux concernant l’étanchéité, l’isolation, la réfection de la chaufferie, la mise aux normes des installations électriques, le remplacement des sanitaires, des VMC, de tous les sols
souples… ;
– La construction de 10 logements en accession dont la livraison est prévue en juin 2018 (dont 6 Type 2 et 4 Type 3) ;

Conseil départemental du Nord – Le vrai bilan de mi-mandat !

Cette tribune a été publiée dans le numéro du mois d’avril du magazine Le Nord. 

En 2016, la Chambre Régionale des Comptes a rendu un rapport sur la gestion 2010-2015 du Département du Nord. Les magistrats ont mis en exergue la forte hausse des dépenses sociales versées pour le compte de l’Etat qui « a eu pour conséquence (…) d’avoir dégradé rapidement les équilibres financiers » de la collectivité. Ils n’ont en aucun cas remis en cause la gestion de l’ancienne majorité de gauche !

Malgré leur promesse de campagne, les élus de la majorité départementale de droite ont fait le choix d’augmenter massivement les impôts. Le taux de la taxe sur le foncier bâti a bondi en 2016 de +25,7%, soit la 4ème plus forte hausse nationale !

En contrepartie, les services publics et les investissements départementaux ont-ils été maintenus ? Au contraire, ils ont été rabotés ! Le budget départemental a été amputé de 150 millions d’euros. Le taux d’investissement par habitant pour 2018 est parmi les plus bas de France.

Pour 2018, nous avons proposé un Contre-budget équilibré. Il permettait de rétablir davantage de moyens dans les maisons de retraite, dans les collèges, pour la culture, l’insertion, la jeunesse et les partenaires associatifs. Gauche et droite ne font pas les mêmes choix politiques !

 

Didier MANIER

Président du Groupe Socialiste, Radical et Citoyen