Archives par mot-clé : département du nord

Journée des oubliés des vacances : que fait le Département du Nord ?

Le Secours populaire français organisait, hier, la journée des oubliés des vacances pour les enfants qui n’ont pas eu la chance de partir pendant l’été.

En France, un enfant sur trois ne part pas en vacances. Selon l’Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes, trois millions d’enfants ne partent pas en vacances, même pour une nuit.

Il s’agit d’un véritable problème social.

Pour lutter contre cette inégalité et permettre à des jeunes de s’évader quelques jours, notre précédente majorité départementale de gauche avait mis en place une politique d’aide au départ.

L’opération « un été en Nord » permettait à un millier de jeunes de 11 à 15 ans de partir gratuitement au mois d’août sur un site du département. En 2016, le dispositif a été supprimé.

Depuis le début du mandat, la majorité départementale de droite a également décidé de baisser de moitié les crédits consacrés au départ des enfants de l’aide sociale à l’enfance qui sont les plus défavorisés.

En outre, les associations caritatives ont subi des baisses ou des suppressions de financement. Par exemple, l’association Vacances du Cœur, après 30 années de collaboration avec le Département du Nord, s’est vue notifiée l’arrêt brutal du partenariat. Entre 2010 et 2014, l’association avait pu bénéficier de 478 000 euros par an ce qui lui avait permis de faire profiter chaque année à 900 jeunes de séjours en France et à l’étranger.

Non vraiment, la solidarité, l’éveil et l’autonomie des jeunes nordistes ne sont plus des priorités. Les oubliés des vacances sont aussi les grands oubliés du Département.

CP 24.08.2018 JOURNEE OUBLIES DES VACANCES

Bilan de mi-mandat : la réaction de Didier Manier

Au micro de Grand Lille TV, Didier Manier a réagi au bilan de mi-mandat de la majorité départementale de droite. Depuis 2015, celle-ci pilonne la précédente majorité au motif que les finances départementales étaient exsangues. En réalité, le Nord comme l’ensemble des Départements a dû faire face à l’envolée des allocations de solidarité (Revenu de Solidarité Active, Allocation Personnalisée d’Autonomie et Prestation de Compensation du Handicap) versées pour le compte de l’Etat qui n’a pas compensé à la hauteur des dépenses. En 2017, le Nord doit encore financer sur ses fonds propres près de 300 millions d’euros au titre du RSA, soit la moitié du coût de l’allocation. Ce que la majorité actuelle ne dit pas dans son bilan de mi-mandat, c’est l’augmentation massive des impôts votée en 2016 par les élus de droite contrairement à leur engagement de campagne !

Dans son édition du 29 mai, le journal CNEWS a repris la riposte de Didier Manier. 

 

INVITATION > Département du Nord : quel bilan à mi-mandat ?

3 années sont passées depuis les dernières élections départementales. Arrivés à la moitié du mandat, il est temps pour Françoise Martin et moi-même de dresser un bilan d’étape et quelques perspectives pour le canton de Villeneuve-d’Ascq…

Un rendez-vous pour échanger sur l’avenir du Département 

Le paysage institutionnel a connu des évolutions depuis 2015 avec le transfert de certaines compétences du Département à la Métropole Européenne de Lille (MEL). Il s’agit par exemple des routes ou du transport scolaire. Quel avenir pour le Département dans ce contexte ?

Un rendez-vous pour vous rendre compte de notre action

Lors des dernières élections de mars 2015, nous nous étions engagés à vous rendre des comptes. Nous le faisons régulièrement avec notre site internet, les réseaux sociaux, l’édition d’un journal mensuel, notre présence régulière sur le canton… A mi-mandat, il nous semble important d’y consacrer un temps plus spécifique à travers une réunion publique.

Un rendez-vous pour établir un vrai bilan de mi-mandat 

Depuis quelques semaines, le Président du Conseil départemental a entamé une tournée du Nord pour présenter son action. La réalité est pourtant loin d’être celle décrite, tant en matière d’impôts que de qualité des services publics. Qu’en est-il des conditions d’étude des collégiens, de l’accompagnement des personnes âgées pour bien vieillir, de l’insertion des personnes éloignées de l’emploi, du soutien au monde associatif, à la culture ou au sport ? Nous souhaitons en discuter avec vous.

Un rendez-vous pour dresser des perspectives

Être élu, c’est être force de proposition ! En 2015, nous avons porté un projet précis et détaillés que nous nous efforçons de porter au Conseil départemental. Pour 2018, nous avons d’ailleurs proposé un contre-budget équilibré au service de priorités politiques. Ce sera l’occasion pour nous de vous le présenter et de faire la démonstration qu’une autre voie que l’austérité est possible et souhaitable !

Nous vous donnons rendez-vous pour en discuter le mercredi 20 juin à 19h !

Télécharger ici l’invitation au format PDF

Conseil départemental du Nord – Le vrai bilan de mi-mandat !

Cette tribune a été publiée dans le numéro du mois d’avril du magazine Le Nord. 

En 2016, la Chambre Régionale des Comptes a rendu un rapport sur la gestion 2010-2015 du Département du Nord. Les magistrats ont mis en exergue la forte hausse des dépenses sociales versées pour le compte de l’Etat qui « a eu pour conséquence (…) d’avoir dégradé rapidement les équilibres financiers » de la collectivité. Ils n’ont en aucun cas remis en cause la gestion de l’ancienne majorité de gauche !

Malgré leur promesse de campagne, les élus de la majorité départementale de droite ont fait le choix d’augmenter massivement les impôts. Le taux de la taxe sur le foncier bâti a bondi en 2016 de +25,7%, soit la 4ème plus forte hausse nationale !

En contrepartie, les services publics et les investissements départementaux ont-ils été maintenus ? Au contraire, ils ont été rabotés ! Le budget départemental a été amputé de 150 millions d’euros. Le taux d’investissement par habitant pour 2018 est parmi les plus bas de France.

Pour 2018, nous avons proposé un Contre-budget équilibré. Il permettait de rétablir davantage de moyens dans les maisons de retraite, dans les collèges, pour la culture, l’insertion, la jeunesse et les partenaires associatifs. Gauche et droite ne font pas les mêmes choix politiques !

 

Didier MANIER

Président du Groupe Socialiste, Radical et Citoyen

Les promesses électoralistes n’engagent que ceux qui y croient !

Lors de la campagne des élections départementales de janvier 2015, le candidat Jean-René LECERF s’était engagé devant la presse à ne pas augmenter les impôts des contribuables nordistes…

Dès la première année de mandat, Jean-René LECERF, devenu Président du Conseil départemental, a annoncé une augmentation de 25,7% de la taxe sur le foncier bâti pour 2016. La recette se chiffre en année pleine à plus de 100 millions d’euros ponctionnés sur les ménages et les entreprises nordistes. Pour 1 000 euros de taxe foncière, les contribuables nordistes doivent acquitter chaque année 77 euros d’impôts supplémentaires… Force est de constater que la promesse n’a pas été tenue !

Parallèlement, la droite départementale a rogné les budgets des aides aux collégiens, supprimé la gratuité du transport scolaire, diminué le financement du Service Départemental d’Incendie et de Secours, baissé les crédits accordés aux associations et réduit les financements des établissements pour les personnes âgées, handicapées et l’aide sociale à l’enfance… Au total, le budget départemental a été amputé de 55 millions d’euros en 2015 et de 100 millions d’euros en 2016. Conclusion : les citoyens nordistes ont payé plus d’impôts pour moins de solidarité et de services publics !

Dans La Voix du Nord du 19 septembre, le Président LECERF, redevenu candidat (aux élections sénatoriales du mois de septembre), vient d’annoncer précipitamment une baisse de la

fiscalité en 2018, faisant d’une augmentation moins importante une baisse.
En clair, la droite continuera de ponctionner chaque année 50 millions d’euros supplémentaires sur les contribuables nordistes au lieu des 100 millions d’euros par an prélevés depuis 2016…

La déclaration de Jean-René LECERF tombe à propos… La promesse sera-t-elle tenue cette fois-ci ?

Pour l’instant en effet, elle n’engage que ceux qui y croient…

Communiqué de Didier Manier, Président du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen au Conseil départemental du Nord 

Jean-René Lecerf : Docteur Jekyll à Lille ou Mister Hyde au Département ?

La Voix du Nord du 23 septembre dernier se fait l’écho de la conférence de presse de rentrée de l’opposition lilloise emmenée par le Président du Conseil départemental, Jean-René Lecerf.

Dans cet entretien, nous sommes surpris de trouver Jean-René Lecerf en pourfendeur d’une démocratie participative qui « n’existe plus à Lille ».

Pourtant, c’est bien ce même Jean-René Lecerf qui a renoncé à toute ambition de participation au Département du Nord en supprimant à la fois les Ateliers citoyens, les Conseils cantonaux de concertation et les Comités d’usagers du réseau Arc en Ciel.

Des Comités d’usagers qui auraient pu, par exemple, être consulté à l’occasion de la suppression de 550 courses sur le réseau Arc en Ciel, de la suppression de la gratuité des transports pour les collégiens en zone urbaine ou encore pour l’augmentation du prix de certains titres de transports.

Mais cette différence d’appréciation procède certainement d’un simple oubli pour celui qui décerne dans les colonnes de la presse quotidienne régionale les bons points de l’ « éthique » en politique.

Vous savez, cette même éthique qui veut qu’on augmente la Taxe foncière de 25,7% une fois élu Président du Conseil départemental après avoir fait campagne sur l’absence d’augmentation des impôts.

En la matière, les Nordistes qui reçoivent en ce moment leur avis de Taxe foncière peuvent juger sur pièce.

Alors qui devons nous croire aujourd’hui de Jean-René Lecerf ? Docteur Jekyll à Lille ou Mister Hyde au Département ? Docteur Jekyll le candidat ou Mister Hyde le Président du Conseil départemental ?

nord-fort-solidaire.fr

Bonne rentrée à tous les collégiens du Nord !

Cette semaine, plus de 95 000 collégiens vont faire leur rentrée dans l’un des 201 collèges bâti ou réhabilité par le Département du Nord : je leur souhaite tous mes vœux de réussite pour cette nouvelle année scolaire !

Ces dernières années, nous avons fait des efforts particulièrement volontaristes pour la politique de l’éducation et des collèges. Entre 2011 et 2015, le Nord a pu se hisser à la troisième place des Départements français qui investissent le plus en la matière.

Nous avons construit des établissements exemplaires sur le plan des économies d’énergies, accessibles aux personnes en situation de handicap et dotés des meilleures technologies du numérique. Mais nous avons également proposé aux communautés éducatives des collèges des moyens pédagogiques supplémentaires à l’image du Projet Educatif Global Départemental.

Témoin de notre ambition éducative, le collège de Moulins ouvre ses portes à Lille cette année. Il accueille, dans un quartier prioritaire, le Concert d’Astrée, formation musicale d’excellence et de renommée mondiale. Son installation est une véritable chance pour la mixité sociale, l’ouverture culturelle et la réussite de tous les collégiens au sein de l’établissement. A Villeneuve d’Ascq, nous avons eu la chance de bénéficier de l’implantation du très beau collège Simone de Beauvoir dans le quartier du Pont de Bois.

Malheureusement, en cette rentrée scolaire, de nombreuses politiques volontaristes se retrouvent contestés par la nouvelle majorité départementale de droite. Le Projet Educatif Global Départemental, le Pass’Sport et le Chéquier jeunes en Nord sont remis en cause tandis que des projets de reconstruction et de réhabilitation des collèges initiés par l’ancienne majorité départementale ont subi un coup d’arrêt brutal et sans concertation.

Les communautés éducatives peuvent compter sur notre vigilance.

Mon édito dans le Magazine Le Nord : « ValJoly : l’avenir du site mérite une réflexion sérieuse ! »

La privatisation du ValJoly a été annoncée à la hussarde. La nouvelle Vice-Présidente en charge du tourisme et des associations a en effet déclaré dès le 10 avril à un grand quotidien régional : « la première économie importante qu’on peut faire au niveau du Département, (…) c’est de privatiser le ValJoly, qui est un gouffre financier. »

Le ValJoly est avant tout l’un des plus beaux sites naturels du Nord. Il est la porte d’entrée du tourisme vert régional. La station touristique, créée en 2008, accueille 400 000 visiteurs par an.

Le Département a investi 21 millions d’euros, les partenaires privés 23 millions d’euros. Ils ne sont pas absents du projet du ValJoly. Ils gèrent la résidence de tourisme, le centre équestre, le centre de bien-être, le parc aventure, le restaurant mais aussi les cinq commerces de la station !

Une privatisation pure et simple pourrait mettre en péril le devenir du site. La majorité départementale souhaite-t-elle vendre au plus offrant des hectares d’espaces naturels ? Va-t-elle choisir de brader un investissement économique créateur d’emplois ?

Des évolutions ont déjà été mises en œuvre pour le fonctionnement du ValJoly. Un travail de fond doit se poursuivre sur le développement et l’attractivité de la station touristique. Mais pour cela, les partenaires privés, les collaborateurs mais surtout les acteurs du territoire doivent être écoutés !

Elections départementales : mot de remerciements

Je souhaite remercier les électeurs nordistes qui se sont déplacés au 1er tour ainsi qu’au 2nd tour pour soutenir les candidats du rassemblement des forces de gauche, écologistes et de progrès.

Merci d’avoir validé notre bilan et d’avoir adhéré à notre projet !

Malheureusement, cela n’aura pas suffi pour conserver le département du Nord à gauche. Il bascule à droite comme 28 départements français. Au niveau national, la défaite est sévère.

Je suis tout particulièrement attentif à la percée du Front National en France et dans notre région du Nord Pas-de-Calais. Je me félicite qu’aucun candidat FN ne soit parvenu à gagner un canton ici, dans le Nord.

Dès dimanche soir, j’ai confié à la presse une première analyse des résultats. La Voix du Nord a repris mes propos dans son édition du lundi 30 mars :

« Nous n’avons été jugés ni sur notre travail ni sur notre projet. Les résultats montrent une sanction de l’action du gouvernement. Il va nous falloir analyser ces jours prochains les raisons de l’abstention d’une partie des électeurs de gauche et éviter de stigmatiser ceux qui ont voté pour le Front national mais plutôt comprendre pourquoi ils se jettent dans les bras de l’extrême droite. (…) Je regrette aussi la non-alliance de la gauche au premier tour et souhaite qu’on en tire des leçons. »

Au niveau départemental, régional et national, la gauche est à reconstruire : au travail !

Didier Manier

Président du Conseil général